La parabole du ménage

Combien de fois par semaine fais-tu le ménage ? Combien de fois par jour tu ranges ta chambre ? Ton bureau ? Haha bonne question hein ? Certains d’entre nous sont plutôt à tendance maniaque alors que d’autres, « les artistes » comme on dit ont plutôt tendance à laisser les affaires s’organiser toute seule ! Bref, je ne suis pas là pour t’encourager à ranger plus souvent ta chambre, quoi que, finalement peut-être que si, mais ce n’est pas le sujet principal de cet article.

Pour vous donner un peu le contexte, je suis propriétaire d’une maison depuis que j’ai 28 ans. Une grande maison, plusieurs chambres, un bureau juste à moi (un de mes vieux rêves !!! ), un grand salon, une terrasse, deux jardins et beaucoup de travaux ! Cette maison est littéralement un cadeau de Dieu, ne serait-ce que pour le prix très bas auquel je l’ai payée, sans parler de la bénédiction qu’elle est, en devenant la réponse à plusieurs de mes prières, en me permettant d’exercer l’hospitalité librement et pleinement, ou encore en m’apprenant beaucoup de choses ! Et entre autres, cette fameuse parabole du ménage.

Ménage & Thermodynamique

Bon, moi, pour être honnête avec vous, je me place plutôt dans la catégorie des artistes. J’ai toujours été étonné de voir, depuis très jeune, combien ma chambre et mon bureau (le meuble) ont une tendance à illustrer le second principe de la thermodynamique, à savoir l’expansion de l’entropie : Pour les non-scientifiques, cette loi dit succinctement que dans un système isolé, toute transformation tend vers un accroissement du désordre. (1)

En effet, si l’on n’est pas intentionnel et que l’on a tendance à repousser ce moment de ménage, de plus en plus d’affaires vont traîner, vont en recouvrir d’autres, etc… Alors il faut prendre son courage à deux mains, réserver une bonne demi-journée et faire un grand ménage de printemps. On met la musique à fond, et on remplit la panière de linge sale, on plie le linge propre, on refait l’organisation de l’armoire, on trouve des idées judicieuses pour classer ses cours, on fait de la place, on passe le balai, on retrouve des trucs qu’on avait oublié, on range les bouquins à leur place, on jette les stylos qui marchent plus (en même temps depuis quand un stylo ça marche) on passe même un coup de serpillière !! Et puis on laisse à nouveau l’entropie s’installer, petit à petit … Alors qu’un peu de discipline suffirait ! Un petit rangement quotidien de deux minutes, un ou deux petits coups d’aspirateur par semaine ! Non seulement, plus besoin de se sacrifier à cette journée mensuelle de rangement, quand le bazar atteint son point de non-retour, mais votre qualité de vie est améliorée au quotidien. Vous êtes beaucoup plus heureux, épanoui et efficace dans un environnement de travail, sain et propre.

Mon cœur & ma chambre, même galère même combat

Avez-vous remarqué combien notre vie spirituelle ressemble à votre chambre ? Votre appart ou votre maison ? Combien de fois, nous laissons passer des journées, des semaines entières parfois sans faire un peu de ménage, sans demander pardon pour nos péchés. Deux de mes auteurs chrétiens préférés, des gens dont les ministères ont eu des impacts mondiaux, Roy Hession et George Verwer aimaient à dire qu’un des secrets de leur ministère justement, était d’avoir appris à se repentir, vite. Sans traîner. La repentance, c’est reconnaître que nous sommes pécheurs et que nous avons besoin de Christ dans nos vies au quotidien ! Réaliser que le péché nous éloigne de Dieu qu’il nous faut demander pardon pour ne pas rester privé de la plénitude de la communion avec Dieu, ne pas être privé du saint esprit. Or, trop souvent nous avons tendance à laisser traîner les choses dans notre vie spirituelle, ce qui nous rends de plus en plus sourd aux appels du saint esprit et de moins en moins efficace pour le royaume.

En réalité, et cette image risque de beaucoup parler aux étudiants, notre vie chrétienne, c’est un peu comme une cuisine. Si on veut qu’elle soit fonctionnelle agréable et nous donne envie de cuisiner, de faire des bons plats pour nous, nos collocs, nos invités, il faut faire la vaisselle le plus rapidement possible après l’avoir sali, il faut nettoyer la table, le plan de travail, passer un coup d’éponge, ranger les ustensiles, avoir un frigo organisé … Avez-vous eu déjà envie de passer du temps dans une cuisine sale et en désordre, avec l’évier rempli d’assiettes sales, une casserole usagée sur le gaz, un paquet de pâtes ouvert qui traîne ? Oui, cela demande de la discipline et contrairement à ce que certains peuvent penser, cela n’est naturel pour personne de ranger, nettoyer et cela demande des efforts à tous ! Oui à tous. Et plus la vaisselle sale va traîner, moins vous aurez envie de vous y mettre.

Il en est de même avec votre vie spirituelle. Plus vous allez laisser le péché s’accumuler sans vous repentir, plus ça sera difficile de s’y mettre. Il est important de se repentir quotidiennement de tous nos péchés, gros comme petits, de nos mauvaises pensées, de notre convoitise, de notre idolâtrie, de notre orgueil, de notre manque d’amour, de notre incapacité à nous réjouir en Dieu, de notre infidélité, de notre penchant à nous mettre à la première place, de notre incrédulité, de notre pauvreté spirituelle, de notre insuffisance à dépendre de la Grâce … Et la liste pourrait continuer !

Roy Hession nous rappelle que le réveil commence « dans les recoins les plus intimes de notre vie ». (2) Alors bien sûr au début nous allons confesser des « gros péchés » visibles, et petit à petit, nous allons explorer notre maison intérieure, laver chaque assiette consciencieusement, balayer la poussière du placard, parfois découvrir une immondice qui traîne depuis longtemps sous l’étagère … Peut être, vous vous dites, oui mais tout de même, c’est un peu exagéré tout ça. Dire pardon tous les jours quand même ! Mais la repentance n’est pas facultative ; Jésus en a fait un commandement dès le début de son ministère ! (Matthieu 4.17) et y ajoute une notion d’urgence !! « La repentance c’est maintenant ! » dirait Mr François Hollande s’il avait mis sa foi en Christ.

En effet, comme la vaisselle s’accumule dans l’évier, chaque jour nos vies se chargent de péchés qui nous éloignent de Dieu, et tant que nous resterons prisonniers de ces corps de chair, il nous faudra demander pardon pour nous rapprocher de Dieu et lui soumettre nos vies.  Alors le sang de Christ versé à la croix manifeste son pouvoir pour nous laver de nos fautes et nous justifier ! Alors nous sommes disposés à entendre la voix du Saint Esprit et à nous laisser guider pour une vie à la Gloire de Dieu.

Le défi du ménage, dans ta chambre et dans ton cœur/ Un défi : fais le ménage dans ta chambre et dans ton coeur

Comme je le disais un peu plus tôt, la repentance et le ménage demandent tous deux, des efforts et de la discipline. Et pour ne pas oublier de demander pardon quotidiennement, à chaque fois que je dois faire la vaisselle, à chaque fois que je range, que je passe un coup d’aspirateur, je me rappelle la parabole du ménage et je me mets à prier et à demander pardon. D’une pierre deux coups, je fais le ménage IRL et dans ma vie spirituelle ! Et vous savez quoi ? Depuis que j’ai commencé à faire ça, Dieu a mis en moi beaucoup plus de joie à faire la vaisselle ! Chacun de ces moments autrefois pénibles et source de procrastination sont aujourd’hui des moments privilégiés de communion avec Dieu où je lui abandonne mes fautes et où il me communique sa grâce, sa paix et sa joie.

Je vous rassure, il m’arrive toujours de laisser de temps en temps une assiette dans l’évier, ou encore de ne pas plier immédiatement le linge qui vient de sécher. Mais j’ai réalisé de véritables progrès, tant dans le domaine de l’entretien de la maison que Dieu m’a confié, que dans le domaine de la repentance. Alors je vous mets au défi, en particulier dans cette période de confinement où nous sommes amenés à passer beaucoup de temps à l’intérieur. Mettez en pratique la parabole du ménage !

 

1 – Principe de Carnot 1824 in « réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance »)

2 – Le chemin du calvaire – Roy Hession 2012 Editions BLF

Audric B.

Audric, 29 ans, est professeur d’EPS en Guyane, aventurier, évangéliste et artiste à ses heures perdues.

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *