Dieu dans les maths

10 Fév 2019 2 commentaires

Tu dois te dire que je suis bizarre d’écrire un article qui parle des maths et de Dieu en même temps.

En fait c’est normal. Dieu a écrit la Bible et on peut le connaître en la lisant. Mais Dieu a aussi créé l’univers et y a laissé des indices sur qui il est. On va voir comment les lois mathématiques révèlent les attributs de Dieu. C’est important comme je pense que beaucoup des lecteurs de La Réb’ ont ou sont en train de faire des maths (bac S, prépa, licence, etc).

Comme Dieu, les lois mathématiques sont dans un sens et à leur niveau :

1 – Omniprésentes

Les lois mathématiques sont présentes et vraies partout, dans plein de domaines différents : la physique, la chimie, la biologie, la géologie, l’informatique etc.

2 – Éternelles

Les lois mathématiques sont toujours vraies, peu importe l’époque à laquelle on se trouve. Elles ne disparaissent pas d’un jour à l’autre. Par exemple, le théorème de Pythagore était vrai à l’époque de Babyloniens de l’Antiquité, et il est toujours vrai aujourd’hui.

3 – Immuables

Les lois mathématiques ne changent pas à travers le temps. Par exemple, la formule du théorème de Pythagore reste toujours la même au fil des années.

4 – Immatérielles et invisibles

Les lois mathématiques ne se voient pas à l’œil nu mais on voit leur effet dans les exemples concrets où elles s’appliquent. Par exemple, le théorème de Pythagore n’est pas la même chose que sa formule écrite sur un papier. C’est une vérité, une idée théorique qui dépasse l’espace.

5 – Fidèles

Même si les lois mathématiques ne sont pas des personnes, on peut dans un sens, toujours compter sur elles. Si par exemple je veux construire ma maison en utilisant le théorème de Pythagore, je sais qu’il ne me « trahira jamais », il fonctionnera toujours. Si la maison se casse, je saurais que c’est moi qui ai fait une erreur de calcul.

6 – Omnipotentes

Les lois mathématiques dominent tous les événements et le monde entier, de l’infiniment plus petit (le quantique) à l’infiniment plus grand (l’espace).

7 – Incompréhensibles

Cela ne veut pas dire qu’on ne peut rien comprendre du tout aux maths mais qu’il restera toujours des questions sans réponses, des mystères et de nouveaux résultats à découvrir et à démontrer.

8 – Bonnes

On doit y croire pour vivre une vie cohérente et c’est grâce à elles que l’univers reste stable et que nous sommes capables de vivre. Elles ne mentent jamais.

9 – Belles

Par exemple, comme merveilles dans les maths, on retrouve les fractales, des démonstrations simples de théorèmes compliqués, exp(i*pi) + 1 = 0, une équation regroupant les principales découvertes des maths (zéro, exponentielle, pi, les nombres complexes).

10 – Droites

Les lois mathématiques sont équilibrées. Par exemple on trouve la symétrie qui est une répartition équitable.

11 – Trinitaires

Quand Dieu donne une vérité mathématique = une parole (Ex : 2 + 2 = 4), les trois personnes de la Trinité sont présentes :

  • Le Père dit la parole
  • Le Fils est la parole
  • L’Esprit accompagne la parole

L’activité de la Trinité est implicite dans la nature même des vérités arithmétiques car elles incluent :

  • Une rationalité et donc une cohérence de pensée (Idée // le plan du Père)
  • Une articulation, une spécification, une expression du plan dans son application au monde entier, aux particuliers du monde (Énergie ou Activité // l’expression du Père)
  • La responsabilité des créatures devant sa vérité, et attendent d’eux qu’ils répondent conformément à la volonté du Père (Pouvoir // L’Esprit)

12 – Transcendantes

Les lois mathématiques sont universellement vraies et donc au-dessus (elles transcendent) tous les cas particuliers et concrets situés dans l’espace et le temps.

13 – Immanentes

Les lois mathématiques sont « dans le temps  » par leur application à chaque situation particulière (2 + 2 = 4 s’applique à la situation où on a des pommes, 2 pommes + 2 pommes = 4 pommes).

Est-ce pour autant que les lois mathématiques sont Dieu ?

Non car :

  • C’est normal qu’elles aient en partie et à leur échelle des attributs de Dieu comme elles expriment son caractère (ex : La parole de Dieu). Tout tableau reflète l’artiste qui l’a peint.
  • Les lois (comme la parole de Dieu) dans leur abstraction sont divines mais les signifiés sont créés.
  • // L’incarnation : Elles restent vraies même lorsqu’elles s’appliquent à des cas du monde créé.

Que penses-tu de tous ces points communs entre Dieu et les maths ? En as-tu d’autres à rajouter ?

PS : j’ai tout repris du livre « Redeeming mathematics » de Vern S. Poythress, en anglais, mais disponible gratuitement en PDF !

Laurent
Auteur : Laurent

20ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →