Déterrer les chrétiens pour atteindre les nations (John Piper)

Au moyen du coronavirus, Dieu déterre les racines de chrétiens bien implantés partout dans le monde, pour les libérer, leur confier un rôle nouveau et radical, et les envoyer annoncer l’Évangile de Christ aux peuples non atteints du monde.

Établir un lien entre le coronavirus et la mission peut sembler étrange, car à court terme, le coronavirus met fin aux voyages, aux migrations et à l’avancée missionnaire. Cependant, je ne pense pas à court terme. Dieu s’est servi des souffrances et des bouleversements de l’Histoire pour déplacer son Église vers des endroits où elle devait se rendre. Je suggère qu’il le fera de nouveau dans le cadre de l’incidence à long terme du coronavirus.

La persécution comme stratégie missionnaire

Dieu, par exemple, a fait sortir son peuple de Jérusalem pour l’envoyer en mission en Judée et en Samarie. Jésus avait demandé à ses disciples d’apporter l’Évangile au monde entier, y compris « à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1.8). Cependant, à l’époque d’Actes 8, il semble que la mission ait été bloquée à Jérusalem.

Qu’a‑t-il fallu à l’Église pour qu’elle se mette en route pour la mission ? Il a fallu la mort d’Étienne et la persécution qui a suivi. Dès qu’Étienne est mort en martyr (Ac 7.60), un temps de persécutions s’est déclenché :

Il y eut, ce jour-là, une grande persécution contre l’Église de Jérusalem ; et tous, excepté les apôtres, se dispersèrent […] Ceux qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu, annonçant la bonne nouvelle de la parole (Ac 8.1-4).

C’est ainsi que Dieu a mis son peuple en marche – au moyen du martyre et de la persécution. Enfin, « la Judée et la Samarie » ont entendu l’Évangile. Les voies de Dieu ne sont pas les nôtres, mais sa mission est certaine. Jésus l’a affirmé et sa Parole doit s’accomplir. « Je construirai mon Église, et les portes du séjour des morts ne l’emporteront pas sur elle » (Mt 16.18 ; SG21). « Cette bonne nouvelle du royaume sera proclamée dans le monde entier pour servir de témoignage à toutes les nations » (Mt 24.14 ; SG21). Non pas sera peut-être proclamée, mais « sera proclamée ».

Les revers comme avancée stratégique

On pourrait voir dans le coronavirus un revers pour la mission mondiale. J’en doute. Les voies de Dieu comportent souvent des revers apparents qui se traduisent par de grandes avancées.

Le 9 janvier 1985, Hristo Kulichev, pasteur d’une assemblée en Bulgarie, a été arrêté et mis en prison. Son crime ? Avoir prêché dans son église alors que l’État avait nommé un autre homme comme pasteur que l’assemblée n’avait pas élu. Après avoir subi une parodie de justice comme procès, il a été condamné à huit mois de prison. Pendant son séjour en prison, il a fait connaître Christ de toutes les manières possibles.

À sa sortie, il a écrit : « Les prisonniers et les geôliers ont posé beaucoup de questions, et il s’est avéré que nous y avons eu un ministère plus fructueux que ce que nous aurions pu espérer à l’église. Dieu était mieux servi par notre présence en prison que si nous avions été libres. »

C’est souvent comme cela que Dieu opère. La portée et la gravité mondiales du coronavirus sont trop grandes pour que Dieu les gaspille. Cette pandémie servira son invincible objectif d’évangélisation du monde. Christ n’a pas versé son sang en vain. Apocalypse 5.9 dit que, par ce sang, il a racheté « des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ». Il recevra la récompense que lui a acquise sa souffrance. Même les pandémies serviront à mener à terme le Grand Mandat.

L’article suivant est un extrait du livre de John Piper, Le coronavirus et Christ. Ce livre vous sera envoyé gratuitement sous forme de livre audio (lu par Timothée Davi) et de livre électronique après avoir rempli le formulaire que vous trouverez ici.

John Piper

John Piper est un pasteur et prédicateur américain, fondateur du site desiringGod.org et auteur d'une cinquantaine de livres, dont "Et si je ne gâchais pas ma vie ?".

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *