Le retour en classe – partie 2 : Le manque de concentration

Le stress et le manque de concentration

Dernièrement, j’ai proposé un article en deux parties sur le retour en classe. La première partie traitait particulièrement du stress à l’école. La plupart des prédications ou des articles qui parlent de ce genre de sujets ont pour réflexe d’offrir des astuces afin de gérer les symptômes du stress. Je prends pour exemple un important site de ressources pour les leaders et les pasteurs de jeunesse qui propose dans la section ‘’anxiété’’ de lire le récit de Jésus dans le jardin de Gethsémané qui angoissait au sujet de la croix qui approchait. La ressource propose simplement d’expliquer aux jeunes que Jésus comprend le stress que nous vivons, puis il offre quelques trucs sur la gestion des émotions. Ici, je m’adresse tout particulièrement aux leaders et pasteurs de jeunesse : nous devons faire mieux et plus ! Comprenez-moi bien, il n’est pas mal de vouloir offrir des trucs pratiques aux jeunes, moi-même je désire le faire dans cet article sur le manque de concentration, seulement, si notre discours se limite à cela, nous n’offrons rien de plus que ce que la société offre déjà. La Bonne Nouvelle de Jésus est une puissance pour transformer nos cœurs et nous libérer de nos idoles qui nous contaminent. La voie présentée dans le premier article semble, à première vue, moins instantanée, mais elle a le mérite de traiter le sujet en profondeur.

En effet, au lieu de donner une méthode pour gérer superficiellement les symptômes du stress, nous avons proposé d’identifier la source de ce stress, et comment notre manière de revenir à la Bonne Nouvelle de Jésus est une clé de libération à long terme. Nous avons établi que le stress est animé par la peur et celle-ci cache souvent une idole dans le cœur, c’est-à-dire quelque chose ou quelqu’un en qui nous trouvons notre sécurité, notre valeur et notre bonheur autre que Dieu. Dans le cas de l’école, c’est bien souvent la peur de l’échec qui produit le stress. Or, en Jésus nous trouvons une valeur, une identité et une sécurité stable qui ne dépendent pas de notre réussite scolaire. Le site de ressources pour les leaders de jeunesse a bien fait de présenter le récit de l’angoisse de Jésus, mais il a échoué à y extraire la Bonne Nouvelle pour nous aujourd’hui. Oui, Jésus comprend et compatit à l’angoisse, mais observez son réflexe. Il prie afin de revenir à la souveraineté et à la volonté de Dieu. Jésus n’est pas animé par une idole qui détrône la volonté de Dieu dans sa vie. Cette approche demande un travail sur soi, mais peut être appliqué dans tous les domaines de nos vies. Par exemple, peut-être êtes-vous stressés à l’idée de perdre l’attention et l’amour d’une fréquentation ? Ce stress est animé par la peur de perdre une personne et cette personne est devenue une idole en qui vous trouvez votre sécurité et votre bonheur. Dans ce cas, il faut l’identifier et, comme Jésus, revenir à Dieu et réaliser profondément que Dieu est souverain sur nos vies, il a un plan, et de lui dépendent notre sécurité et notre bonheur et, en Jésus, il nous a démontré qu’il a notre avenir parfaitement en main, il n’y a donc aucune raison d’en douter et de stresser. Notre sécurité, notre avenir et notre bonheur ne dépendent pas des choses ou des personnes que nous possédons ou pas, mais bien de Dieu.

Reprenons l’exercice pour le sujet du manque de concentration. Le manque de concentration provient du fait que notre cerveau est préoccupé par autre chose. Souvenez-vous de l’exemple du dernier article. Imaginez que vous êtes en classe, au milieu d’un examen qui demande beaucoup de concentration et que votre directeur arrive complètement affolé à la porte et vous interpelle de la sorte : ‘’quelque chose de très grave vient tout juste d’arriver, lorsque vous aurez terminé votre examen, venez me voir dans mon bureau’’.  Il vous sera alors complètement impossible de vous concentrer convenablement, puisque votre cerveau sera préoccupé par le sujet de tout cet affolement. C’est ce que nous vivons présentement dans cette crise. Notre cerveau est continuellement en attente de nouvelles. Difficile alors de se concentrer sur le travail à faire, encore plus si vous faites l’école à la maison, car le nombre de distractions possibles augmente considérablement.

  • Se soulager de nos inquiétudes

La première chose à faire, c’est de se soulager de nos inquiétudes, afin de pouvoir occuper pleinement notre cerveau à la tâche qu’il doit accomplir. En Jean 14.27, Jésus déclare nous offrir une paix, une paix différente de celle du monde. De quel type de paix s’agit-il ? Il ne s’agit pas d’une simple paix émotionnelle ou superficielle du genre, mon cœur et ma respiration s’accélèrent et grâce à Jésus je me calme doucement, il s’agit d’une paix encore plus incroyable que cela. Il s’agit de la paix avec Dieu. Alors que le monde est en guerre contre Dieu, Jésus est venu s’offrir comme sacrifice afin d’établir la paix entre Dieu et les hommes. Quand tu vis dans l’incertitude d’être aimé et reçu de Dieu, dans l’incertitude qu’il entend et répond à tes prières, dans l’incertitude quant au sens de ta vie et la manière de la vivre et surtout dans l’incertitude qu’il te recevra dans son paradis à la fin de ta vie, il y a de quoi être préoccupé et ne pas vivre dans la paix. Or, Jésus a changé tout cela ! En vertu de ta foi en Jésus, tu as la certitude d’être aimé et reçu par Dieu, d’avoir accès à son Royaume à venir et d’avoir un sens et un but à ta vie présente. Imaginez les premiers chrétiens, ils étaient persécutés, voire tués parfois pour leur foi. Lorsqu’ils comprennent qu’ils sont en paix avec Dieu, peu importe ce qui arrivera dans leur vie, Dieu accomplira sa volonté et ils le retrouveront un jour pour l’éternité. Cela leur a donné la paix d’affronter la peur, la mort et la persécution avec joie et confiance. C’est un peu comme lorsque vous attrapez une étoile dans le jeu Mario Bros, vous gagnez une immunité, vous cessez de craindre de perdre votre vie et vous n’avez plus peur de vos ennemis, conséquence, vous vous mettez à courir à toute allure remplis de confiance. Vous devenez spontanément hyper-productifs, alors qu’auparavant vous avanciez avec lenteur et crainte.

C’est un peu la même chose avec Dieu, lorsque nous prennons le temps de réaliser que Christ, par le don de sa vie, nous a procurés la paix avec Dieu, nous pouvons vivre dans une paix qui surpasse toute intelligence. Puisque le monde que nous habitons nous bombarde continuellement de mauvaises nouvelles affolantes, nous avons besoin de revenir continuellement à ses pieds et réaliser qu’en Jésus nous pouvons avoir parfaitement confiance qu’il est souverain, que nous lui appartenons et qu’il veille sur nous. Peut-être crois-tu avoir une longue liste de choses à faire et beaucoup trop de travail à accomplir pour prendre le temps de prier, mais rappelle-toi qu’on ne peut jamais passer trop de temps à affûter sa hache si on est un bûcheron. Tu ne passeras jamais trop de temps à préparer ta journée d’école ou tes tâches dans la prière avant d’aller les accomplir, parce que la paix que tu vas aller y chercher te rendra plus productif par la suite, tout comme l’étoile dans Mario.

Les 3 R pour s’approcher de Dieu de sorte à retrouver sa Paix

Approchons-nous de lui de sorte à RÉALISER que nous ne sommes rien sans lui. Un peu comme un bébé dans l’eau, si son père retire sa main, il se noie. Nous ne pouvons rien sans  lui. Certains pensent à tort que ce sont eux qui se sont faits dans la vie, mais qu’as-tu que tu n’as point reçu ? Approchons-nous de sorte à REVENIR à l’Évangile. Jésus a accompli par sa vie parfaite et son sacrifice parfait ce qu’il fallait pour que je sois parfaitement en paix avec Dieu. Approchons-nous de lui de sorte à RECONNAÎTRE ses promesses et ses bénédictions. Lorsqu’on prend le temps de se rappeler tout ce qu’il a fait pour nous dans la Parole et dans notre passé, on retrouve une confiance et une assurance qu’il agira dans l’avenir. Lorsqu’on compte sur ses promesses, on comprend qu’il sera toujours là, qu’il a un plan et une volonté et qu’avec lui, le meilleur est toujours à venir.

  • Se confectionner un contexte favorable

Si vous faites l’école à la maison, une fois que vous avez bien pris le temps de retrouver votre paix offerte gratuitement en Jésus, vous pouvez alors vous organiser un plan de travail qui vous aidera à être plus opérationnels. Voici la règle des 3 P pour travailler comme un Pro à la maison.

      1) Période

Établissez un horaire de travail strict et respectez-le. Choisissez un horaire réaliste. Par exemple, vous travaillez de 10h à 16h. À la maison, il faut s’offrir régulièrement des pauses et s’aérer le cerveau. Prenez, par exemple, unepause de 10 min par heure de travail. Les réseaux sociaux et les courriels sont des distractions qui non seulement gobent du temps, mais aussi préoccupent bien souvent notre cerveau, lui volant ainsi encore une fois sa paix et sa concentration. La méthode la plus productive est de s’octroyer des temps précis pour prendre ses courriels et vérifier ses réseaux sociaux et ne pas en déroger. Par exemple, vous pouvez prendre vos courriels une fois avant de commencer à travailler, vous y revenez durant votre pause du midi et vous y retourner le soir à la fin de votre travail, c’est une bonne proposition. Pour terminer avec ce point, je vous conseille de prendre régulièrement des petites marches à l’extérieur durant vos pauses de 10 min, il est reconnu que les marches aident à entretenir l’hygiène mentale.

      2) Place

Choisissez l’endroit où vous allez travailler et prenez-en bien soin. Faites le ménage et entretenez cet endroit. Là aussi, il bien reconnu qu’attribuer un endroit spécifique pour une tâche augmente la productivité. Plus encore, de la même manière que le fait de prendre des marches contribue à l’hygiène mentale, avoir un espace bien rangé aide aussi à cet effet. Notre environnement extérieur est bien souvent le résultat de notre état intérieur. Prendre le temps de mettre les choses en ordre autour de nous nous aide parfois à y voir plus clair. Inversement, si l’on vit au milieu d’un chaos il ne faut pas s’étonner d’avoir un parcours scolaire chaotique.

     3) Programme

Finalement, je te propose de rythmer ton travail. Parfois, lorsqu’on se concentre trop longuement sur une seule tâche on perd l’intérêt et cela devient monotone. Rythmer les matières et les types de travaux permet aussi de stimuler la réflexion et la créativité. Si tu as des matières préférées, tu peux alterner afin de garder l’intérêt jusqu’à la fin.

Voilà quelques astuces afin de t’aider à travailler à la maison comme un pro. Si jamais pour une raison ou une autre tu bloques à certains moments et tu n’arrives plus à progresser, arrête ce que tu fais et retourne affûter ta hache spirituelle devant Dieu. En Christ, son fils, Dieu nous offre la plus grande des paix, mais puisque nous sommes remplis de failles, parfois au cours d’une journée nous avons des fuites et donc le besoin d’y retourner.

Pour conclure je t’offre un 4ème P en extra, tout aussi reconnu par les experts comme astuce pour mieux sortir de son confort matinal mou et aider à mieux travailler. Alors voilà, enlève ton Pyjamas, Prends une douche, et mets des vêtements propres, tu te sentiras comme un Pro, mais à la maison !

Simon Archambault

Simon Archambault M.Th. est pasteur des ados depuis 10 ans. Il est pasteur des ados de l’Église Le Portail à Laval au Canada depuis 5 ans. Il est également professeur d’herméneutique à l’institut de théologie pour la francophonie. Il est aussi membre du concile SOLA.

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *