La joie d’une conscience pure

Qu’est-ce que la conscience ? La conscience c’est la faculté des êtres humains à savoir ce qui est bien ou mal. Avoir une bonne conscience est nécessaire pour vivre une vie qui plaît à Dieu.

Dernièrement, j’ai lu un livre sur ce sujet écrit par Kevin DeYoung et qui s’intitule « La joie d’une conscience pure » (disponible sur le site de Publications Chrétiennes et sur le site de La Maison de la Bible). C’est un petit ouvrage de 50 pages, mais qui est simple, précis et profond. Il nous montre ce que fait une conscience qui remplit son rôle et nous indique les problèmes d’une conscience qui ne remplit pas son rôle. Je tenais donc à vous faire un court résumé.

La conscience, une sujet important pour Paul

Le sujet de la conscience est quelque chose de très important pour Paul. En effet, il en parle énormément dans ses lettres. Dans 2 Corinthiens 1.12, Paul dit : « Car ce qui fait notre gloire, c’est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu. » Nous voyons donc que le fait de suivre sa conscience est quelque chose de très important pour Paul et ça devrait l’être pour nous aussi.

Par ailleurs, nous savons que Paul s’est fait emprisonner pour sa foi (Actes 16), mais il déclarait tout de même qu’il avait suivi sa conscience et qu’il avait bien agi. Un point important que La joie d’une conscience pure nous fait bien comprendre est que « Ce n’est pas parce que l’autre est offensé que je suis automatiquement coupable. » Donc, ne nous sentons pas mal de vivre notre foi et de proclamer l’Évangile même si les incroyants sont offensés.

Les types de consciences qui ne remplissent pas leur fonction

De plus, le livre de Kevin DeYoung nous présente quatre types de conscience que nous ne devrions pas avoir : la « mauvaise conscience », la « conscience flétrie », la « conscience souillée » et la « conscience faible ».

Premièrement, la « mauvaise conscience », c’est lorsque nous savons que nous péchons, mais nous ne faisons rien afin d’arrêter de commettre ce péché. Ce type de conscience est quand même en mesure de discerner le bien du mal, mais elle ne veut pas se détourner du mal.

Deuxièmement, la « conscience flétrie » est lorsque tu as péché et que tu restes indifférent. Cela arrive la plupart du temps lorsque nous avons trop longtemps ignoré ce que nous indiquait notre conscience.

Troisièmement, la « conscience souillée », c’est la conscience qui nous dit que ce qui est mauvais est bon et que ce qui est bon est mauvais. Nous la retrouvons principalement chez les incroyants, mais même des croyants peuvent avoir une « conscience souillée ».

Finalement, le dernier type de conscience est une conscience qui peut être particulièrement présente chez les chrétiens. C’est la « conscience faible ». Elle accuse pour quelque chose qui n’est pas nécessairement mauvais. Lorsque Paul parle de ne pas être une pierre d’achoppement, dans 1 Corinthiens 8, c’est envers ceux-ci qui ne faut pas être une pierre d’achoppement.

Une conscience pure

Finalement, Kevin DeYoung nous présente ce qu’est une conscience pure. Une conscience pure sait déterminer ce qui est conforme ou non à la volonté de Dieu. Une bonne conscience va se détourner du péché, mais le plus important c’est qu’elle va se tourner vers Christ. Une bonne conscience devrait toujours être centrée sur Christ et sur la croix. Voyons notre péché comme quelque chose qui mérite un jugement éternel, mais voyons aussi que, par la grâce de Dieu, ce jugement a été pris par Christ à la croix.

Mykaël A.
Auteur : Mykaël A.

17 ans, passionné de théologie et étudiant.

Voir tous ses articles →