Qui est ton véritable ennemi ?

Je vis en ville et je vois beaucoup de monde dans les rues et dans les métros. Partout, tout le temps. Parfois, ça me donne une sorte de phobie des gens : peur des pickpockets et peur des SDF pas nets. Je me suis donc mise à détester voir des gens. J’ai commencé à ne plus avoir d’amour, mais plutôt beaucoup de méfiance : la peur des inconnus, et de mes prochains

C’est vrai que l’on pourrait avoir tendance à être en colère contre les gens autour de nous, comme lorsque notre professeur ou un ami dit quelque chose de méprisant sur le christianisme ou sur Jésus. Ça t’est déjà arrivé ? Ça nous indigne, et c’est compréhensible car nous appartenons à Jésus. On serait vite tentés de mal interpréter ces situations, mais qu’en dit la Bible ?

Notre véritable ennemi : le Diable

Si tout cela nous donne de la haine contre les autres, alors c’est dommage, car nous ne menons pas le bon combat ! Notre ennemi, ce n’est pas le non-chrétien qui rejette Dieu, mais c’est le Diable ! Comme le montre Éphésiens 2.1-2 : nous étions comme eux avant de connaître Dieu. Il s’agit donc de les voir sous une autre perspective, celle de Dieu. Car, celui qui les aveugle, qui essaie de les maintenir dans son camp, c’est Satan. C’est ce que l’on apprend aussi avec Éphésiens 6. Ce texte a vraiment changé ma vision des choses : je n’avais plus d’amour pour les autres, et mon combat était mal orienté !

N’aie pas de haine contre les autres, même s’ils sont injustes (Éphésiens 6.12)

J’avais raconté à ma grand-mère qu’un de mes professeurs démontrait par toutes sortes de raisonnements que le christianisme est faux, ce qui m’énervait beaucoup. J’avais l’impression que mon professeur m’avait mise dans une boîte et qu’à chaque cours, il me collait des post-it : « chrétiens », « dogmatisme », « dolorisme », « fou », « faux », … Mais ma grand-mère m’a reprise : « Ce n’est pas toi que ton professeur met dans une ‘boîte’, c’est Jésus ! » La haine ou les moqueries qui s’expriment contre nous sont en fait l’expression du rejet de Dieu, à qui nous appartenons, et le signe tangible que ceux qui s’y adonnent sont sous la domination de celui qui « agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Éphésiens 2.1-3).

Aimons ces hommes autour de nous, aveuglés et perdus par Satan ! Le texte d’Éphésiens 6.12 dit : « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les pouvoirs, contre les dominateurs des ténèbres d’ici-bas, contre les esprits du mal dans les lieux célestes. » Notre combat N’est PAS contre les hommes ; c’est une dimension spirituelle qui est en jeu, un combat spirituel et nous avons besoin de puiser des forces solides pour cette lutte.

Où donc puiser nos forces ?

Revêts-toi de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les manœuvres du diable (Éphésiens 6.11)

Dieu ne nous laisse pas seuls dans ce combat ! Au verset 10 de ce texte d’Éphésiens 6, on voit qu’en Dieu, nous avons tout ce qu’il nous faut pour lutter :

« Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussures à vos pieds les bonnes dispositions que donne l’Évangile de paix; prenez, en toutes circonstances, le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du Malin ; prenez aussi le casque du salut et l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu. » (Éphésiens 6.13-17)

Quoi de plus complet et de plus rassurant, de la part de celui qui n’a rien au-dessus de lui (Éphésiens 1.20-23) !

Prie avec persévérance (Éphésiens 6.18-20)

Et prions ! La prière est tellement importante ! Parlons à Dieu de ce que nous vivons, pour que nos amis, camarades, professeurs rencontrent un jour Jésus ! Nous savons que Satan est déjà anéanti, comme il est écrit dans ce verset où Jésus dit :

« Dans le monde, vous aurez à souffrir bien des afflictions. Mais courage ! Moi, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16.33)

Il a déjà tout accompli à la croix ! Agissons donc pour Jésus, car il revient et il détruira le mal et le Diable pour toujours

Quelle attitude ce texte nous conduit-il à avoir ?

Auteur : Sarah-Line K.

Sarah-Line, 20 ans, est étudiante en droit européen et membre de l’église Saint Lazare à Paris.