Agur, l’homme qui était plus stupide qu’aucun autre 

Quand on parle devant un nombre important de personnes, on a tendance à vouloir « prouver » que l’on sait ce qu’on raconte, n’est-ce pas ? Quoi de plus rassurant que de savoir que notre prof de littérature est une experte dans son domaine, a parcouru la terre entière et a des dizaines de diplômes en poche ? Nous préférons toujours écouter quelqu’un qui se dit « intelligent », plutôt qu’un autre !

C’est pour cela que ma première lecture de Proverbes 30.1-9 m’a surpris.

L’auteur, Agur, se présente d’une façon un peu particulière : « Certes, je suis idiot plus que tout autre et je n’ai pas l’intelligence d’un homme,  je n’ai pas appris la sagesse et je n’ai pas la connaissance du Saint. »

En lisant ces premières paroles, je me demandais pourquoi ce brave Agur se présentait comme ça ! Et c’est en fait le verset suivant qui nous apporte une réponse.

La vraie sagesse (Proverbes 30.1-4)

Le verset 4 nous dévoile d’où vient l’humilité d’Agur : Il s’est posé des questions profondes sur Dieu, sa nature et bien plus !

« Qui est monté au ciel et qui en est descendu ? Qui a rassemblé le vent dans le creux de ses mains ? Qui a serré l’eau dans son manteau ? Qui a fixé les limites de la terre ? Quel est son nom et quel est le nom de son fils ? Le sais-tu ? »

On observe d’ailleurs une référence à Jésus (« Quel est son nom et quel est le nom de son fils ? »), assez fou, n’est-ce pas 😊 ?

Ces questions d’Agur résonnent tant en nous ! Je pense que l’on peut tous être émerveillés par les montagnes, les oiseaux chantants, la neige, les océans… (Liste non exhaustive) mais à quel point le Créateur de ces choses nous dépasse !

 

La Parole de Dieu (Proverbes 30.5-6)

Les réponses à ces questions, Dieu nous les donne lui-même, par sa Parole (Luc 1.31-32). C’est par elle que nous pouvons le connaître, elle est comparée à un « bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge ».

Quelle assurance d’être gardés ! Le même Dieu qui a créé le ciel, les galaxies, -bref, l’univers tout entier –  fait preuve de tant d’amour envers nous. (Honnêtement, ça me dépassera toujours).

Et cette parole est parfaite, pas besoin d’y ajouter quoi que ce soit (Proverbes 30.6) ! Laissons-nous instruire par sa Parole !

 

Deux demandes particulières (Proverbes 30.7-8)

Agur prie ensuite Dieu pour 2 choses :

  • « Éloigne de moi la fausseté et le mensonge »

Nous savons à quel point notre cœur peut être tortueux, et le risque d’être hypocrite ou menteur est bien réel.  Agur en est conscient, et même s’il montre de l’humilité (v.2-v.3) et encourage à ne pas mentir au sujet de la Parole (v.6), il sait que seul Dieu permet de nous garder de cela.

  • « Ne me donne ni pauvreté ni richesse, mais accorde-moi le pain qui m’est nécessaire »

Je trouve intéressante cette deuxième demande : Agur se rend compte des dangers d’avoir trop, ou pas assez. D’un côté, oublier Dieu. De l’autre, désobéir à ses commandements. Il prie donc pour adopter l’attitude inverse : la dépendance envers Dieu !

Notre Papa Céleste sait ce dont nous avons besoin, comme nous le rappelle très justement Jésus : « C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? » (Matthieu 6.25-26)

Que nous puissions nous inspirer des paroles de l’homme plus stupide qu’aucun autre, Agur ! Il se rend en effet compte de la grandeur de Dieu, et de sa dépendance envers lui. Ayons comme refuge la Parole de Dieu, et continuons de prier pour qu’il continue de nous transformer toujours plus à son image !

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *