Joshua Harris quitte la foi… pourquoi ?

2 Août 2019 28 commentaires

Dans le dernier article, j’ai parlé du divorce de Joshua Harris et j’ai proposé quelques leçons que l’on pouvait en tirer. Depuis la rédaction de mon article, il a annoncé qu’il quittait la foi chrétienne.

Son annonce ne laisse planer aucun doute : « Selon les métriques dont je dispose pour définir un chrétien, je ne suis pas chrétien. » Puis il ajoute : « Pour utiliser un vocabulaire biblique, j’ai abandonné [ou trébuché, selon les traductions, voir Marc 4.17 et Marc 14.29].1 »

Pour ceux n’ayant pas suivi son cheminement ces dernières années, cela peut paraître fou. Dans leur esprit, Joshua était encore un pasteur passionné et bien rangé doctrinalement, qui n’aurait jamais pu écrire de telles paroles. En revanche, pour ceux qui ont gardé un œil sur son parcours au fil des années, cette annonce reste certes surprenante mais pas choquante.

Qu’est devenu Joshua après la publication de ses best-sellers ?

À 21 ans, après le succès fulgurant de son premier livre J’ai tourné le dos au flirt, le pasteur CJ Mahaney2 l’a repéré, voyant en lui son potentiel successeur au leadership de la megachurch dont il était pasteur, puis de l’union d’églises dont il était président (Sovereign Grace Ministries). Après 7 ans de stage pastoral, Joshua se retrouve propulsé à tout juste 30 ans pasteur principal d’une église de plusieurs milliers de membres.

En parallèle, il gravit les échelons dans l’organisation The Gospel Coalition (dont Évangile 21 est la branche francophone), jusqu’à devenir membre du comité directeur, aux côtés de pasteurs et théologiens reconnus comme Don Carson et John Piper. Il est invité comme orateur à de nombreuses conférences, et continue à publier des livres populaires sur divers sujets de la vie chrétienne.

On est maintenant en 2010 et Joshua a 36 ans. Jusque-là, tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes et sa « carrière » semble déjà toute tracée.

C’est là que les ennuis commencent…

  • 2011, un conflit acerbe éclate entre les responsables de son union d’églises sur des questions de leadership, d’égo, de pouvoir.
  • 2012, l’église dont Joshua est le pasteur quitte l’union d’églises. La relation entre Joshua et son mentor Mahaney est fracturée.
  • 2014, un scandale éclate, révélant diverses affaires étouffées par les églises de son union au fil des décennies, concernant l’abus sexuel d’enfants. Bien que ces affaires aient eu lieu avant l’arrivée de Harris, il est en première ligne, devant la justice et la presse. En parallèle, Harris révèle qu’il a lui-même été abusé sexuellement en tant qu’enfant.
  • 2015, Harris démissionne de son rôle de pasteur à 41 ans, pour aller étudier la théologie de manière formelle, ce qu’il n’avait jamais fait jusque-là. Du moins il s’agit de la version officielle. En pratique, des membres de son église révèlent que les responsables de l’église ont majoritairement voté pour ne pas lui renouveler leur confiance.
  • 2018, Harris déclare qu’il n’est plus d’accord avec l’idée que le dating3 doit être proscrit. Il pense désormais qu’il peut s’agir d’une manière saine pour une personne de se développer et d’apprendre les qualités qu’elle recherche dans son futur conjoint. Il demande pardon à tous ceux qui ont lu ses livres et ont été d’après lui induits en erreur ou influencés de manière négative. En parallèle, il annonce qu’il retire ses livres de la vente et publie un documentaire où il rencontre ses lecteurs ayant « survécu » à la mise en pratique de ses livres, et où il prend de la distance par rapport à ce qu’il a enseigné (sans utiliser la Bible comme référence).
  • 2019, annonces du divorce et du reniement de sa foi chrétienne.

Comment comprendre ce reniement ?

Au fil des années, j’ai suivi son parcours de près. Dans ma jeunesse, j’ai lu tous ses livres, suivi son blog avec intérêt, et passé des dizaines d’heures à écouter ses prédications. Il m’a souvent encouragé dans la foi par un regard frais sur le texte biblique, et une humilité qui lui permettait de parler ouvertement de ses luttes et échecs.

Comment peut-on passer d’un tel état, à divorcer puis renier sa foi quelques années plus tard ?

Avant d’émettre un jugement, on peut au moins chercher à comprendre. Il semblerait qu’il soit passé par d’intenses souffrances émotionnelles, avec la perte de son mentor qui était un repère pour lui, avec la gestion d’une crise sans précédents dans son église et son union d’églises, avec une épouse qui indique avoir étouffé dans une culture d’églises où sous le vernis de la grâce il y avait un contrôle suffoquant de la part des leaders, avec un vote de non-confiance de la part des responsables de l’église où il aura passé toute sa vie adulte…

Je ne peux qu’imaginer la manière dont il a eu le sentiment de voir le sol s’ouvrir sous ses pieds. Et dès qu’il pensait avoir retrouvé quelques appuis, le sol s’ouvrait une fois de plus pour l’emmener encore plus profond.

Quand tout chancelle autour de soi, quand on remet en cause la culture d’église dans laquelle on a été abreuvé, il devient alors très dur de différencier le bébé de l’eau du bain.

Mais alors, Joshua a perdu la foi ou bien ne l’a-t-il jamais vraiment eue ?

La doctrine de la persévérance des saints (à laquelle adhère la Rébellution) indique que lorsque Dieu sauve un pécheur, il lui donne la grâce de persévérer jusqu’au bout (si vous n’avez jamais étudié cette question, voici une analyse de la part de Henri Blocher, que je vous recommande de lire avant de vous faire votre propre idée).

Concernant la situation de Harris, cela nous laisse les deux possibilités suivantes :

  • Soit il ne s’est jamais vraiment converti, et toutes ces années, il était simplement un « chrétien » dans un moule culturel très fort, et dans lequel il y trouvait des avantages humains (richesse, célébrité, soutien moral, etc.). Dans ce cas-là, nous devons prier pour sa conversion initiale !
  • Soit il est un chrétien né de nouveau, et il passe par une phase de doutes et de remises en question. Dans ce cas-là, nous pouvons espérer et prier que Dieu le rappelle à lui en son temps, et qu’il puisse reconstruire sa vie sur le seul roc (cf. Matthieu 7.24-27).

Seul Dieu connaît le cœur de Harris. Et il le connaît encore mieux qu’il ne le connaît lui-même (cf. Psaume 139 et Romains 8.27). Mon but en écrivant cet article n’est pas de trancher la question ni de pointer Harris du doigt. Je voulais simplement réagir à son annonce pour mettre en lumière ce que la Bible enseigne sur le sujet.

Comment réagir ?

Je vous invite à ne pas être ébranlés. De tous temps des responsables chrétiens ont quitté la foi, comme Démas, un collaborateur de Paul qui l’a « abandonné par amour pour le monde présent » (2 Timothée 4.10). Certains pour un temps, d’autres définitivement. Le ministère pastoral est l’une des vocations les plus éprouvantes qui soient. Cela ne remet pas en question l’Évangile.

En revanche, cela peut nous inviter de manière saine à nous remettre en question et à examiner les fondements de notre foi (2 Corinthiens 13.5, 1 Corinthiens 10.12). Suis-je chrétien simplement parce que j’ai suivi mes parents ? Me suis-je vraiment approprié la foi ? Sans ma structure de soutien actuelle, aurais-je toujours le désir de suivre le Christ ?

Et si vous passez par des doutes ou des remises en question en ce moment, ne cherchez pas forcément à faire taire au plus vite ces voix troublantes dans votre tête. Les doutes peuvent jouer le rôle d’anticorps et révéler des zones où notre foi n’est pas aussi ferme qu’elle pourrait l’être. Des doutes mis rapidement sous le tapis peuvent revenir frapper avec une intensité bien supérieure. Par contre, ne vivez pas ces doutes en isolation, faites-vous entourer, trouvez des frères et des sœurs dignes de confiance à qui en parler, des chrétiens qui ne vous jugeront pas mais qui seront prêts à cheminer à vos côtés (si vous avez des proches qui passent par de telles épreuves, soyez cette sœur ou ce frère, c’est précieux!). Luttez avec ces doutes, à genoux s’il le faut. Demandez à Dieu de vous éclairer. Creusez. Allez au fond des choses. Refusez les réponses toutes faites. Si c’est votre cas, je prie que Dieu vous ouvre les yeux et vous accorde sa paix.

Pour finir, ne fixons pas nos regards sur des hommes ni sur les méandres de notre propre cœur, mais plutôt sur Jésus, celui « qui fait naître la foi et la mène à la perfection » (Hébreux 12.2). N’oublions jamais que ce n’est pas l’intensité de notre foi qui assure notre salut, mais celui en qui nous plaçons cette foi : Jésus !

Que Dieu nous donne à chacun la grâce de persévérer. Je prie cette prière pour vous, chers lecteurs. Et n’hésitez pas à la prier pour moi, j’en ai besoin autant que vous.

  1. Il indique également que dans la culture populaire, le terme utilisé pour décrire son expérience est celui de déconstruction. En gros, la vision du monde de Joshua est telle un bâtiment composé de briques désormais fissurées. À présent, il souhaite les enlever une par une pour tenter de rebâtir quelque chose sur de nouvelles fondations, avec de nouvelles briques.
    Beaucoup lui ont suggéré qu’il existe d’autres manières de vivre sa foi que celle vécue par le segment conservateur du monde évangélique américain dans lequel il a grandi. Joshua n’est pas fermé à une nouvelle approche, mais pour l’instant, il n’en est pas là. Après tout, ce à quoi il renonce, c’est tout ce qu’il a toujours connu…
  2. Plusieurs d’entre vous reconnaîtront Mahaney comme l’auteur du livre Une vie centrée sur la croix, dont la préface a justement été rédigée par Harris, où ce dernier compare sa relation à Mahaney à celle entre Paul et Timothée.
  3. Ce mot n’a pas d’équivalent strict en français et se réfère la pratique d’avoir un copain ou copine sans un engagement fort, et sans forcément y voir le mariage comme une finalité. Il est souvent traduit par flirt, mais le sens des deux mots n’est pas 100% identique.
Avatar
Auteur : Sam P-L

29 ans, marié à Fidji, père de 3 enfants, ingénieur informatique à Lyon et co-auteur du livre Être étudiant et chrétien: opportunités et défis.

Voir tous ses articles →