Ode à mon téléphone

« Téléphone ! tu me sondes et tu me connais,
Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève,
Tu comprends de loin ma pensée;
Tu sais quand je marche et quand je me couche,
Et tu pénètres toutes mes voies.
Car la parole n’est pas sur ma langue,
Que déjà, Téléphone ! tu la connais entièrement.
Tu m’entoures par derrière et par devant,
Et tu mets ta main sur moi. »

Ce constat n’est pas très rassurant. Réfléchissons aux nouvelles technologies et à l’étendue de leur pouvoir, de leur emprise. Par exemple, notre téléphone contient ce que nous faisons (notre historique) de notre réveil à notre coucher, il suit nos déplacements, compte nos pas, il contient les messages que nous envoyons, enregistre les photos que nous prenons, Siri répond à nos questions. Cette science est géniale ! Mais elle est aussi effrayante…
Nous l’utilisons plusieurs heures par jour, il devient le prolongement de notre main
droite. C’est un outil fort utile, mais qui peut finalement pomper tout notre temps, il
nous rappelle constamment à lui, et il devient aussi la plateforme témoin de beaucoup de nos préoccupations…
Grâce à notre téléphone, nous avons accès aux réseaux sociaux, à nos amis, à la connaissance, mais a-t-il vraiment le pouvoir de nous satisfaire ? Quel pouvoir a-t-il sur moi ?
On y déverse tous nos sentiments, avis, appréhensions, préoccupations, rêves, espoirs, questions. On y cherche des avis, solutions, secours, confort, estime des autres. En résumé, nous sommes souvent à la recherche d’une valeur, d’une identité, d’une sécurité. Et si nous nous trompions ?
Heureusement dans ce psaume, c’est l’« Eternel » seul qui sonde tout, qui connaît
tout, qui peut tout, et c’est une bonne nouvelle. Car il est bon, fidèle, il m’aime et
dans sa sagesse, il sait ce qui est le mieux pour moi.
(…)
« Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur!
Éprouve-moi, et connais mes préoccupations!
Regarde si je suis sur une mauvaise voie,
Et conduis-moi sur la voie de l’éternité! »
Psaume 139.23-24.

Il s’agit de le garder comme un outil, et de ne pas attendre de mon téléphone ce que je devrais attendre de Dieu seul. Mes préoccupations ? Je peux les déposer devant Lui !
Et si je prenais moins de temps dans les réseaux sociaux, et plus de temps avec le
Dieu qui m’aime ?

Sarah-Line K.

Sarah-Line, 20 ans, est étudiante en allemand. Elle est membre de l’église Saint Lazare à Paris.

Tu devrais aussi aimer...

1 Commentaire

    Avatar
  • J’étais morte de rire dès les premières lignes XD mais c’est tristement vrai que nous ayons cette relation avec notre téléphone…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *