Trois vérités pour l’adolescent qui lutte avec ses amitiés

Des larmes. Encore et encore.

De la peur. La peur que le cercle vicieux te mette à genoux une fois de plus.

Les amitiés impliquent de sortir de l’ombre et de s’exposer à une lumière perçante. Les amitiés impliquent du risque. Beaucoup de risque. Les amitiés vous déchirent parfois le cœur en morceaux, mais à d’autres moments, elles vous construisent énormément. Bien qu’elles viennent avec leur part de douleur, les amitiés en valent tellement la peine.

Mais une chose doit être mise au clair : les amitiés ne sont pas à sens unique. Chacun doit faire des efforts pour nourrir cette amitié. Chacun doit soutenir l’autre. Chacun doit amener l’autre à Christ.

Si les amitiés sont tellement gratifiantes, elles nécessitent aussi beaucoup de travail. Nos attentes doivent être allégées, et notre responsabilité propre doit être prise en compte.

Mais pour avoir des amitiés vraies et bibliques, c’est nous qui devons changer. Voici trois choses à se rappeler :

 

1 : Les amitiés ne sont pas à sens unique

 

Allongée sur mon lit, mon esprit retrace les événements de la journée. Sérieusement, je n’arrive pas à croire qu’elle ne m’ait pas parlé aujourd’hui. Comment ose-t-elle ne pas m’envoyer de message pour me demander comment je vais ? Est-ce qu’elle comprend ce que je traverse ? Est-ce que mes amis s’intéressent même encore à moi ? Tout ce que je veux, ce sont des amis qui s’intéressent vraiment à moi. Est-ce trop demander ?

À ce moment précis, mes pensées semblent totalement légitimes. Après tout, c’est moi qui traverse une épreuve, non ? J’ai besoin de quelqu’un qui s’intéresse à moi et à ce que je traverse, n’est-ce pas ?

Mais il y a deux problèmes fondamentaux avec ces pensées. Premièrement, cela me place au centre de mes amitiés. Je suis la personne qui est importante. Je suis celle qui a besoin d’aide. L’univers tourne autour de moi. Cela engendre l’état d’esprit où mes amis existent pour moi et doivent me servir.

Ce qui découle de cet état d’esprit, ce sont des attentes élevées qui ne sont pas atteintes, et la déception est inévitable. En faisant face à nos diverses luttes, nous nous replions si souvent sur nous-mêmes et nous nous attendons à ce que les autres se plient à tous nos désirs. Cette attitude centrée sur soi n’a de résultat que de créer des problèmes dans nos amitiés.

 

Laisse la douleur te diriger vers l’extérieur

 

La deuxième conséquence est que je néglige ma part propre de responsabilité dans mes amitiés. Nous avons tendance à ne pas voir les luttes de ceux autour de nous parce que nous croyons que nous sommes celui ou celle qui a le plus besoin d’aide. Nous nous persuadons que personne d’autre ne traverse ce que nous traversons, donc personne ne va comprendre. En faisant cela, nous passons à côté de tout l’objectif de la souffrance.

Avant tout, nous traversons la souffrance afin de croître en Christ et de s’approcher de lui alors qu’il nous purifie. Mais un autre but de la souffrance est de réconforter d’autres qui souffrent aussi.

2 Corinthiens 1.3-4 dit, « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père plein de compassion et le Dieu de tout réconfort ! Il nous réconforte dans toutes nos détresses afin que nous puissions réconforter ceux qui se trouvent dans la détresse, grâce à l’encouragement que nous recevons nous-mêmes de la part de Dieu. »

La douleur n’est pas censée nous renfermer sur nous-mêmes et laisser aux autres tout le travail dans la relation. La douleur et les épreuves sont censées non seulement nous mener à Christ, mais aussi nous aider à partager la souffrance des autres. Alors que j’ai tendance à mettre le poids de mes amitiés sur les épaules de mes amis, les chrétiens ont la responsabilité de tendre la main et de partager Christ avec leurs amis, même quand c’est difficile.

 

2 : Les amitiés ne doivent pas devenir des idoles

 

Après la mort de mon grand-père en août 2019, j’ai placé par inadvertance des attentes trop hautes sur mes amis. Sans m’en rendre compte, j’ai placé dans mes amis l’espoir que j’aurais dû placer en Dieu. J’ai réalisé que ma propre douleur me cachait la douleur des autres.

Les amitiés deviennent des déceptions lorsqu’on y met trop d’espoir. Sans le savoir, nous façonnons les autres en veaux d’or. Le problème n’est pas l’amitié elle-même, mais l’idolâtrie qui peut en découler.

Fais attention à la manière dont tu penses à tes amis. Passes-tu beaucoup de temps à penser à toutes les manières dont tes amis t’ont déçu ? Places-tu des attentes élevées sur tes amis que tu ne remplis pas toi-même ? Les amitiés sont-elles devenues une idole dans ta vie ?

 

3 : Les amitiés impliquent de la responsabilité

 

De manière générale, tu devrais chercher à être l’ami que tu voudrais avoir. Il est facile de placer des attentes lourdes et parfois impossibles sur nos amis, mais nous en mettons rarement sur nous-mêmes.

Quand j’ai expérimenté le deuil suite à la mort de mon grand-père, j’ai placé des attentes trop élevées sur mes amis. Cependant, j’ai aussi appris plusieurs caractéristiques importantes d’un vrai ami, que j’essaye de mettre en place.

Premièrement, un vrai ami pose des questions. Même quand tu ne sais pas quoi dire, c’est tellement important. Quand tes amis t’ouvrent leur cœur, c’est si douloureux de juste répondre par le silence. Demande-leur comment ils vont, comment tu peux prier pour eux, ce qu’ils ont fait en dépit de ce qu’ils ont traversé, ou pose juste des questions qui montrent que tu as écouté et que cela a de l’importance pour toi.

Si vraiment aucun mot ne te vient, dis simplement : « Je n’ai aucune idée de ce que tu ressens, mais sache juste que tu es important pour moi et que je suis là pour toi. » Apprends à « pleurer avec ceux qui pleurent » (Romains 12.15) et à réellement « porter les fardeaux les uns des autres » (Galates 6.2).

Deuxièmement, un vrai ami prend des nouvelles régulièrement. Même si la technologie a ses points négatifs, je suis sincèrement reconnaissante pour l’existence des textos. Il y a quelques années, une de mes amies a commencé à m’envoyer des versets, prendre de mes nouvelles régulièrement et me demander comment elle pouvait prier pour moi. Ce geste si simple signifiait beaucoup pour moi et m’a encouragée dans ma marche avec le Seigneur. Nous avons pu nous édifier l’une l’autre en Christ et sincèrement nous soucier l’une de l’autre.

J’ai commencé à suivre son exemple et à découvrir la bénédiction de paroles encourageantes. Comme le dit Proverbes 25.11, « Des pommes en or décorées d’argent, voilà ce que sont des paroles dites à propos ». Ne sous-estime pas la puissance des paroles et les vies que tu peux encourager en les maniant avec sagesse.

Troisièmement, un vrai ami prie pour les autres. Après avoir demandé des sujets de prière, il est si important de s’engager à prier pour tes amis. Ecris ces demandes de prière pour pouvoir t’en souvenir et voir celles auxquelles Dieu aura répondu quand tu regarderas en arrière.

Dieu nous dit de « faire connaître nos besoins à Dieu » (Philippiens 4.6). 1 Timothée 2.1 nous exhorte à « faire des demandes, des prières, des supplications, des prières de reconnaissance pour tous les hommes ». Dieu aime répondre à nos prières et nous dit même de prier de la part des autres. L’amitié véritablement biblique implique de prendre le temps d’effectuer des demandes et des remerciements à Dieu de la part des autres.

Les amitiés impliquent beaucoup de risque et de travail mais sont une part belle et nécessaire de notre marche avec le Seigneur. Nous devons nous aider à nous relever quand nous tombons, être prêts à prendre des responsabilités pour nos propres amitiés, et courir la course côte à côte. La Bible dit, « il vaut mieux être deux que tout seul, parce qu’à deux on retire un bon profit du travail. » (Ecclésiaste 4.9).

Quand nous recherchons l’amitié biblique, nous sommes amenés à nous rapprocher du Seigneur et à le servir avec plus de ferveur.

Nous ne pouvons pas courir seuls car nous sommes voués à tomber. C’est quand nous nous unissons que la vraie croissance peut avoir lieu, et c’est ensemble que nous pouvons avoir un impact.

 

Article traduit avec autorisation, merci à Nicolas pour la traduction !

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *