À quoi ressemble vraiment le succès ?

« 10 étapes pour atteindre la célébrité »

« Comment faire le buzz »

« Nos conseils pour devenir une célébrité »

Ce genre de messages nous bombardent constamment. 

Nous avons tous reçu des conseils pour avoir plus de succès. 

Comment faire en sorte que notre musique soit connue. Comment écrire et publier un best-seller. 

Le monde nous dit que nous devons être connus. Notre nom devrait rester dans les annales. C’est la philosophie séculière de notre monde, mais elle ne s’y limite pas. 

Dans les cercles chrétiens aussi on nous dit qu’on devrait avoir du succès. Malheureusement, ce qu’on y entend n’est pas si différent de ce que le monde dit. L’efficacité des ministères est mesurée par le nombre de personnes atteintes. Un auteur peut dire qu’il/elle a atteint son objectif à partir du moment où il/elle a un certain nombre d’abonnés sur Instagram. Une bonne musique chrétienne c’est celle dont tout le monde connaît le titre.

Est-ce vraiment comme ça que nous devrions réfléchir ?

« Bien sûr que non !», tu te dis sûrement, et je suis d’accord. Mais au fond, est-ce que nous le croyons vraiment, ou est-ce que nous ne suivons pas secrètement ces schémas liés au succès ? Est-ce que nous mesurons la valeur de ce que nous faisons pour Christ de la même façon que le monde mesure le succès ? Par le nombre de lecteurs de notre lettre de nouvelles ? Par notre nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux ? Par le nombre de messages encourageant que nous envoyons chaque semaine ?

Est-ce que nous n’espérons pas secrètement que notre nom soit connu ?

Récemment j’ai eu une pensée curieuse qui m’a mise au défi.

Et si ?

Et si Dieu ne voulait pas que j’écrive un best-seller ? Et si j’étais censé(e) servir Dieu dans la jungle reculée sans que me nom ne soit jamais connu ? Et si toutes les leçons que j’enseigne aux enfants ne portaient aucun fruit ? Et si ?

Et si durant le cours de toute ma vie je ne menais qu’une personne à Christ ? Et si je n’en menais aucune ? Et si c’était ça le plan de Dieu pour ma vie ?

Est-ce que ça en vaudrait toujours la peine ? Est-ce que le travail que j’aurais mis pour la rédaction de ce livre en vaudrait la peine ? Est-ce que les larmes versées pour ces enfants avec lesquels je passe du temps pendant les camps d’été en vaudraient la peine ? Et toutes ces années de persévérance ?

Est-ce que ça en vaudrait toujours la peine de suivre Jésus ?

La Bible nous dit de tout faire pour la gloire de Dieu (1 Corinthiens 10.31), mais c’est plus facile à dire qu’à faire !

Et si je ne recevais aucune éloge d’autres personnes durant toute ma vie ? Est-ce que Jésus en vaudrait toujours la peine ? Est-ce que ce serait suffisant d’avoir Jésus ? Je veux être capable de dire « oui, oui, ça vaut la peine de tout perdre pour Jésus. » Parce que c’est le cas !

Alors que le monde crie « Fais connaître ton nom ! » c’est parfois difficile d’abandonner nos rêves et nos espoirs à propos de ce livre à succès et de ce chant que tout le monde connaîtra. On peut avoir du mal à dire : « Seigneur, je fais confiance à ton plan car je sais qu’il est bon. »

Esaïe 55.9 nous dit que « Le ciel est bien plus haut que la terre. De même, mes voies sont bien au-dessus de vos voies, et mes pensées bien au-dessus de vos pensées. »

Mais ce n’est pas tout.

Il faut aller plus loin que ça. Pas seulement dire « Père, tes plans sont bons », mais « Père, tes plans sont meilleurs. »

Dieu ne fait pas d’erreur. Et nous savons que toutes choses concourent au bien de ceux qui l’aiment, de ceux qui sont appelés selon son plan (Romains 8.28). 

Et cela inclut ce chant qui n’aura pas plus d’une centaine de vues sur YouTube. Ça inclut ce petit blog qui n’est lu que quelques fois par mois – beaucoup moins que ce que vous espériez. Et oui, ça inclut aussi ce livre qui ne fait pas beaucoup de ventes, moins de 50 copies.

Est-ce que ça vaut la peine de se donner tant de peine pour Jésus ? De travailler dur ? De pleurer ?

Même si ce que nous faisons ne semble pas être un succès aux yeux du monde ? Même si ?

Pose-toi la question suivante et cherche à y répondre  :

Est-ce que tu es prêt à tout donner pour Jésus ?

Article traduit avec autorisation, merci à Sephora pour la traduction.

Tu devrais aussi aimer...

1 Commentaire

    Avatar
  • Merci

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *