La pornolescence

Cela va prendre du temps, des décennies au moins, avant que nous soyons capables d’appréhender avec précision le coût de notre addiction culturelle à la pornographie. Mais en tant que chrétiens nous savons ce que veut dire altérer le dessein clair et sans ambiguïté de Dieu au sujet de la sexualité : le coût sera élevé. Il doit être élevé.

Nous savons tous que le coût sera élevé dans les familles touchées et les parents, maris et femmes avec le cœur brisé. Nous en voyons déjà trop et chacune vient avec son lot de tragédies. Nous savons que le coût sera élevé chez les milliers de femmes qui sont utilisées et dont on abuse devant les caméras afin de pouvoir être violées pour le plaisir d’autres personnes. Ceci est aussi une horrible tragédie. Mais un coût qui est négligé, et qui ne deviendra clair que dans le temps, est le fait que la pornographie vole les meilleures années de millions de jeunes hommes et jeunes femmes chrétiens. La pornographie domine leur vie pendant leur adolescence et leur vingtaine. Elle contrôle leur vie pendant ces années où leur énergie est élevée et leur responsabilité est faible, quand le monde leur est ouvert et que les possibilités sont sans fin, quand ils prennent des décisions déterminantes pour le restant de leurs vies. Leurs rêves et leurs capacités sont entravés et étouffés par un engagement inconsidéré à pécher. 

Tellement de jeunes chrétiens ont retardé leur croissance spirituelle par ce que j’appelle la pornolescence. La pornolescence est cette période où une personne est assez âgée et mature pour savoir que la pornographie est mauvaise et a de graves conséquences, mais trop immature ou indifférente pour faire quoi que soit pour y remédier. La pornolescence est cette période où la personne ressent la culpabilité de son péché, mais y prend beaucoup trop de plaisir pour arrêter. Elle va peut-être demander une aide occasionnelle, ou installer « Covenant Eyes » : un logiciel de filtrage (tout en laissant une porte ouverte quand la tentation est trop forte), ou demander à quelqu’un de lui être redevable. Mais elle ne veut pas vraiment arrêter. Pas encore. Elle va peut-être téléphoner à une amie à l’occasion ou planifier de parler à une des femmes plus âgées dans l’Église, mais en fin de compte, sa honte intérieure pèse plus lourd que son désir de sainteté. Alors elle continue, nuit après nuit.

Voilà ce qu’est la pornolescence, cette période entre voir le péché pour ce que c’est et le mettre à mort, cette période entre la profonde conviction d’immoralité et l’engagement tenace à la pureté. Pour certaines personnes cela dure quelques jours, mais pour beaucoup d’autres cela dure des années. Beaucoup de jeunes – trop de jeunes – grandissent au ralenti aujourd’hui. Leur réveil sexuel vient beaucoup trop tôt et au milieu de toutes ces mauvaises circonstances, et cela retarde toute autre sorte de réveil et de maturation. Cela retarde tout particulièrement leur maturation spirituelle. 

1 Thessaloniciens 4.3 est clair comme le jour sur ce sujet : « Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité ». La croissance d’un chrétien vers la sainteté et son développement dans la maturité chrétienne sont directement et étroitement liés à la pureté sexuelle. Une personne ne peut pas courir à fond après Dieu tout en courant à fond après la pornographie. C’est une question de « soit/ou », et non « les deux/et ». On ne se moque pas de Dieu. Dieu ne te laissera pas gravir les sommets de montagnes spirituelles alors que tu t’abaisses vers l’impureté de la pornographie. Dieu ne te laissera pas grandir dans la maturité chrétienne alors que tu baignes dans ton incessante pornolescence.

Et je pense que le temps prouvera que c’est l’un des coûts les plus élevés de la pornographie : elle vole les meilleures années de tellement de jeunes chrétiens. Elle retarde leur croissance spirituelle et retarde leur entrée dans le ministère et le service chrétien. Ce sont les personnes qui représentent le futur de l’Église – futurs anciens, futurs diacres, futurs leaders dans le ministère des femmes, futurs leaders de jeunes, futurs travailleurs auprès des enfants, futurs mentors, futurs missionnaires, futurs professeurs d’école biblique, futurs défenseurs de la foi, futurs responsables d’alliance d’Église etc. Mais avec chaque clique, chaque vidéo, chaque exposition sans gêne à ce que Dieu considère comme odieux, ils choisissent d’adorer un dieu à la place du seul et unique Dieu. Et pendant tout ce temps ils retardent leur entrée dans la maturité, le leadership. Ils tardent à devenir la personne que Dieu les appelle à être. 

Si tu te reconnais dans cet article, entends mon appel : dans l’intérêt de l’Église de Christ, et par amour pour l’Église de Christ, mets ce péché à mort. Fais-le pour lui, et fais-le pour nous.


Article traduit avec autorisation, merci à Mary pour la traduction.

Auteur : Tim Challies

Tim est un bloggueur, auteur et recenseur, responsable du blog Informing the Reforming.