Christ au centre de ma recherche du conjoint

40%. C’est le pourcentage de chrétiens protestants célibataires aux États-Unis (selon Pew). Aux États-Unis comme en France, le célibat touche une bonne partie de la population. Chrétiens comme non-chrétiens. Certains le vivent bien, d’autres sont plus soucieux de ne trouver personne. Parmi ceux qui recherchent un(e) conjoint(e), j’ai remarqué que les critères de choix n’étaient pas toujours de bons critères. Parmi ces critères, se trouvent celui du « feeling ».

On ne bâtit pas une relation solide sur du feeling…

Il y a une idée commune et populaire selon laquelle toute relation devrait se baser sur un bon « feeling ». Si l’on parle de « feeling » au sens où les 2 personnes ont une bonne entente, je suis d’accord. Il serait peu sage de se mettre avec une personne que l’on déteste et avec qui l’on n’aurait pas une relation saine. En revanche, si l’on parle de « feeling » au sens du ressenti particulier envers la personne concernée, je ne crois pas que cela soit un bon critère de sélection.
Le « feeling », comme son mot l’indique, n’est par définition que du ressenti. Le feeling n’est pas objectif, il est éphémère, et trompeur. Pourquoi est-il dangereux de prendre le « feeling » comme base ? Parce que la Bible elle-même nous montre combien notre être est dépravé (Genèse 6.5, 8.21, Éphésiens 4.18, Romains 3.9-11). Il serait donc fou de ne faire confiance qu’à notre seul ressenti.
Pour preuve : combien de fois vous est-il arrivé de ne pas apprécier ou d’avoir une piètre opinion d’une personne que vous ne connaissiez que superficiellement au début, pour vous rendre compte ensuite que cette personne est en fait géniale lorsque vous la connaissez mieux ?
Au même titre que Dieu nous aime et que nous l’aimons, l’absence de feeling/ressenti de sa présence ne signifie pas l’absence de son amour pour nous et de notre amour pour lui.

… Mais d’abord sur Christ

Cette année je me marie. En bientôt 6 ans de relation avec ma bien-aimée (bien que je ne vous recommande pas d’attendre aussi longtemps pour vous marier) je dois avouer que cette période m’a permis d’en apprendre davantage sur l’amour, et notamment l’amour tel que la Bible nous appelle à le vivre. Voici une synthèse des 3 principaux points qui vous aideront à considérer votre recherche autrement :

1. Cherche de l’engagement plus que de la passion : avec le temps, la passion du début s’estompe peu à peu. Cela ne signifie pas que nous nous aimons moins, bien au contraire, mais que notre relation se base davantage sur l’engagement plus que la fougue, l’émotion et le feeling du début. La passion ne garantit pas la constance, l’engagement oui. Le mariage tout comme la vie chrétienne n’est pas un 100m où le but est de tout donner au début pour s’essouffler après, mais une épreuve d’endurance où le but est de finir la course ensemble.

2.  Désire la piété plus que le corps : l’attrait physique attire, mais c’est le cœur qui retient. Cela ne signifie pas qu’il faut négliger l’aspect physique, mais plutôt focaliser davantage son attention sur le caractère. Le cœur de la personne recherche-t-il Dieu ? J’aime ma fiancée non pas seulement parce que je la trouve très belle, mais parce qu’elle est une femme qui aime et qui cherche Dieu, et qui se laisse changer par son Esprit, à l’image de Christ. Dans les bons comme dans les mauvais moments, je sais que je pourrai compter sur son soutien fidèle.

3. Ne confonds pas attachement et amour : aller au cinéma, boire un verre, sortir au musée, ou encore manger au restaurant ensemble ne sont pas représentatifs du mariage. Or, j’ai constaté que bien souvent, on se base sur ces quelques sorties pour évaluer notre compatibilité amoureuse. Désolé de vous le dire : ce n’est pas la réalité du mariage. Le mariage c’est aussi le quotidien peu glamour et les épreuves. Ces sorties permettent de créer de l’attachement, mais pas nécessairement de l’amour. Une des caractéristiques de l’amour à la lumière de la Bible, c’est le sacrifice. C’est une chose de trouver une personne avec qui bien s’entendre sur les sorties, mais c’en est une autre d’en trouver une qui soit prête à sacrifier son temps, son ambition, ses désirs, son argent, et sa propre vie par amour pour vous.

Recherche ton conjoint à la lumière de l’Évangile

La difficulté dans la recherche de conjoint est de trouver l’équilibre entre nos exigences personnelles et les exigences de la Bible. C’est NORMAL que tu veuilles une personne qui te corresponde sur certains points, mais n’oublie pas ce qu’est la raison et le but premier du mariage : glorifier Dieu. Le mariage est l’image de l’alliance entre Christ et l’Église (Éphésiens 5.24-25), et cette vérité devrait complètement changer notre manière de considérer rechercher un partenaire.
Le problème, c’est que bien souvent notre liste met en avant des critères secondaires (en haut) bien qu’importants, au détriment de critères essentiels (en bas) au bon fonctionnement d’un mariage heureux à la gloire de Dieu.

  • Beauté physique
    Beauté intérieure
    Feeling émotionnel
    Appréciation des parents et de l’entourage
    Situation (personnelle, professionnelle…)

 

  • Foi en Christ éveillée (nouvelle naissance)
    Passion pour l’Évangile
    Vision du monde biblique (théologie saine)
    Vie de prière
    Service (église, hospitalité, soutien…)

Ce n’est pas une liste que nous avons écrite dans notre journal, mais nos actes prouvent que si nos critères étaient listés, c’est ce à quoi elle ressemblerait.
Le défi que je te lance dans ta recherche de conjoint(e), c’est de revoir l’ordre de tes critères. Si d’habitude, tu as tendance à préférer les critères de la première liste, je te lance le défi de chercher en priorité sur la base des critères de la dernière. CAP ?
Quelle que soit ta situation, je t’encourage à te rappeler de l’amour de Christ envers toi. Tu te dis que c’est facile pour un mec fiancé de dire ça, mais c’est faux… Parce que même en étant fiancé ou marié, on passe par les mêmes moments de solitude et de doute qu’un(e) célibataire. L’amour qu’un homme ou qu’une femme nous porte, ne remplacera jamais l’amour que Dieu a pour nous. Sois encouragé(e) !

Anthony R.

Âgé de 24 ans et résidant en Île-de-France, Anthony est un jeune chrétien récemment diplômé de l'ESC Montpellier. Il est actuellement entrepreneur et amateur de théologie.

Tu devrais aussi aimer...

7 Commentaires

    Avatar
  • Je conseille à tous, célibataires, fiancés, mariés peu importe, de lire les œuvres de Gary Chapman, « ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier » et « les 5 langages de l’amour ». L’amour est un choix, un engagement, un cheminement.
    Soyez bénis.
    Mélissa

      Avatar
    • Merci beaucoup Mélissa

  • Avatar
  • Tout d’abord, merci pour cet article clair et concret !

    J’aurais cependant quelques questions :
    – Par quels moyens peut-on savoir si notre amour est véridique envers une personne, si on est prêt au sacrifice comme tu dis ?

    Aussi, nous sommes appelés à aimer les autres avec l’amour de Jésus mais donc cela signifie qu’on doit être prêt au sacrifice pour tout le monde finalement, l’amour sacrificiel n’est donc pas exclusif. Comment donc distinguer une exclusivité, un amour exclusif envers une personne ?

    – Les critères à mettre en priorité sont évidents mais comment dire… on peut aussi ne pas être assez mature dans la foi, être encore trop « loin » de l’objectif dans notre sanctification, le fait d’aimer Dieu, les autres etc aux yeux de la personne qui s’intéresserait à nous. Est ce que dans ce cas, on est systématiquement zappé par la personne ?

      Avatar
    • Salut !
      Tes questions sont intéressantes, et voilà quelques réponses/pistes de réflexion :

      L’amour est-il veridique ? Si tu aimes, oui (hahaha…), c’est à dire, pour reprendre l’article, que l’amour est un engagement, pas  »simplement » une passion. Si tu as la passion pour la personne, que tu as validé les critères (chrétien(ne), engagé(e), bonne entente dans toutes les situations (cinéma, service à l’église, animation en colo de vacances (le test ultime)), etc.), que tu pries et que cet amour colle avec ta mission, ben il ne reste plus qu’une chose : est-ce que tu es ok pour aimer cette personne même quand tout ira mal, quand tu en aura marre, quand vous serez loin, ou persécutés, etc. Si tu es prêt(e) à faire ce choix…, c’est ça l’amour véritable : faire le choix, s’engager officiellement, promettre publiquement que tu choisis d’aimer cette personne.

      Ensuite, la différence dans l’amour sacrificiel entre un mari et sa femme et entre un chrétien et tout le reste du monde tient dans l’engagement et les manifestations de l’amour. Tu ne manifestes pas ton amour de la même façon dans le couple et à l’extérieur. Et surtout, l’amour que tu dois avoir envers ton prochain n’inclut pas de sentiments, sinon aimer son ennemi serait un commandement impossible. Aimer c’est un engagement qui se cultive, par une attitude d’amour,  »faire du bien » (pour prendre la suite du verset, qui démontre que l’amour est une action, un ensemble d’actes). Tu peux te comporter avec amour dans le monde, comme tu peux te comporter en mufle, en moraliste hautain, etc. Donc, l’amour est une attitude (qui développe les sentiments, en plus !), et l’amour exclusif entre un homme et une femme se traduit par l’engagement et sa teneur. Tu t’engages bien plus profondément quand tu te maries. Tu te promet un amour toujours, même dans le pire. Tu promet une exclusivité aussi.
      Et en plus, l’amour dans le couple a un but : être un témoin de l’amour de Christ pour l’Eglise, et sanctifier chacun des conjoints. Le mariage te montre tous tes défauts. Tu t’en rends vite compte. Il te force à changer (ou pas, si tu ne tiens pas à l’autre, ce qui est paradoxal). Il te transforme, et il t’apprends à vivre l’amour et la grâce de Christ chaque jour. Et en retour il t’apprend à aimer mieux comme Christ aime. Et donc à mieux aimer les autres.
      Et ce but de sanctification peut aussi te faire grandir dans ta foi. Il peut te montrer tes idoles, et t’apprendre à changer. Mais le mariage peut aussi être une idole. Et donc, pour répondre au dernier point :
      Tout dépend de l’état d’esprit. Si tu es un jeune chrétien, mais que tu te maries avec Dieu au centre, tu vas passer par des épreuves… comme absolument tous les mariés. Mais peut-être que tu seras plus tenté de faire de ton mariage une idole, de te marier en mettant l’autre au centre. Et ça c’est un mauvais but pour ton mariage. Le but de ton mariage devrait être d’aimer l’autre, et de glorifier Dieu par là, et d’être sanctifié. Et ça c’est un combat de tous les jours (comme pour le reste de la vie) : comment glorifier Dieu en tout, mettre Dieu au centre tout le temps, briser tes idoles et suivre Dieu uniquement. Comment ne pas transformer une bonne chose en une idole.
      Et ça, ça demande d’être avec une personne qui a cet état d’esprit. Qui progressera avec toi en Christ. Qui sera à tes côtés, qui t’encourageras quand ça ne va pas fort, et qui te montrera tes défauts, dans l’amour. Et pour qui tu feras pareil.
      Ça demande un engagement envers Dieu, une volonté de le suivre, plus qu’une grande maturité. Ça demande aussi d’être au moins d’accord sur certaines bases théologiques (si tu es un chrétien baptiste strict et que tu te maries avec une charismatique extrême par exemple, ça va demander beaucoup d’adaptation et d’amour. Ça se fait, mais ça se réfléchit).
      Et ça va demander, si ça n’existe pas encore dans vos vies, une vie de prière et de service.
      Mais du coup, être  »loin » dans ta sanctification n’est pas forcément un problème si tu as la bonne attitude, les bons buts, que tu cherches à suivre Dieu correctement. Si c’est le cas, si c’est sincère, alors pourquoi l’autre te zapperait ? Et s’il te zappe, ben… C’est peut-être lui qui n’est pas assez mature dans sa foi, ou alors assez mature pour voir une différence avec ses objectifs, différence incompatible avec l’engagement profond qu’est le mariage (même si le mariage n’est pas un outil de développement personnel, ni un endroit sans compromis, et encore moins un égoïsme ou un égocentrisme) . En tous cas, le mariage fait grandir et rend mature, si on met Dieu au centre (sinon le mariage est souvent une arme de destruction massive)
      Voilà :) après ça se discute

  • Avatar
  • Bonjour Nathanaël,

    je te remercie pour tes réponses ! J’ai mieux compris le sens de la relation de couple et la sanctification.
    J’ai du mal à comprendre le fait de dire que le mariage n’est pas un « outil de développement personnel », je veux dire par là qu’avec le mariage, on vit avec une autre personne, on fonde une famille. On prend donc nos responsabilités et alors on devient plus mature ? Bien entendu, je suis d’accord qu’il ne faut pas chercher à se marier pour son développement personnel. :)
    D’ailleurs, peut-on dire que c’est une bonne chose si le mari et la femme ont des caractères qui se « complètent », « s’équilibrent » ? Par exemple, l’un(e) est introverti(e) et l’autre extraverti(e) ?

    Qu’entends-tu par « ni un endroits sans compromis » et « arme de destruction massive » ?

      Avatar
    • Bonjour, ne sait pas si ta question s’adresse à Nathanaël particulièrement, mais si elle s’adresse à tout le monde, je me permet de donner mon avis… Selon moi, la similarité et les différences dans un couple font toute la beauté du couple; celui qui est extraverti peut voir comme une qualité le fait d’être introverti, et inversement. L’un et l’autre se complètent dans le but de glorifier Dieu…
      Cependant si l’un ne supporte pas les différences de l’autre, il va y avoir quelques soucis… viendra alors la question de la tolérance ou la patience(que Dieu change soit le caractère de l’autre soit notre vision des choses) si c’est un couple déjà marié.

  • Avatar
  • Super cet article merci !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *