Ce que Dieu m’a appris à travers Caïn

Caïn et Abel (Genèse 4). Qui ne connaît pas cette histoire ?

Les professeurs d’histoire ou de littérature la qualifie de mythe, de légende. Mais n’empêche qu’il la connaisse !

Le récit du premier assassin et du premier assassiné de l’histoire ne pourra jamais être oublié. Mais souvent, nous avons tendance à nous reposer sur nos lauriers. On « connaît » l’histoire donc on ne la lit plus, on ne la relit pas. Sauf que cette logique-là minimise Dieu, finalement.

Elle dit : « Dieu m’a parlé une fois sur ce récit biblique, Il n’a plus rien à me dire ou à m’apprendre ». Or, tu n’étais pas la même personne l’an dernier, le mois dernier ou Même hier. Chaque journée est un nouveau combat avec des enjeux changeants. Alors Dieu peut nous dire « Attrape la pomme » il y a deux semaines et « Épluche la pomme » aujourd’hui au travers de la même histoire biblique. Mettre Dieu dans une boîte bien rangée n’est pas une bonne idée car il est insaisissable.

Suite à cette réflexion, j’ai voulu me replonger dans le livre de la Genèse. Et après la création, le jardin d’Eden, la tentation puis la chute, je suis arrivée à Caïn et Abel. Figure-toi que Dieu m’a frappé par de nombreux détails auxquels je n’avais jamais prêté attention jusqu’à présent. Ce mois-ci je me concentrerai sur un point sur lequel Dieu m’a parlé à travers Caïn.

Avoir le choix

Replongeons-nous dans l’histoire. Que s’y passe-t-il ? Nous sommes le jour des offrandes. Abel offre à l’Eternel les premiers-nés de son troupeau tandis que Caïn lui offre des « produits de la terre » (v.3)

Résultat : l’offrande d’Abel plût à Dieu tandis que celle de Caïn non. C’est alors qu’inévitablement, les émotions négatives sont arrivées dans le cœur de Caïn. Sûrement de la colère, de la jalousie, de la haine même. Une envie de vengeance, certainement. En tout cas, il « arbora un air sombre » (v.5).                         

MAIS à ce moment-là, Caïn avait le choix. En effet, ressentir une émotion ou un sentiment est naturel et automatique. Néanmoins, les pensées négatives ne plaisent pas au Seigneur.

Caïn aurait pu se repentir et prier pour obéir à Dieu plutôt qu’à ses émotions. Écouter ce que nous soufflent nos sentiments plutôt que la voix de Dieu est un acte délibéré et un péché.

Contrairement à ce que la société nous incite à penser, nous ne sommes pas esclaves de nos sentiments puisque Dieu nous a donné une solution qui rend libre. Malheureusement, agir librement c’est aussi bien être libre d’agir avec discernement que de manière mauvaise. Et c’est la seconde option que Caïn a choisie.

Pourtant, Dieu l’avait mis en garde : « Certainement, si tu agis bien, tu te relèveras. Si en revanche tu agis mal, le péché est couché à la porte et ses désirs se portent vers toi, mais c’est à toi de dominer sur lui ». (v.7) Et TOI par la grâce de Dieu tu as le pouvoir de choisir de dominer sur le péché. En priant, en lisant ta Bible, avec l’aide du Saint-Esprit, etc. Dieu nous donne toutes les armes pour lutter contre le péché alors ne soyons pas des Caïn, mais choisissons de prendre de la hauteur par rapport à nos péchés et de laisser Dieu seul contrôler nos actions.

Auteur : Elykia G.

Elykia, 16 ans, est une lycéenne ordinaire qui a une passion pour la couleur bleu et le fait de rire. Entre cours et cours elle chante, écrit et aime aimer les autres - car c'est parce que Dieu nous a tant aimés qu'il a envoyé Jésus pour nous sauver.