Comme Paul, nous partageons l’Evangile parce que Dieu est souverain

Lorsque l’on parle du salut, la Bible nous expose des vérités qui peuvent paraître contradictoires à première vue. Parmi ces vérités se trouve le lien entre la souveraineté de Dieu et l’évangélisation. Vous en avez peut-être déjà entendu parler – deux choses qui paraissent contradictoires et qui parfois créent même la polémique. Comment pouvons-nous croire en un Dieu qui est souverain pour sauver, tout en affirmant que l’évangélisation – l’annonce de l’Evangile aux non-croyants – est nécessaire ?

La Bible nous montre que l’apôtre Paul réussissait à harmoniser ces deux vérités, non seulement en théorie, mais aussi en pratique. En effet, nous voyons l’apôtre aborder ce sujet dans des passages connus comme Romains 9 et Éphésiens 1-2, et en même temps nous voyons qu’il était actif et impliqué dans la mission et l’évangélisation. Aucun de nous ne peut affirmer que Paul était un fataliste.

Mais alors comment est-ce que l’apôtre faisait pour harmoniser ces deux vérités ? Nous pouvons voir ceci plus en détails dans ce passage :

« Le Seigneur dit à Paul dans une vision pendant la nuit : « N’aie pas peur, mais parle et ne te tais pas, 10 car je suis moi-même avec toi et personne ne s’attaquera à toi pour te faire du mal. En effet, j’ai un peuple nombreux dans cette ville. » 11 Il s’établit là un an et six mois, enseignant la parole de Dieu parmi les Corinthiens. » – Actes 18.9-11

Alors que Paul était en mission vers la ville de Corinthe, il était effrayé par l’opposition des juifs locaux. Dieu l’assure dans une vision qu’il ne lui arrivera aucun mal parce que Dieu « a un peuple nombreux dans cette ville ». Qu’est-ce que cela signifie ? C’est sûrement une expression que nous avons déjà vue, et à laquelle nous n’avons jamais prêté attention. Pourtant, dans ce passage, nous voyons l’harmonie de notre paradoxe. Alors essayons de comprendre ce que le passage veut dire.

Paul n’est pas allé dans le passé à Corinthe, car en effet c’est sa première visite qui allait suivre. Alors comment était-il possible que Dieu ait « un peuple nombreux dans cette ville » ? Aucun chrétien n’était passé par là jusqu’à Paul.

Nous pouvons conclure que Dieu avait choisi des gens qu’il voulait sauver, et que Paul allait leur annoncer l’Evangile, les évangéliser, et avoir du succès. Voilà ce qu’était l’assurance de Paul. Son assurance ne se trouvait pas dans ses talents et ses connaissances. Son assurance se trouvait dans le fait que Dieu est souverain. Ceci est une excellente nouvelle pour nous.

La souveraineté de Dieu devrait nous encourager et nous pousser à prendre plus de risques, à évangéliser plus, car c’est Dieu qui nous donne l’assurance par sa souveraineté. Nous ne pouvons tout simplement pas croire qu’avec nos techniques humaines nous pourrons ramener un mort spirituel à la vie. Seul Dieu peut faire ça par sa grâce (Éphésiens 2). Et il le fait, alors que nous partageons l’Evangile avec courage et assurance.

C’est pour cela que nous pouvons tout risquer pour Lui, c’est pour cela que nous pouvons sauter dans l’inconnu du ministère et de l’évangélisation, parce que nous avons la meilleure des assurances pour notre succès. Cette assurance est Dieu lui-même.

Pour creuser le sujet, nous t’encourageons à lire le livre L’évangélisation et la souveraineté de Dieu de James Packer (120 pages, 12€).

Auteur : Ionut Adrian

Ionut, 21 ans, est un roumain vivant a Bruxelles, amateur de théologie, passionné par la Parole et l'informatique, et leader d'ados dans une église a Bruxelles.