Bien comprendre Lévitique (partie 1)

Le livre du Lévitique est probablement l’un des plus compliqués à comprendre de la Bible. Dans les prochains articles que je ferai, je verrai les points principaux qu’on peut retenir dans les chapitres 1 à 15 de ce livre.

Premièrement, une question qui revient souvent est pourquoi Dieu répète les instructions sur les mêmes sacrifices aux chapitres 1 à 5 et chapitres 6 et 7. C’est parce que les chapitres 1 à 5 concernent les instructions pour le peuple (voir Lévitique 1.2) et les chapitres 6 et 7 concernent les instructions pour les sacrificateurs (voir Lévitique 6.2).

Avant de commencer, voici une petite citation de John MacArthur sur ce passage (chapitre 1 à 7) : « Les cinq sacrifices et offrandes décrits avaient une valeur symbolique. Leur objectif était de permettre à l’adorateur vraiment repentant et reconnaissant d’exprimer sa foi et son amour pour Dieu par l’accomplissement de ces rituels. Lorsque le cœur n’était ni repentant ni reconnaissant, Dieu n’était pas heureux du sacrifice offert (Am 5.21-27). »

Donc, commençons avec le chapitre 1 de Lévitique qui parle du sacrifice de l’holocauste. Un petit conseil serait aussi de lire Hébreux 9 en même temps que de lire ces chapitres de la Bible.

1. L’holocauste:

Chapitre 1 v.3« Si son présent est un holocauste pris sur le gros bétail, il présentera un mâle sans défaut ; il le présentera à l’entrée de la tente de la rencontre, pour qu’il soit agréé devant le Seigneur. »

Ce sacrifice-là est pour représenter l’expiation des péchés (le fait que nos péchés soient couverts/pardonnés). C’est pour ça qu’il fallait un animal sans défaut (v.3). Mais cela n’était pas suffisant pour pardonner pour de vrai les péchés. Ce sacrifice pointait vers l’attente d’un vrai sacrifice parfait et sans défaut, celui de Christ (c’est pour ça qu’il n’a jamais péché, il est le sacrifice sans défaut qui permet le pardon de nos péchés). Les animaux n’étaient pas assez purs, c’est justement pour ça qu’au verset 9 il demande de les laver, mais évidemment, l’animal n’était tout de même pas parfait et assez pur pour accomplir un vrai pardon effectif des péchés, mais il pointait vers le sacrifice plus grand qui allait être fait.

Hébreux 9.13-14 « En effet, si le sang de boucs et de taureaux, ou la cendre d’une génisse qu’on répand sur ceux qui ont été souillés, consacrent de manière à purifier la chair, combien plus le sang du Christ – qui par l’Esprit éternel s’est offert lui-même à Dieu, sans défaut – purifiera-t-il notre conscience des œuvres mortes, pour que nous rendions un culte au Dieu vivant ! »

On voit aussi le contraste entre la répétition de ces sacrifices face à l’unique sacrifice de Christ qui est suffisant.

Hébreux 10. 11-12: « Tout prêtre se tient à son poste chaque jour pour faire son service et offrir maintes fois les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés. Mais lui, après avoir présenté un seul sacrifice pour les péchés, il s’est assis pour rester à perpétuité à la droite de Dieu. »

L’aspersion du sang (v.5) est là parce qu’il n’y a pas de purification sans que le sang coule (Hébreux 9). Et le sang de Christ est celui qui a coulé pour la purification de nos péchés.

Le fait que le sacrifice est dispersé sur le bois (v.8) est une allusion au Christ qui va être cloué au bois.

Conclusion

En conclusion, le sacrifice de l’holocauste est un sacrifice qui préfigure Christ. N’oublions pas le si beau et grand sacrifice de Christ à la croix. Aussi, restez à l’affût de mes prochains articles qui pourront vous aider à mieux comprendre le livre du Lévitique.

Mykaël A.
Auteur : Mykaël A.

17 ans, passionné de théologie et étudiant.

Voir tous ses articles →