La maladie ne signifie pas que Dieu m’a oublié

C’était il y a 4 ans, quand tout a changé. Je me souviendrai toujours du jour où mes attentes concernant la vie ont commencé à s’effriter alors que j’étais plongé, à contrecœur et de façon inattendue, dans le monde de la brisure et du handicap. Je me posais cette question : « pourquoi cela m’arrive-t-il ? » Suis-je maudit ? Dieu m’a-t-il condamné à souffrir sans savoir le pourquoi de ma souffrance ?

Dans ma douleur, je ne cessais de penser à ce vieux Job qui avait tout perdu : enfants, richesse et amis ne sachant pas pourquoi. Il semblerait que Dieu me conduisait vers ce chemin sans issue auquel je ne pouvais pas échapper.

 

  1. L’évangile de prospérité dit le contraire de l’enseignement biblique sur la souffrance

S’il y a une chose que j’ai remarqué, c’est que nous sommes plus enclins au confort qu’à la persécution. Nous n’aimons pas des personnes comme Job. Nous voulons être chouchouté et avoir des sucettes à la bouche. Nous aimons entendre que Dieu bénit, qu’il veut nous donner un mari, une promotion, une guérison. De ces dérives naissent l’évangile de prospérité. Ce faux évangile nous dit que Dieu nous veut toujours en bonne santé. Je sais de quoi je parle car j’ai grandi en Afrique, où ce phénomène cause de nombreux dégâts.

Le problème est que nous n’aimons pas entendre parler des pays où les chrétiens sont persécutés. Nous souhaitons entendre que Dieu nous veut riches, et que nous soyons en tête et non à la dernière place dans la queue.

  1. Ce jour inoubliable

Cela s’est passé en 2016, un jeudi. Comme à l’accoutumé, je faisais du sport dans ma chambre. Tout à coup j’ai été saisi d’une violente douleur au niveau du cerveau. Ce n’était pas de simples maux de têtes. La douleur était si forte que je suis sorti de ma chambre en courant tellement la douleur était forte. J’avais l’impression que l’on empoignait et serrait avec force mon cerveau de l’intérieur. Mon beau-frère était dans le salon quand il a entendu mes cris, il se précipita dans le couloir. Il me demanda ce qui se passait. Je ne savais pas quoi répondre car la douleur était vraiment intense. Ce jour fut le début d’une longue série de souffrances dans ma vie. À partir de ce jour, les maux de têtes et les problèmes de santé se sont enchaînés (problème de cœur, maux d’estomac, difficulté à respirer, difficulté à réfléchir qui gâchait mes études). Ce n’était pas que mon corps qui souffrit, mon esprit le rejoignit rapidement. J’ai eu des pensées d’infériorité, des pensées suicidaires. Ma vie était un mirage…

Chaque matin je me réveillais avec l’envie de mourir. Ma vie n’était que chaos et succession d’épreuves et des souffrances. Je pensais que Dieu m’avait mis au rang des inutiles de la société. Le Dieu qui m’avait appelé pour le connaître et pour le servir plus tard dans le ministère m’avait-il abandonné ? M’avait-il sauvé pour me perdre après ? N’étais-je pas mieux quand j’étais un non chrétien ? Je ne souffrais pas, je ne rendais de compte à personne. Cela n’avait pas de sens. Pourquoi je souffre maintenant ? Dieu me semblait si lointain. Ces questions remplissaient mon quotidien. Mes nuits étaient sans sommeil, cherchant celui qui m’avait sauvé : où était-il ? Où était mon Dieu dans mes maux ? Florent Varak dit ceci :

« Dieu n’est jamais sur le podium pour les belles choses de la vie, et il est toujours sur le banc des accusés pour les pires choses de la vie. Une dysmétrie qui en dit long sur le cœur naturel de l’homme. »

En cette période, c’est ainsi que j’agissais envers Dieu dans mon cœur. N’est-ce pas ainsi que nous agissions quand nous souffrons ?

  1. Dieu souverain même sur le mal qui peut nous toucher 

Au début de ma vie chrétienne, je me récitais régulièrement Romains 8.22. Dans ce verset Paul nous rappelle que toute la création gémit.

Ensuite, le verset 8 nous montre que les épreuves que nous subissons ont en vue un plus grand bien : celui d’être à l’image de Jésus-Christ. Joni Eareckson Tada dit, avec sagesse :

« Parfois, Dieu utilise ce qu’il déteste pour accomplir ce qu’il aime. Attardons-nous là-dessus. Laissons-le s’installer un instant. C’est une facette différente, un nouvel angle, sur Romains 8.28. Bien que toutes choses ne soient pas bonnes, Dieu est si gracieux qu’il promet d’utiliser même nos vies brisées à des fins bien plus grandes que ce que nous pensons telles que nous rendre semblables à Christ et exalter sa gloire. »

Nous ne comprenons pas toujours les plans de Dieu, nous voulons des réponses « fast-food ». Où est Dieu dans nos souffrances ? Laissez-moi nous donner, frères, une réponse simple : Il est là où il a toujours été, sur son trône.

 

  1. Dieu notre ancre 

Laissez-moi vous dire quelque chose aujourd’hui : je suis toujours malade et je souffre toujours de certains maux que je vous ai décrit plus haut. Je vis toujours des épreuves mais ma façon de voir les choses a changé. Je peux mourir à n’importe quel moment car mon cœur s’affaiblit de jour en jour et les douleurs de mon cerveau deviennent plus violentes. Mais, même si je mourais tout de suite, je sais une chose : Dieu est mon salut.

Je ne vis pas forcément les mêmes moments de bonheur que les autres. J’ai parfois l’impression que les autres avancent dans la vie et moi non. Je ne fais pas les mêmes projets qu’eux, je n’ai pas leur réussite et même la plupart du temps, j’échoue. Le Seigneur a décidé de me garder dans une situation précaire mais que puis-je faire si ce n’est lui dire merci et lui faire confiance en réalisant que chaque jour il prend soin de moi et me donne ce qui m’est nécessaire pour mon présent. Et, le reste, s’il le veut, viendra. Même dans notre désarroi, même dans nos manquements, même dans nos souffrances s’il a décidé de nous laisser vivre cela pourquoi nous plaindre ? Non, comme le dit David dans le Psaumes 103.2 :

« Mon âme, bénis l’Éternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits ! »

Rappelons-nous que le Seigneur prendra soin de nous, même dans nos faiblesses et nos échecs. Même dans la maladie, Jésus est Seigneur souverain.

Tu devrais aussi aimer...

3 Commentaires

    Avatar
  • Merci pour cette mise au point.
    J’ai aussi traversé des épreuves qui m’ont permis de comprendre que Dieu est Souverain. Tout ce qu’il permet, tout ce qu’il fait est pour le bien de celui qui espère en lui.
    Il n’est jamais loin de nous.
    Notre souffrance doit parfois nous briser pour nous rapprocher de lui.
    Gloire à l’Éternel qui te fortifie et te soutient quelque soit ta situation ou ta saison.

  • Avatar
  • Vraiment merci pour celà car nous pensons souvent être dans un film sue Dieu te bénisse.

  • Avatar
  • Très chouette témoignage ! Il m’a rappelé Philippiens 4:13 (souvent sorti de son contexte)
    Ce n’est pas parce que tu suis Dieu de tout ton coeur que ta vie sera sans épreuves. Au contraire, tu peux tout par celui qui te fortifie, dans le sens où malgré des circonstances difficiles, tu sais te ressourcer auprès de ton créateur, souverain sur tout !
    Bon courage, et que Dieu te garde dans cette situation

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *