Ne sois pas un Judas

Le personnage de la Bible qui m’a toujours fasciné le plus est Judas Iscariote, le 12e disciple de Jésus. Comme les autres, il a passé 3 ans en compagnie de son maître. Judas a vu les nombreux miracles de Jésus qui montraient clairement qu’il était le messie. Il a également entendu les nombreuses prédications de Jésus. Elles étaient tellement profondes et riches, qu’elles laissaient souvent les gens abasourdis et sans mots. C’est ce Jésus, aimant, doux, compatissant, généreux et juste que le 12ème disciple a côtoyé durant ces années. Non, mais vous imaginez discuter avec Jésus, quel privilège ! Pourtant, Judas a trahi Christ. Il l’a vendu aux autorités juives pour 30 pièces d’argent (Mt 26.16). Le seul fils de Dieu (Jn 3.16), celui qui mérite toute la gloire (Ap 5.12), celui que les démons craignent (Mc 5.6-8), celui qui a tout créé pour sa louange (Col 1.16), a été vendu pour 30 pièces d’argent. Quel blasphème !

Pourquoi a-t-il vendu Jésus ?

La raison pour laquelle Judas a vendu Jésus est qu’à ses yeux, les quelques pièces d’argent étaient plus précieuses que son Roi. Les choses qu’il allait pouvoir s’acheter avaient plus de valeur que Jésus lui-même. C’est John Piper qui définit l’essence ultime du mal comme étant de vouloir ou d’aimer quelque chose plus que Dieu lui-même. Désirer quelque chose qui, à nos yeux, nous donnera plus de joie que Christ lui-même. Judas a choisi la monnaie romaine au lieu de celui qui aurait réellement pu le rendre heureux. Il a trouvé que la monnaie avait une plus grande valeur que Jésus. C’est pour cela que toute ma vie j’ai jugé Judas. Je me disais : « Moi, je n’aurais jamais fait ça ! Vendre le fils de Dieu, mon sauveur pour 30 pièces d’argent ? Jamais de la vie ! »

Nous faisons comme Judas en désirant nos idoles

En effet, jamais je ne vendrais Christ pour 30 pièces d’argent, mais je le vends sans hésiter pour d’autres péchés. Nous répétons le même schéma que lui. Au lieu de l’argent, nous abandonnons Christ et sa parole pour la convoitise, la méchanceté, le mensonge, la paresse, la pornographie, la gloutonnerie, Netflix, Facebook, Instagram, etc. À chaque fois que vous et moi péchons, nous retirons nos regards de la beauté de Christ pour fixer nos yeux sur notre péché pour lequel il est mort (Es 53.5). Nous le vendons pour avoir autre chose que lui. Dans le Moyen âge, quand un criminel tuait quelqu’un, on l’attachait au corps de sa victime face à face. Il sentait ainsi l’odeur du corps en décomposition et était collé aux vers et aux rats qui dégustaient la chair morte. Le meurtrier finissait par mourir par infection causée par le cadavre. Horrible n’est-ce pas ? Et bien c’est exactement ça, retourner dans nos anciens péchés. L’homme ancien, notre chair, a été crucifié avec Christ (Ga 2.20). Continuer dans la rébellion contre la loi de Dieu est comme aller se rattacher au corps en décomposition (Rm 6.2). Un chrétien qui retourne à ses péchés échange la gloire du Dieu éternel qui est accessible en Jésus (Hé 1.3) pour son ancien cadavre dont il a été délivré (Rm 6.22).

Ne vends pas Jésus pour ton péché

Tu le sais comme moi, le péché ne rend pas réellement joyeux, au contraire (Ép 4.22). Il est un fardeau de plus que tu n’as pas besoin de porter pour courir la course chrétienne (Hé 12.1-2). De plus, il altère ta foi et t’éloigne d’une relation plus profonde et satisfaisante avec Dieu (És 59.2). Jésus est la fontaine de vie (Jn 4.14), il est le Dieu vivant (Jn 8.58) en qui l’homme peut trouver une joie infinie (Ps 16.11). Il te donne une paix et un repos (Mt 11.28) que la drogue ou le sexe ne pourront jamais t’offrir. Prends plaisir à connaître Dieu (Ps 119.14-16). Étudie la Bible, jour et nuit (Jos 1.8; Ps 1.1-2). Demande à Dieu qu’il détruise les choses pour lesquelles tu as envie de vendre Jésus (Éz 36.25). Ça peut être la fille non chrétienne avec qui tu parles sur internet, toutes les heures que tu perds sur Netflix ou la mal bouffe que tu manges depuis le début du confinement. Ces choses ne te satisferont pas, tu le sais comme moi (Ec 5.10). Mais Christ, lui, comblera les désirs de ton coeur (Ps 37.4). C’est Jean Calvin qui disait : « Celui qui cherche à se satisfaire en autre chose qu’en Christ cherche à se satisfaire dans quelque chose de plus grand que la perfection. » Repens-toi et retourne te réjouir dans ton salut en Christ.

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *