Pourquoi lire le livre de Daniel cette année ?

Daniel est un des hommes de la Bible qui m’encourage le plus. Ce que la Bible dit de lui débute alors qu’il est déporté avec une partie du peuple juif à Babylone. Adolescent, il subit une véritable acculturation après avoir été sélectionné pour servir à la cour du roi. Ce statut lui demande d’abandonner tout ce qui le rattache à ce qu’il connaît pour  adopter la manière de vivre des Babyloniens : son nom, sa langue, son régime alimentaire, ses vêtements, son instruction ! Aux yeux de la cour, Daniel (qui signifie « Dieu est mon juge ») devient Beltassar (« le prince de Bel »), le nom d’un dieu vénéré à Babylone…

Attention spoiler : dès Daniel 1.8 on comprend que malgré cet exil, Daniel reste ancré et fidèle à Dieu et à sa loi. Voici trois manières dont sa marche avec Dieu m’encourage en 2020.

 

Radicalité

Daniel est intègre. Alors qu’il a accès au meilleur de ce que le monde en -600 avant Jésus-Christ peut offrir (les conditions de vie, l’instruction, les soins de la cour du roi le plus puissant de l’époque), il ne se laisse pas séduire, ne se laisse pas embrigader, il ne reste pas passif. À plusieurs reprises il fait des choix qui s’opposent à ce que les gens autour de lui considèrent comme bon, normal, légal : il refuse par exemple de se nourrir de la viande de la table de la cour ou de se soumettre à un décret condamnant à mort ceux qui se vouent à un autre culte que celui du roi.

Daniel croit, espère et craint le Dieu saint. L’obéissance à Dieu est sa priorité et ce qui détermine le reste de son comportement.

 

Stabilité

Daniel est constant. Son attachement à Dieu le mène à risquer sa vie à plusieurs reprises mais il n’en est pas ébranlé : c’est avec foi qu’il réagit aux menaces de ses ennemis jaloux, aux décisions tyranniques et au fait d’être jeté dans la fosse aux lions. Daniel croit, espère et craint le Dieu souverain !

J’ai été frappée de constater le nombre de rois que Daniel a côtoyés tout au long de sa vie. Nabucodonosor, Baltazar, Cyrus, Darius et Xerxès sont des noms dont on se souvient dans nos livres d’histoire pour leurs richesses et leurs conquêtes, mais à la lumière de la stabilité de Daniel et de la souveraineté de Dieu, ils paraissent facilement ébranlables.

 

Humilité

Daniel sert avec ce que Dieu lui a donné : sa sagesse et sa fidélité. Elles sont constamment un moyen pour lui de parler de Dieu et il ne s’en sert jamais pour sa propre gloire. Il croit, espère et craint le Dieu éternel. Sa prière au chapitre 9 nous dévoile pleinement que les circonstances d’exil et de persécution ne le font pas douter de Dieu. L’Éternel et son plan pour Israël sont le centre de l’Histoire d’où cette prière pour le retour du peuple et la restauration de Jérusalem.

Alors qu’il a vécu la déportation, Dieu annonce à Daniel que son peuple pourra bientôt rentrer ! Il est intéressant de comparer ce chapitre à ceux d’Esdras 9 et Néhémie 9 qui eux aussi nous rapportent une prière de fidèles serviteurs. Dans ces deux livres tu peux d’ailleurs suivre la suite des évènements du livre de Daniel ;)

 

2 Cor 6.17-18 : Sortez du milieu d’eux et séparez-vous dit le Seigneur ; Ne touchez pas ce qui est impur et je vous accueillerai. Je serai pour vous un Père.

Pour lire le livre de Daniel tu peux suivre le plan de lecture « Vivre l’évangile dans un monde sécularisé » sur l’application YouVersion !

Clara B

Clara B

23 ans, sauvée par grâce. Je suis étudiante à Sciences Po et membre d’Agapé Campus Lyon.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *