Pourquoi se demander « est-ce que je peux faire ça en tant que chrétien ? » n’est pas la bonne question ?

Une des questions les plus fréquentes que je reçois dans mon groupe de jeunes est la suivante : est-ce que je peux faire telle ou telle chose en tant que chrétien ? J’ai compris après un temps pourquoi on me posait cette question. La plupart des ados voulaient vivre une vie qui ne « dérangeait » pas Christ, du coup, ils cherchaient à éviter certains péchés qui pourraient rendre Jésus triste. Nous sommes tous passés par là en tant que jeune. Mais sans s’en rendre compte, cela montre une chose : quand nous pensons de cette manière, Christ n’est pas le centre.

Vous pourriez vous demander : « mais qu’y a-t-il de mal à savoir ce qui est permis et ce qui ne l’est pas » ?

L’auteur du livre Hébreux nous dit la chose suivante, dans le chapitre 12 :

« Nous donc aussi, puisque nous sommes entourés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance l’épreuve qui nous est proposée. »

Pourquoi l’auteur ne parle pas que du péché ? Qu’est-ce que le « fardeau qui nous enveloppe si facilement » ? Qu’est-ce que cela signifie ?

Vois-tu, le fardeau peut être toute chose qui, à la base, est une bonne chose ou quelque chose qui n’est pas forcement mauvais, mais qui attire toute ton attention, et qui se met entre le Christ et toi. Est-ce permis à un chrétien de regarder des séries ? Bien sûr. Mais que fais-tu si tu te rends compte qu’après une semaine, tu as passé plus de temps sur Netflix qu’avec Christ ? N’est-ce pas devenu un fardeau pour toi ? Tu ne t’en rends peut-être même pas compte, car le passage-même nous montre que cela « nous enveloppe si facilement« . N’est-ce pas une chose qui était bonne à la base mais qui, par conséquence, est devenue mauvaise ?  Et tu peux mettre n’importe quelle activité à la place des séries. Cela peut être les sorties avec des amis, les sports, les jeux vidéo, etc. En fait, toute chose qui pourrait s’interposer entre le Christ et toi devient un fardeau.

Qu’est-ce que le passage nous conseille ? Rejetons tout ça, pas juste le péché, mais aussi toute chose qui se met entre nous et le Christ et qui détourne notre attention de sa Majesté et sa Gloire éternelle.

En tant que jeune, nous cherchons dans les choses de ce monde une source de plaisir, mais le souci avec ces sources est qu’elles sont corrompues, incomparables et peuvent s’interposer très facilement entre nous et le Christ. Mais Christ est notre source de plaisir sans fin, c’est pour cela qu’à chaque fois que je reçois cette question, ma réponse est la suivante :

« En tant que chrétiens, nous ne voulons pas juste savoir si cette chose est permise, mais aussi si cette chose m’aide à courir avec plus de persévérance l’épreuve qui m’est proposée (Hébreux 12.1), et ainsi de grandir et développer une relation avec le Christ qui mettra dans l’ombre toute autre chose de ce monde que nous pensons utile et satisfaisante. »

Ionut Adrian

Ionut, 21 ans, est un roumain vivant a Bruxelles, amateur de théologie, passionné par la Parole et l'informatique, et leader d'ados dans une église a Bruxelles.

Tu devrais aussi aimer...

2 Commentaires

    Avatar
  • Bonjour,
    Merci pour cet article clair, pour ma part c’est vrai que j’ai mes séries…mais dernièrement j’ai déclaré que je mettrais Christ en premier…

  • Avatar
  • Merci pour cet article! On peut peut-être préciser qu’il nous faut chercher le Christ dans tous les lieux de notre vie et l’inviter à y demeurer. Il éclaire alors ces fardeaux parfois difficiles à cerner et sa grâce nous en libère. Notre quotidien et nos relations s’en trouvent transformés sans avoir à les fuir.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *