Dieu n’a pas besoin de nous, quoi qu’en disent nos chants

Nous n’oserions jamais dire que Dieu a besoin de quelque chose, comme s’il avait un manque. Nous savons qu’il est Dieu, et qu’il se suffit donc à lui-même. Pourtant, je crains que souvent, dans notre manière de parler de Dieu ou dans certains de nos chants, nous laissons penser que Dieu a besoin de nous. Désolé de faire le rabat joie, mais voici des exemples qui me semblent ne pas refléter la manière dont la Bible parle de Dieu (merci de lire l’article jusqu’au bout avant de commenter !) :

« Bien avant les premiers battements de mon cœur
Bien avant que je m’éveille à Ta douceur
Bien avant mes doutes, mes joies et mes douleurs
Tu rêvais du jour où je pourrais T’aimer
Tu rêvais du jour où je pourrais T’aimer » – Abba Père – Collectif Cieux Ouverts

Ou encore :

« Tu n’as pas voulu les Cieux sans nous
Alors Jésus Tu es venu » – Hillsong – Ce nom si merveilleux

Je précise d’entrée que je ne veux pas critiquer ces groupes eux-mêmes, mais plutôt questionner les paroles de ces deux chants. Non seulement il n’y a pas de preuves bibliques pour affirmer que Dieu « rêvait du jour où nous allions l’aimer », ou que Jésus « n’a pas voulu les Cieux sans nous », mais surtout la réalité est que Dieu n’a pas besoin de notre amour et qu’il aurait très bien pu se contenter du ciel sans nous.

Bien sûr, Dieu nous aime de manière extraordinaire, et il se plaît même à nous voir trouver notre joie en lui. Son amour incroyable nous remplit d’adoration. Mais nous ne sommes pas au centre de l’univers – Dieu l’est.

Tout ce dont Dieu a besoin en quatre lettres

En réalité, tout ce dont Dieu a besoin se résume en quatre lettres : R-I-E-N. Dieu n’a besoin de rien. Il est complétement indépendant, il se suffit à lui-même. Les théologiens parlent de l’aséité de Dieu, c’est-à-dire le fait que Dieu existe par lui-même. La cause de son existence se trouve en lui-même, et nulle part ailleurs. Il n’a besoin de rien d’autre pour exister et pour vivre. Ce n’est pas le cas pour nous : nous sommes, non seulement créés par Dieu, mais aussi engendrés par des parents humains. De plus, pour vivre correctement, nous avons besoin de toutes sortes de choses : de la nourriture, de l’eau, du sommeil, de l’amour, etc. Ce n’est pas le cas pour Dieu.

Dieu peut être Dieu sans nous

Cela signifie que Dieu peut très bien être Dieu sans nous. Si l’univers n’existait pas, il serait toujours le Dieu qu’il est. Il ne nous a pas créés pour combler un besoin, ou pour répondre à un manque. Il ne nous a pas créés pour exprimer un amour qu’il ne pouvait pas exprimer avant – Dieu existe de toute éternité en tant que Père, Fils et Saint-Esprit, et l’amour régnait dans la Trinité bien avant notre existence.

Je crains que nous ayons déformé la façon dont la Bible nous présente Dieu. Nous avons focalisé les projecteurs sur la réalité d’un Dieu qui nous aime (ce qui est vrai), en mettant de côté la réalité d’un Dieu souverain, qui existe et qui agit pour sa propre gloire. Nous avons donc une vision individualiste d’un Dieu qui existe pour nous, qui se doit d’agir pour nous, et qui est là pour notre propre bien.

Dieu existe et agit pour sa propre gloire

Loin de cette vision individualiste, la Bible donne preuve sur preuve de la réalité d’un Dieu souverain, qui agit pour sa propre gloire (voir aussi Ézéchiel 20.5-14, Psaumes 106.8, Ésaïe 43.25, 1 Jean 2.12, Psaumes 143.11, Psaumes 31.4, Daniel 9.17-19) :

« A cause de mon nom, je suspends ma colère, à cause de la louange qui m’est due je me retiens vis-à-vis de toi, pour ne pas t’exterminer. Je t’ai affiné au creuset, mais pas pour retirer de l’argent, je t’ai mis à l’épreuve dans la fournaise de l’adversité. C’est à cause de moi, à cause de moi seul, que je veux agir. En effet, comment pourrais-je me laisser déshonorer ? Je ne donnerai pas ma gloire à un autre. » – Ésaïe 48.9-11

La gloire de Dieu est le but de tout ce qu’il fait. C’est la raison pour laquelle il a créé le monde (Apocalypse 4.11) et la raison pour laquelle il nous a sauvés (Éphésiens 1.6, 11-12, 14). C’est la raison pour laquelle nous vivons ici-bas (1 Corinthiens 10.31). Parce que qui d’autre que Dieu mérite la gloire ? Qui d’autre que la personne la plus importante de l’univers mérite l’honneur suprême ? Dieu serait injuste de donner sa gloire à quelqu’un qui ne la mérite pas !

Mon but n’est pas de polémiquer pour polémiquer, ou de critiquer des chants sans raison. Je me soucie simplement que nous puissions – tout en ayant une juste vision de la grandeur de l’amour de Dieu pour nous – avoir la vision biblique d’un Dieu souverain et qui n’existe pas pour nous, mais pour sa propre gloire.

Benjamin Eggen

Benjamin Eggen

25 ans, français exilé à Bruxelles, passionné par l'Evangile, les bons livres et la mission. Auteur du livre Soif de plus ? et co-auteur de Une vie de défis. Vous pouvez suivre Benjamin sur sa chaîne Youtube et son compte Instagram.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

35 Commentaires

    Avatar
  • euh… ok… totale remise en question ^^’

  • Avatar
  • Je suis tout à fait d’accord avec les points de cet article, mais je pense qu’il ne faut pas être si sévère avec les chants. Les mots peuvent avoir différents sens et, à vrai dire, ce ne sont pas tellement eux qui comptent, mais ce que nous croyons et ressentons au plus profond de notre cœur. Je pense que les verbes «vouloir» et «rêver» ne s’applique pas seulement à l’expression d’un besoin. Cela peut être l’expression d’une joie voulue, par exemple. Tout est question d’interprétation. (J’imagine que tu as justement écrit cet article pour donner à tes lecteurs la bonne).
    Mais là encore, je suis d’accord sur le fait qu’il vaut mieux s’appuyer sur ce que dit la bible plutôt que les chants.
    Maintenant, j’avoue avoir un doute assez large sur un point, et j’ai l’impression que cela est partagé au vu du précédent commentaire : si Dieu n’a besoin de rien, et surtout pas de nous, POURQUOI nous avoir créé ? Ce n’est surtout pas une question piège ! C’est malheureusement une question qui peut amener à des débats et qui pourrait secouer un peu les esprits… Le mien en tout cas.

      Benjamin E
    • Bonjour Gwen,

      Merci pour ton commentaire. Je suis conscient qu’affirmer ces choses remet en question la vision que l’on peut avoir de Dieu.

      Concernant la question de pourquoi Dieu nous a créé, la première réponse que je trouve dans l’Ecriture me semble être : pour sa gloire. Dieu nous a créé pour sa gloire, pour montrer la grandeur de ses perfections et la perfection de son être. En fait, la gloire de Dieu est le but de tout ce qu’il fait (cf. Apocalypse 4.11, Esaïe 43.7, Esaïe 48.9-11). Si cela nous surprend, on doit néanmoins réaliser que tout autre but pour Dieu serait insuffisant. Qui d’autre que Dieu mérite la gloire ? Quel être y-a-t-il de plus grand dans ce monde à part Dieu lui-même ? L’honneur suprême doit revenir à celui qui le mérite le plus – c’est à dire Dieu. Et ces choses que Dieu fait pour sa gloire, ce sont des bonnes choses, dont nous pouvons bénéficier. Son amour envers nous est réel, et quelle grâce de pouvoir en bénéficier (cf. 1 Jean 3.1) !

      Est-ce que ça répond à tes questions ?

      En Christ,

      Benjamin

        Avatar
      • Oui, c’est effectivement ce que j’avais commencé à penser ! Tu fais donc confirmer ma réflexion. C’est toujours un contexte difficile à imaginer, mais je suppose qu’on ne le comprendra à 100% qu’en étant une fois auprès de Dieu, au paradis.
        Merci pour ta réponse !

  • Avatar
  • Bonjour Benjamin,
    Je reste dans le thème de l’article mais dévie un petit peu de l’angle de vue… tu vas voir ci-après.

    En fait j’ai un ami (chrétien ou sectaire, je sais pas trop quoi, son « Eglise » est particulière, toujours est-il qu’il connaît bien la Bible) qui m’a dit un jour que Dieu a « besoin » de sa création (pas forcément nous, mais au moins des anges ou quoi que ce soit comme création) étant donné qu’il est DIEU donc par essence doit être adoré (cf signification de Dieu), et pour ce faire il faut des adorateurs. Et selon lui du coup il n’y a pas que Dieu qui existe de toute éternité, mais aussi certaines créatures (si je me souviens bien, les anges).

    Il me paraît logique (et même pas possible autrement) que Dieu existe de toute éternité et qu’à un moment donné il ait créé des êtres vivants. D’un autre côté cette question de Dieu qui par nature doit être adoré, étant DIEU, me fait quand même me demander si Dieu n’aurait pas besoin de personnes/êtres extérieurs pour être adoré ?

    A moins que ce « problème » ne soit justement résolu par le fait que Dieu soit 3 en 1 ? (le Père qui adore le Fils et le Saint-Esprit, le Fils qui adore le Père et le Saint-Esprit, le Saint-Esprit qui adore le Père et le Fils) ou alors je vais beaucoup trop loin et suis à côté de la plaque ^^’

    Qu’en penses-tu, Benjamin ? Peux-tu m’/nous éclairer stp ?
    Je connais pas de passage dans la Bible qui parle de cette question, mais peut-être que toi si.

    Merci d’avance !
    Jorane.

    PS : ça vaut peut-être pas le coup de se pencher outre mesure sur la question (d’y passer beaucoup de temps et d’énergie), je pense que c’est un détail et pas l’essentiel (ce que nous devons surtout savoir, je pense, c’est que nous sommes les adorateurs de Dieu et que c’est bien Dieu qui est au-dessus de nous et non l’inverse ! ;) ).

      Benjamin E
    • Bonjour Jorane,

      Merci pour ta question, et désolé d’y répondre si tard (j’ai été un peu débordé par tous les commentaires liés à cet article). Cela me fait réfléchir et je n’ai pas forcément toutes les réponses, mais voici deux réflexions qui me viennent.

      D’abord, je ne sais pas si l’on doit dire que Dieu a besoin d’être adoré. L’adoration est plutôt la réaction normale quand on est face à Dieu. Mais Dieu n’a pas besoin de notre adoration pour être Dieu. Il est Dieu, tout court. Et lorsque ses créatures sont face à lui, la seule réponse appropriée est l’adoration : lui rendre gloire, lui donner tout ce que l’on a et tout ce que l’on est.

      Ensuite, je pense qu’il est utile, comme tu le précises, d’avoir dans cette discussion une bonne compréhension de la Trinité. Dieu existe de toute éternité en tant que Père, Fils, et Saint-Esprit. Cela a plusieurs conséquences, mais l’une d’elle est par exemple que les trois personnes de la Trinité se glorifient mutuellement – se rendent gloire. Il n’est pas question « d’adoration » au sens humain (car les trois sont Dieu, il n’y en a pas un qui est plus « Dieu » que l’autre), mais il est question de se rendre gloire l’un à l’autre. Nous voyons par exemple dans l’évangile de Jean que le Père glorifie le Fils, tout comme le Fils glorifie le Père (Jean 12.28, Jean 14.13, Jean 17.1).

      J’aurais du mal à aller plus loin dans la réponse, et je serai curieux de lire d’autres réflexions. Mais ces deux réflexions permettent je pense de mettre certaines limites bibliques et de répondre à ton ami.

      Est-ce que ça t’aide ?

      En Christ,

      Benjamin

  • Avatar
  • N’importe quoi. Ce Dieu égoïste dont tu parles ne m’aurait pas sorti de la violence, la prison et les ténèbres.
    Oui il a besoin de nous et surtout nous avons besoin de lui. Mais un Dieu qui me crée pour me voir galère comme un scientifique regarde des rats dans un labyrinthe… il nous a créé parce que notre Père a besoin d’aimer. Pourquoi venir souffrir le martyre sur terre ?
    Hahaha c’est beau les idées a 23 ans mais un peu jeune quant même pour bien comprendre

      Benjamin E
    • Bonjour Bill,

      Du haut de mes 23 ans, je ne peux pas et je ne prétends pas comprendre ce que tu as vécu. Dans cet article, je ne parle pas d’un Dieu égoïste qui aurait créé des humains pour les regarder se débrouiller tout seul. Je m’efforce simplement de présenter Dieu tel que la Bible le présente.

      Dieu n’a pas besoin d’êtres humains pour être Dieu. Il peut être Dieu sans nous. Il n’a pas besoin de nous non plus pour aimer, parce que l’amour règne parfaitement au sein de la Trinité. Cependant, comme tu l’as dit, « nous avons besoin de lui ». C’est vrai. Nous avons terriblement besoin de lui.

      Et la bonne nouvelle, c’est que la Bible dit que Dieu est à la fois totalement au-dessus de nous, transcendant (cf. Esaïe 55.9, Rm 11.33-35, Psaume 139.6), et en même temps incroyablement proche de nous, il est immanent. Nous pouvons donc le connaître personnellement ! C’est le mystère d’un Dieu qui est Dieu tout en se souciant de sa création.

      De plus, l’amour de Dieu est une réalité que nous ne pouvons nier, et dont la Bible parle. Cependant, cet amour s’est manifesté de manière ultime dans la mort de Jésus-Christ sur la croix (cf. 1 Jean 4.8, Jean 3.16).

      Bonne journée à toi,

      Benjamin

        Avatar
      • J’essaie de suivre ton raisonnement Benjamin, je comprends tout à fait ton point de vue. Tu as raison de dire que Dieu est souverain et qu’il se suffit à lui même. Pour ma part, je pense que Dieu vivait très bien sans nous avant la création. Et les passages que tu choisis son pertinents pour démontrer sa position.

        Mais tu semble oublier une dimension essentielle à mon sens. C’est que malgré sa toute puissance, malgré le fait qu’il n’a pas besoin de nous en soi, il a CHOISI de nous créer, il a CHOISI de nous laisser le champ libre sur la terre. Il a CHOISI de nous laisser lui rendre gloire par l’adoration. Il est resté suverain. Je le vois comme un père qui par amour a décidé un jour de ne plus vivre tout seul et d’avoir des enfants. De les voir grandir et lui parler.

        Après je pense que les chants ne sont pas paroles d’évangile et restent des créations artistiques. Ne l’oublions pas. Et tu as raison de dire que la louange actuelle a une tendance individualiste au « moi », « je » et autres expressions qui tournent la louange non plus vers le créateur, mais vers nous. Il est juste de se rendre sensible à ça et ne pas oublier qui mérite la gloire avant tout.

          Benjamin E
        • Bonjour Olivier,

          Merci pour ton commentaire !

          Je suis d’accord avec toi, effectivement Dieu a choisi de nous créer, et il a choisi de nous sauver. Ce sont des actes de sa volonté qu’il a voulu, et même, désiré on pourrait dire. Loin de moi de remettre cela en question ! :-) Mais maintenant, dire que Dieu « rêvait du jour où on pourrait l’aimer », c’est sur un autre niveau, tu comprends ? Dans un sens, il serait juste de dire que Dieu n’a pas voulu les cieux sans nous, puisqu’il a effectivement choisi de nous sauver, c’était dans sa volonté. Mais aucunement dans l’idée de dire que cette volonté avait les êtres humains comme but et finalité. La gloire de Dieu est plutôt le but et la finalité. Ma crainte est surtout que nos chants ne mettent pas l’accent au bon endroit…

          Je suis conscient aussi, comme tu le dis, que les chants ont un côté artistique. Cependant, je pense que l’on peut allier un langage poétique tout en restant juste d’un point de vue théologique. Le problème d’accepter un chant qui n’est pas tout à fait juste, ou un peu exagéré, c’est que l’on transmet inconsciemment une théologie pas tout à fait juste, ou un peu exagérée. Nos chants façonnent notre théologie. On en vient à croire ce que l’on chante dimanche après dimanche. C’est pour cela que je me réjouis de voir se développer des projets comme Hymnes 21 (http://hymnes21.org) et Colossiens316 (https://colossiens316.com/) qui traduisent et composent des chants modernes avec des vérités bibliques profondes.

          Bien fraternellement,

          Benjamin

    • Avatar
    • Un petit article qui répond à la question « Dieu serait-il égoïste ? »

      http://parlafoi.fr/2018/01/11/dieu-serait-il-egocentrique/

  • Avatar
  • De manière générale les chants de Hillsong sont très beau mais théologiquement…. haha je plaisante (même s’il y a un fond de vérité ^^)

    En revanche, par rapport à la réflexion de Jorane, je ne pense pas que Dieu ait besoin de quoi que ce soit. Un besoin implique un manque à combler et si tel était le cas, Dieu ne serait plus Dieu. Comme l’a dit Benjamin, Dieu se suffit entièrement à lui-même. Son œuvre et sa création ont pour but sa gloire. Et cette création répond en glorifiant Dieu (Psaume 19). Je pense, en effet que dans la Trinité, ce Dieu qui par essence est un Dieu relationnel est parfaitement adoré. Étant créé à l’image de Dieu, nous le reflétons et nous l’adorons, non pas parce qu’Il en a besoin mais par ce que NOUS en avons besoin. Comme Pascal le disait : « Dans le cœur de tout homme, il y a un vide de la forme de Dieu » Nous avons toujours eu besoin de combler ce vide par quelque chose qui souvent n’est pas Dieu. Le thème de l’idolâtrie est un thème central de la Bible qui est une des manifestations principales du péché

    Par ailleurs, on pourrait en effet penser qu’un dieu qui créé les choses pour sa seule gloire est un Dieu égoïste mais c’est plaquer une vision humaine à Dieu. Un être humain qui se centre sur lui-même est en effet égoïste et on le juge comme tel car nous avons été créé non par pour nous centrer sur nous mais pour nous centrer sur Dieu. Et il nous est difficile de concevoir un être qui se glorifie lui-même dans notre perspective et notre compréhension humaine et limitée. C’est seulement dans l’éternité que l’on pourra voir et saisir cela (1 Corinthiens 13.12).

    Concernant la venue de Christ, elle est en effet l’ultime manifestation de l’amour infini de Dieu envers nous mais pas parce que Dieu a besoin de manifester cet amour, mais parce que par essence il est amour et il ne faut pas oublier que la venue et la souffrance de Christ a pour but de nous réconcilier avec le Père en satisfaisant pleinement le jugement qui devait tomber sur nous parce que l’on a désobéi. Nous avions été créé pour vivre avec Lui et participer à sa gloire dans sa création (C’est le mandat culturel de Genèse 1.27-28 et Genèse 2.15). Mais dans notre désobéissance, nous avons été séparé de la présence glorieuse de Dieu et la restauration n’a été possible que par la mort de Christ et sa résurrection nous assure de la glorification future a venir.

    Pour finir j’aime beaucoup ce verset de 1 Corinthiens 10.31 qui résume bien tout cela :
    Soit donc que vous mangiez,
    soit que vous buviez,
    soit que vous fassiez quelque autre chose,
    faites tout pour la gloire de Dieu.

  • Avatar
  • De toute façon les chants Hillsong… Ils sont très beau mais bon théologiquement parlant… (haha je plaisante… quoique ^^)

    Par rapport à ce que tu disais Jorane, je pense en effet que Dieu n’a pas ce besoin d’être adoré. De manière générale, s’il y a un besoin , c’est qu’il y a un manque à combler. Or comme Benjamin l’a dit, Dieu est entièrement autosuffisant et comblé en tout. Et effectivement, ce Dieu par essence relationnel trouve dans l’amour mutuel que se témoigne les trois personnes de la trinité dénote la plénitude totale de Dieu. Toute création est destinée à le louer et le glorifier (Psaume 19) c’est aussi en cela que le but de toute chose créé est la glorification de Dieu, nous y compris: nous avons été créé pour participer à la gloire de la création de Dieu (c’est le mandat créationnel de Genèse 1.28 et 2.15).

    Par ailleurs on peut en effet penser qu’un Dieu qui se glorifie lui-même fait preuve d’un égoïsme puissant mais c’est parce que l’on plaque alors un raisonnement humain sur Dieu. Si un homme se centre sur lui-même de cette façon, on le jugerait d’égoïste. Mais l’on ne peut raisonner de la même manière avec Dieu, qui se glorifie dans ce qu’il créé par essence.
    Cela nous paraît difficile à concevoir de ce côté-ci du ciel, on ne pourra le saisir complètement que dans l’éternité (1 Corinthiens 13.10)

    Quand au martyr de Christ, ce n’est pas parce que Dieu a besoin d’aimer qu’il l’a fait mais c’est la manifestation ultime de l’amour de Dieu. Dieu aime par essence car il est amour, purement et simplement. Mais il ne faut pas oublier que la venue de Christ signifie également que la justice de Dieu qui devait tomber sur nous a été entièrement satisfaite dans sa mort à la croix, déversant sur nous sa grâce infinie.

    J’aime bien ce verset dans 1 Corinthiens 10.31 qui résume bien le tout :
    Soit donc que vous mangiez,
    soit que vous buviez,
    soit que vous fassiez quelque autre chose,
    faites tout pour la gloire de Dieu

    (Pour creuser encore dans cette notion de la gloire de Dieu, c’est John Piper qui a beaucoup écrit sur la question, en particulier sur le lien entre notre bonheur et la gloire de Dieu => voir cet article : https://toutpoursagloire.com/dieu-nous-crea-pour-etre-heureux-ou-sa-gloire/)

  • Avatar
  • Merci bcp Ben, pour cette réflexion qui est vraiment d’actualité…puisque nous chantons très régulièrement ces chants…Notamment « ce nom est si merveilleux ».
    Ma question serait la suivante : quand on sait cela sur des chants qui, théologiquement parlants, soulèvent débat, doit-on changer les quelques phrases qui ne reflètent pas ce que la Bible dit ? Ou doit-on carrément abandonner de chanter ces chants…? Et on peut s’apercevoir qu’ils deviennent de plus en plus nombreux dans notre répertoire !!
    En tout cas Que le Seigneur te bénisse mon frère, dans le chemin que le Seigneur trace pour toi ! Super contente de t’avoir lue…Ben !
    Bises fraternelles à toi et toute la famille.

      Benjamin E
    • Salut Michela,

      Merci pour ton commentaire. Je te répond en disant un peu ce que j’ai dit dans d’autres commentaires :

      Concernant la question de savoir si l’on peut continuer à chanter ces chants ou pas, je ne veux pas imposer mon point de vue, mais simplement nous faire prendre conscience que :
      1) Ce que l’on chante impacte ce que l’on croit. Si l’on chante, dimanche après dimanche, des chants qui ne reflètent pas de manière totalement juste qui Dieu est, alors on en viendra à avoir, dans la pratique, une vision pas totalement juste de qui Dieu est. La théologie véhiculée par les chants sera crue par ceux qui les chantent.
      2) Nous avons donc besoin d’être aussi rigoureux dans le choix de nos chants que dans le choix de nos prédications ! Ce qui est chanté par l’assemblée et ce qui est prêché depuis la chaire doivent être tout aussi biblique.
      Sur la base de ces deux réflexions, je ne trouverai personnellement pas adapté de continuer à chanter ces deux chants tels quels en assemblée. Je proposerai soit de changer la phrase qui pose problème (si c’est faisable facilement), soit de ne pas chanter le chant du tout… Pour « Ce nom si merveilleux », je pense que ça pourrait se faire assez facilement – pour « Abba Père », ça me semble plus compliqué… Je précise à nouveau que je ne vise pas les groupes qui ont composé ces chants, mais que je souhaite simplement nous encourager à être vigilants dans les paroles que l’on chante, qui ont un impact – qu’on le veuille ou non – sur ce que l’on croit et sur ce que l’on va vivre avec Dieu.

      Si tu es à la recherche de chants avec des vérités bibliques profondes, de belles paroles et une mélodie moderne, tu peux jeter un oeil à Hymnes 21 (http://hymnes21.org) et Colossiens316 (https://colossiens316.com/) :-)

      Est-ce que ça t’aide ? Merci pour ton commentaire et ton encouragement en tout cas Michela, et au plaisir de te croiser à l’occasion !

      Ben

  • Avatar
  • Salut Ben,

    Merci pour ton article et pour ton travail sur La Réb’ : je kiffe!

    Toutefois, je suis dubitatif quant à cet article. En fait, je me demande si tu as considéré Jean 17:24 qui dit (version LS):
    Père, je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.

    Si donc Jésus est au ciel, Il veut que ceux qui lui ont été donné y soit, avec lui.

    Enfin, une question plus personnelle, ces erreurs sont-elles suffisantes pour ne pas chanter le chant (et à la limite ne pas chanter ces passages qui nous laisses des doutes au moins)?
    Personnellement, j’aime beaucoup ces deux chants et je pense que cela choque peu de monde que ces paroles puissent être controversées. Je ne fais pas l’apologie de l’ignorance et je ne dis pas non plus qu’il faut ignorer et laisser courir des paroles fausses. Mais si je prend un peu de hauteur, combien de chrétiens sont édifiés de savoir qu' »Il n’a pas voulu les cieux sans nous ALORS… »: je pense beaucoup. Cette simple phrase me laisse entendre que Dieu m’aime et me veut auprès de Lui, et toi, qu’en penses tu?

    Merci pour tout :)

      Benjamin E
    • Salut Timothée,

      Merci pour ton commentaire constructif !

      Le passage de Jean 17 que tu mentionnes est intéressant. Effectivement, comme je l’ai dit plus haut dans un autre commentaire, il est juste de dire que Dieu voulait nous sauver, qu’il voulait nous créer, et même, sur la base de ce verset, qu’il voulait que l’on soit au ciel avec lui pour toujours ! Toutes ces choses sont des actes de sa volonté qu’il a, on pourrait même dire, désiré. Donc dans un sens, il serait juste de dire que Jésus n’a pas voulu les cieux sans nous. Mais si l’on dit ça, il faudrait être clair que 1) ça n’était pas la raison principale de la venue de Jésus sur terre 2) qu’il aurait très bien pu se contenter du ciel sans nous et qu’il aurait été juste de le faire (cf. https://www.larebellution.com/2019/01/24/dieu-devrait-sauver-personne/). Je pense que la plupart du temps quand l’on chante ces paroles, on n’est pas au clair sur ce que ça signifie… Concernant l’autre chant, à mon sens c’est encore plus problématique, parce que pour le coup on a vraiment l’homme qui est mis au centre du plan de Dieu…

      Maintenant, je ne nie pas la réalité de l’amour de Dieu ! Et quel privilège de pouvoir se souvenir de la manière dont Dieu nous a aimé (cf. 1 Jean 3.1, Jean 3.16) ! C’est un grand encouragement… Mais, encore comme mentionné plus haut, je pense qu’on peut communiquer ces vérités d’une manière biblique tout en gardant des chants qui sont profondément encourageants. C’est ce que proposent des sites web comme Hymnes 21 (http://hymnes21.org) ou Colossiens316 (https://colossiens316.com/) par exemple.

      Concernant la question de savoir s’il faut chanter ces chants ou pas : je ne veux rien imposer à personne, mais je pense que l’on doit quand même être conscients que ce que l’on chante impacte ce que l’on croit. En chantant dimanche après dimanche quelque chose qui n’est pas tout à fait biblique, on va en venir à croire quelque chose qui n’est pas tout à fait biblique (ou qui ne met pas l’emphase où la Bible met l’emphase). C’est pour cela que le ministère de la musique est si important. Nous avons besoin d’être aussi sérieux dans le choix des paroles de nos chants que dans le choix de ce qui est prêché depuis la chaire de l’Eglise ! Pour les deux chants en question, je ne nie pas que beaucoup aient pu être encouragés par ces chants. Mais ça n’est pas, à mon sens, un argument suffisant… Ce qu’on veut viser avant tout, c’est la justesse biblique. Personnellement, je ne suis pas à l’aise de les chanter – même si le reste du chant est très beau (et que les mélodies sont vraiment belles). Je préférerai soit m’abstenir, soit trouver un moyen de changer les paroles.

      Désolé de ce long message, je ne sais pas si ça t’aide dans tes réflexions ? Quoi qu’il en soit, merci pour ton message paisible et tes questions utiles. Que le Seigneur t’encourage dans tout ce que tu fais !

      En Christ,

      Benjamin

        Avatar
      • Merci Benjamin pour le temps que tu prends pour répondre à chacun, moi y compris.

        Tu as répondu de manière sincère, merci pour cela. Toutefois, je reste encore dubitatif (peut être à tort ).

        Là où ma position diffère de la tienne (je te rejoins sur les arguments bibliques) est sur la justesse biblique dans ces chants ou dans les chants en général d’ailleurs.

        En effet, je pense que ces erreurs dans les chants en général peuvent et doivent être corrigée par l enseignement au sein de l eglise locale. Aussi, il est de notre devoir à chacun de vérifier ses paroles et leur justesse. Les auteurs auraient ils sciemment commis une erreur? Je ne peux l admettre.

        Je continue de chercher et de vérifier. Pour l’heure, ma position reste inchangée.

        À bientôt ;)

          Benjamin E
        • Salut Timothée,

          Merci à toi pour tes commentaires constructifs et plein de grâce, ça fait du bien de lire des commentaires paisibles sur internet ! :-)

          Effectivement, je te rejoins sur le fait de dire que ces erreurs dans les chants doivent être corrigées par l’enseignement dans l’Eglise locale, et que nous avons chacun la responsabilité de vérifier si les paroles sont bibliques ou non. Amen !

          Et en écrivant tout cela (et cet article), je ne suis pas en train de dire que les erreurs que nous trouvons dans ces chants ont été faites consciemment par les auteurs. Je suis convaincu que les auteurs des chants que j’ai mentionné étaient bien intentionnés et cherchaient la gloire de Dieu en les écrivant. Je ne voulais à aucun moment non plus attaquer personnellement Samuel Olivier, qui a composé l’un de ces chants. Mais ce n’est pas parce que quelqu’un est sincère qu’il ne peut pas faire d’erreur. Et ce n’est pas parce qu’il est sincère qu’on ne peut pas faire prendre conscience de cette erreur. Mon but est donc simplement de faire prendre conscience, avec grâce, qu’il nous faudrait plus de discernement théologique dans la composition et le choix de nos chants.

          En tout cas, un grand merci à toi pour l’échange qui a été utile ! Et au plaisir de te croiser à l’occasion !

          En Christ,

          Benjamin

  • Avatar
  • Il me semble que ces chants expriment plus le fait que Dieu désire ardemment avoir une relation avec chaque homme. C’est l’expression de son grand amour pour nous.
    Il est souverain. Il est Dieu, s’il avait besoin de nous, il ne serait pas Dieu et nous ne l’adorerions pas comme tel.
    Dire qu’il est Dieu, c’est reconnaître sa toute puissance, son omnipotence, son omniscience et son éternité.
    «Pourtant, Seigneur, qu’est-ce qu’un homme, pour que tu t’intéresses à lui? Qu’est-ce qu’un être humain, pour que tu tiennes compte de lui? L’homme n’est qu’un souffle, sa vie n’est qu’une ombre qui passe.»
    ‭‭Psaumes‬ ‭(143):3-4‬ ‭BFC‬‬

    «O Seigneur, notre Maître, que ta renommée est grande sur toute la terre! Ta majesté surpasse la majesté du ciel. Mais c’est la voix des petits enfants, des tout petits enfants, que tu opposes à tes adversaires. Elle est comme un rempart que tu dresses pour réduire au silence tes ennemis les plus acharnés. Quand je vois le ciel, ton ouvrage, la lune et les étoiles, que tu y as placées, je me demande: L’homme a-t-il tant d’importance pour que tu penses à lui? Un être humain mérite-t-il vraiment que tu t’occupes de lui? Or tu l’as fait presque l’égal des anges, tu le couronnes de gloire et d’honneur. Tu le fais régner sur tout ce que tu as créé: tu as tout mis à ses pieds, moutons, chèvres et bœufs, et même les bêtes sauvages, les oiseaux, les poissons, et tout ce qui suit les pistes des mers. O Seigneur, notre Maître, que ta renommée est grande sur toute la terre!»
    ‭‭Psaumes‬ ‭8:2-10‬ ‭BFC‬‬

    Dieu est intentionnel avec l’homme. Dieu désire l’homme et c’est ce qui fait toute la différence.

      Avatar
    • Yes ! D acccord avec toi, merci pour ce commentaire qui me semble très juste !

  • Avatar
  • WoW Dieu n’as pas besoin de nous… c’est à mon sens une vision simpliste et réductrice. Est ce qu’un père à besoin de ces enfants ? Je vous pose la question.
    Non… il peut conduire la voiture, aller au travail, il n’a pas besoin de ces enfants pour faire des choses.
    Sauf qu’il est devient un Père, à partir du moment où les enfants naissent et désormais le monde n’est plus le même.
    Je suis parent et je peux vous dire que j’ai rêver à mon fils et du jour où il naîtrait.
    Vous devriez éclairer votre critique à la lumière du nouveau testament et non pas une approche simplement vetero-testamentaire uniquement.
    Ce qui me dérange honnêtement c’est que sur fond de « c’est pas une critique »… c’est quand même un débat qui va quelque peu fracturer davantage, et qui je trouve est vide de sens.

      Benjamin E
    • Bonjour Jonathan,

      Merci pour ton commentaire. La question n’est pas de savoir si c’est une vision simpliste et réductrice, mais de savoir si c’est une vision biblique ou non. A ce titre, en affirmant que Dieu n’a pas besoin de nous pour être Dieu, je cite dans l’article plusieurs passages bibliques que je t’invite à consulter. Il est vrai qu’ils viennent de l’Ancien Testament pour la plupart, mais Dieu aurait-il changé (cf. Malachie 3.6) ? Le caractère de Dieu n’est-il pas le même, de la Genèse à l’Apocalypse ? De plus, plusieurs passages du Nouveau Testament liés à la gloire de Dieu sont mentionnés également.

      Je n’ai pas dit que ce n’était pas une critique, mais plutôt que mon but n’était pas de critiquer sans raison. Je suis conscient qu’en publiant cet article, j’ai lancé un débat (il n’y a qu’à voir le nombre de commentaires sur Facebook, les retours plus ou moins fraternels, etc…). Mais ce n’est pas mauvais, pourvu que la discussion se fasse avec respect et amour :-) Nous avons besoin de discuter, et confronter humblement nos points de vue, pour arriver à des convictions qui soient plus bibliques. C’est notre but en tant que chrétien, d’être fidèles à la parole de Dieu !

      Que le Seigneur t’encourage,

      Benjamin

  • Avatar
  • Dieu n a pas besoin de nous. Mais il aime faire les choses avec nous et il veut être aimé par nous. Tu aimeras ton Dieu plus que tout . 1 er commandement . Quand un homme dieu est dans la joie. Alors oui on fait la joie de notre dieu comme l on peut l attristée. Avoir envie vouloir. C est plus que le besoin. Parceque c est un choix.

  • Avatar
  • je comprends ton point de vue, ces chants ont pour but de remercier Dieu pour tout ce qu’il fait pour nous. Les chants ne sont pas là pour expliquer les Ecritures , nous avons les prêtres et pasteurs pour cela.

      Benjamin E
    • Bonjour Nathalie,

      Oui, les chants sont un moyen de remercier Dieu, et dans un sens, de communiquer nos sentiments. Mais cela n’empêche pas qu’ils doivent être bibliques et fondés sur l’Ecriture. Ce que nous chantons, c’est ce que nous croyons. Chanter des chants qui transmettent une vision erronée de Dieu nous amènera à avoir une vision erronée de qui est Dieu. Tu vois ce que je veux dire ?

  • Avatar
  • Je pense que nous compliquons tout, c’est vrai Dieu n’a pas besoin de nous de rien de personnes, mais ce n’es pas parceque c’est Dieu qu’il n’a pas d’envie, avoir envie, cela ne veut pas dire avoir besoin, je pense que dans son grand amour il a juste eu envie de nous créés, nous aimer, nous guider, avoir juste envie de partager son amour, son salut malgré qu’il n’a pas besoin de tout cela c’est ce qui fait la grande générosité et amour de notre Dieu d’ailleurs il dit lui même il fait grâce à qui il veut

      Benjamin E
    • Bonjour Gabilla,

      Merci pour ton commentaire. Bien sûr, en disant que Dieu n’a pas besoin de nous, je ne dis pas qu’il n’a pas eu envie de nous créer, et de nous sauver. C’est d’ailleurs ce qui donne tellement de valeur à son amour : alors qu’il n’avait pas besoin de nous, il a choisi de nous créer, pour nous faire bénéficier d’une relation privilégiée avec lui et de connaître toutes les merveilles de sa création. Bien plus, il a choisi de faire de nous ses enfants, à qui il montre son amour et sa grâce, en les sauvant du jugement qu’il mérite – quelle grâce !

      « Voyez quel amour le Père nous a témoigné pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! » (1 Jean 3.1)

      En Christ,

      Benjamin

  • Avatar
  • Bonjour cher Benjamin et merci de partager le d’un de Dieu. Tu souleve un point très profond. Dieu est amour or l’amour nécessité un objet sous de devenir de l’orgueil. C’est la raison pour laquelle Jesus Christ a été créé la première des oeuvres de Dieu. Et nous sommes en Christ depuis le commencement. Est ce que cela est constitutif d’un besoin ? Je ne saurais le dire car: nul ne connait le Père si ce n’est le Fils. Mais, Je pense que nous sommes de toute éternité dans l’esprit de Dieu en Jésus Christ. Bien fraternellement

      Benjamin E
    • Bonjour Patrick,

      Nous savons d’après la Bible que Dieu existe de toute éternité en trois personnes de divinité égale : le Père (1 Corinthiens 8.6), le Fils (Jean 20.28), et le Saint-Esprit (Actes 5.3-4). Jésus-Christ n’a pas été créé, mais existe de toute éternité auprès du Père (Colossiens 1.17). C’est pour cela que Dieu n’a pas besoin de nous pour aimer (Jean nous montre combien le Père aime le Fils, Jean 3.35, Jean 5.20, Jean 15.9). L’amour existe de manière parfaite en Dieu de toute éternité.

      Maintenant, nous savons aussi que Dieu nous a choisi bien avant la fondation du monde (Ephésiens 1.3). En ce sens, il nous a aimés de toute éternité ! Il avait choisi de porter son regard d’amour sur nous avant même que l’on existe, effectivement.

      J’espère que ces quelques lignes te sont utiles.

      En Christ,

      Benjamin

        Avatar
      • Bonjour Benjamin,

        À la lecture de ce dernier commentaire de votre part j’ai une ou deux nouvelles questions/réactions à vous proposer (en plus de celle que je vous rappelle avoir posté sur l’article concernant le salut des saints de l’AT).

        Pour commencer je tiens à vous confier qu’une fois de plus je suis en grande partie d’accord avec l’article que vous écrivez. Je partage votre scepticisme sur les chants qui font d’avantage descendre Dieu du ciel pour satisfaire nos désirs qu’élever un sacrifice de louange et de consécration de notre part en direction du trône de gloire. Je suis aussi en accord sur le fait que Dieu, dans sa nature, n’a pas de besoins et n’a en tout cas pas besoin de nous, c’est clair, sinon Il n’est pas Dieu…

        Maintenant j’ai quand même un doûte concernant le fondement biblique de votre remise en question des paroles du chant d’Hillsong. Ce chant dit « Tu n’as pas voulu les cieux sans nous ». Ici cela devient plus compliqué parce que l’on parle dès lors de ce qui est créé : les cieux. On ne parle plus simplement de Dieu et de sa simple existance hors de ce qui est créé. Dès lors, il est bon d’interroger les écritures sur la raison de l’existance de ce qui est créé.

        De ce que j’observe, la raison de tout ceci est Christ « Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et POUR lui. » Colossiens 1:16. On le voit encore à plusieurs endroits : « C’est de lui, par lui, et POUR lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles! Amen! » Romains 11:36, etc. On voit clairement que tout ce qui a été créé l’a été par Christ (ce que le mot « par » – dia – signifie peut être discutable car cela peut aussi vouloir dire « au travers de ») MAIS SURTOUT POUR CHRIST. En d’autres terme, tout a été fait dans le but de Christ.

        À mon sens, le premier chapitre de la lettre aux Ephésiens résume bien la chose : « En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce, que Dieu a répandue abondamment sur nous par toute espèce de sagesse et d’intelligence, nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même, pour le mettre à exécution lorsque les temps seraient accomplis, de réunir toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre. » Éphésiens 1:7‭-‬10

        Ce fameux « POUR CHRIST » (ce en quoi Christ est le but de toute chose créée) est le Royaume Messianique de 1000 ans (Apocalypse 20:4-6) durant lequel le Messie abolira le mal et donnera aux saints le repos en renversant toutes les dominations et toutes les principautés et tous les trônes. En d’autres termes, tout ce qui est créé, le céleste comme le terrestre sera mis sous ses pieds (1 Corinthiens 15:24-28), c’est ce dont Paul parle dans le passage d’Ephésiens 1 que je viens de citer.

        Tout ceci étant dit, c’est là que se situe mon doûte quand à votre négation du fait que Dieu n’a pas voulu les cieux sans nous car Paul, toujours dans Ephésiens 1 dit la chose suivante : « En lui Dieu nous a élus AVANT LA FONDATION DU MONDE, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé. » Éphésiens 1:4‭-‬6.

        Pierre dit également la chose suivante : « Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l’œuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage, sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné AVANT LA FONDATION DU MONDE, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous » 1 Pierre 1:17‭-‬20.

        Christ, et nous en lui, par notre justification au travers de son sang, avons été prédestinés AVANT QUE TOUT AIT ÉTÉ CRÉÉ à notre règne futur durant lequel Dieu réconciliera ce qu’il y a dans les cieux et ce qu’il y a sur terre. Je crois qu’il est donc un peu précipité de remettre en question le fait que Dieu n’a pas voulu les cieux sans nous sans examiner la question en profondeur. Il faut faire une différence claire entre l’existance même de Dieu et son implication dans ce qui est créé. L’Homme est le couronnement de ce qui est créé, il a été créé pour dominer et être l’image de Dieu, nous le voyons dans la Genèse. Bien sûr, nous savons que tout ceci se réalise pleinement en Christ.

        Pour conclure cette première partie de remise en question, je dirais que les compositeurs de chants ne doivent pas penser que Dieu lui même n’a pas été voulu sans nous, c’est clair (rires). Par contre, ce qui est créé, les cieux comme la terre, n’a effectivement pas été voulu sans Christ, donc pas non plus sans nous!

        Je voudrais aussi aborder une autre chose que je vous ai souvent lu dire dans les commentaires précédents. Vous dites que Dieu en Lui même (donc indépendament de ce qui a été créé) n’a pas de besoins, ce avec quoi je suis tout à fait d’accord car Il est Dieu et créateur de toutes choses. Cependant, je vois que vous expliquez cette absence de besoins (peut-on vraiment l’expliquer?) en utilisant la doctrine de la Trinité. Je vous cite :

        « Nous savons d’après la Bible que Dieu existe de toute éternité en trois personnes de divinité égale : le Père (1 Corinthiens 8.6), le Fils (Jean 20.28), et le Saint-Esprit (Actes 5.3-4). Jésus-Christ n’a pas été créé, mais existe de toute éternité auprès du Père (Colossiens 1.17). C’est pour cela que Dieu n’a pas besoin de nous pour aimer (Jean nous montre combien le Père aime le Fils, Jean 3.35, Jean 5.20, Jean 15.9). L’amour existe de manière parfaite en Dieu de toute éternité. »

        J’aurais énormément à dire sur la manière dont vous citez tous ces versets dans cette dernière explication (typiquement vous affirmez la déité du Père avec 1 Corinthiens 8:6 ce qui n’est pas faux. Le seul problème c’est que ce dernier verset exclut la déité du fils. Vous êtes donc obligé de vous rabbatre sur un autre verset pour parler du Fils, et ainsi de suite, mais malheureusement 1 Corinthiens 8:6 n’est finalement pas pris dans son intégralité puisqu’il dit clairement que seul le Père est Dieu…) je ne vais cependant pas m’attarder sur ces choses.

        Là ou je suis gêné par votre explication c’est que, pour nier le fait que Dieu a un besoin externe à lui-même (par exemple : besoin que l’on existe pour pouvoir aimer), vous créez un besoin à l’interne de Dieu (Dieu a besoin d’être 3 en 1 pour savoir aimer, la thèse que vous formulez ici se nomme « Trinité sociale » elle est née bien après les premiers conciles, lors du renouveau trinitaire)… Je ne vais pas aller plus loin que cela, j’en discuterais volontiers par mail avec vous si vous y êtes disposé, je vais juste vous laisser une question :

        La Bible enseigne à de nombreuses reprises que le châtiment relatif à une faute fait intégralement partie de l’amour (Deutéronome 8 :5, Psaume 119 :71, Proverbes 3 :12, 13 :24, 23 :13-14, Apocalypse 3 :19). Dieu ayant eu la nécessité d’expérimenter l’amour en Lui-même afin de pouvoir créer a-t-Il eu besoin d’expérimenter le châtiment en lui-même afin de savoir châtier l’homme et transmettre à ce dernier la faculté de correction de l’enfant ?

        Si tel est le cas, qui châtiait qui dans la Trinité avant la fondation du monde ? Le Père châtiait-il le Fils, l’Esprit ou même les deux ? Le Fils châtiait-il le Père, l’Esprit ou même les deux ? L’Esprit châtiait-il le Fils, le Père ou même les deux ? Quel était le motif de ce châtiment ?

        Si Dieu n’exerçait pas le châtiment en Lui-même avant que le monde soit, comment est-Il capable de l’appliquer par amour à l’Homme ?

        Je m’excuse pour la longueur de mon commentaire et vous remercie par avance pour vos réponse dont je suis impatient de connaitre la teneur. Je trouve génial que des jeunes comme moi (j’ai 24 ans) soient passionnés par les écritures et écrivent des articles pour parager leur passion pour Dieu.

        Soyez béni.

  • Avatar
  • Bonjour cher Benjamin,

    Je ne sais pas si Dieu rêve. Il me semble avoir lu dans j’en ne sais quel recueil poétique : « ne sommes nous pas le rêve de Dieu » bien qu’etant Vraiment un belle image poétique cela n’est pas biblique ni théologiquement pertinent. Mais en ce qui concerne la volonté du Père de nous sauver en Christ, cela est retranscrit à travers toute la bible.
    Or si Jésus avait voulu le cieux sans nous, cela lui aurait rien coûté d’y rester. Tu as une vision de Dieu en toute-puissance et en gloire et c’est juste, mais tu oublies un aspect de Dieu révélé à travers toutes la bible et encore plus manifeste en Christ c’est l’amour. En effet Jésus est venu et il n’a pas manifesté une gloire toute puissante, mais il ds’est dépouillé lui même pour montrer non la gloire de Dieu au sens  « fiat lux » mais il a manifesté le caractère de Dieu, compation, charité miséricorde, Amour. Ainsi si Dieu a pu mettre de côté sa puissance infinie pour nous révéler son amour et sa grâce, il semble que sa motivation ne soit pas sa propre gloire mais l´amour qu’il nous porte. Jean 3:16 « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique… » Ailleurs il est écrit Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu car Dieu est amour. Le verset le plus connu mais le plus mal compris et mal appliqué de la communauté chretienne. En tout cas merci pour ton site t’es analyse et les échanges Dieu vous bénisse.

  • Avatar
  • Bonsoir,
    Oui Dieu n’a pas besoin de nous.
    Oui Dieu peut être Dieu sans nous.
    Nous ne sommes que des serviteurs inutiles (Lc 17, 10).

    Mais de quel Dieu parle-t-on ?
    Dieu Trinité, Père, Fils et Saint Esprit.
    Alors oui.

    Mais l’incarnation du Fils en un vrai homme, nous rend accessible l’échange d’amour au sein de la Trinité.

    C’est par grâce que le Père nous donne l’incarnation du Fils pour nous permettre d’accéder à leur échange d’amour en nous donnant comme professeur de prière l’Esprit Saint qui prie en nous en des gémissements ineffable.

    Dieu Trinité existe de toute éternité.
    Dieu le Père, de toute éternité, à décidé de nous rendre accessible l’amour trinitaire en permettant l’incarnation du Fils.
    Et Dieu le Fils est vrai Dieu et vrai homme.
    Effectivement Dieu le Père n’a pas besoin de notre amour, pas plus que Dieu le Fils dans sa divinité ou Dieu l’Esprit Saint.

    Mais Dieu le Fils dans son humanité, lui a besoin de notre amour comme tout homme qui souffre.
    Et Dieu le Fils, dans son humanité, souffre de toute éternité du refus des hommes de l’aimer.

    C’est par là que l’on peut dire que Dieu le Fils dans son humanité désire et même attend notre amour de toute éternité.

    Ainsi il n’est pas faux de dire qu’avant que je sois créé Dieu (le Fils dans son humanité) désirait mon amour.

    La volonté, par grâce, du Père de l’incarnation du Fils peut aussi se dire « Tu n’as pas voulu les Cieux sans nous
    Alors Jésus Tu es venu », non ?

  • Avatar
  • Merci pour cet article. En fait, ça me semble une telle évidence: je me suis fait cette réflexion la première fois que j’ai chanté ces 2 chants dans une église…

    Ce qui me trouble, c’est de voir le vent contraire que tu soulèves: comme si l’influence de la Bible sur notre façon de penser était de plus en plus éloignée…

  • Avatar
  • J’ai pensé ce matin à une autre explication par rapport à la forte opposition que cet article rencontre…

    Peut-être que certains ressentent que tu t’opposes ici à Dieu en tant que père, un père qui aime ses enfants et qui se réjouit aussi de leur amour.

    Mais il me semble que le souci théologique de ce chant « Abba Père » peut se résumer à l’utilisation du terme « rêver » (et donc ce n’est pas l’amour du Père pour nous qui est contesté, mais un Dieu qui rêve)

    D’après Larousse.fr , le sens littéraire de rêver (clairement celui utilisé dans ce chant) est celui-ci: « Se représenter par l’imagination ce qu’on souhaite d’une manière plus ou moins chimérique », comme « Rêver pour les siens un avenir merveilleux. »

    Autrement dit, il y a toujours un côté chimérique (déconnecté de la réalité) dans l’utilisation du terme rêver ! Et c’est là le souci: un Dieu déconnecté de la réalité…

    Le Psaume 139 dit: « sur ton livre étaient inscrits tous les jours qui m’étaient destinés avant qu’un seul d’entre eux n’existe. »

    C’est exactement la situation abordée dans ce chant « Abba Père »: quel regard portait Dieu sur nous avant notre propre existence ?
    Non, il ne « rêvait pas du jour où il pourrait m’aimer ». Il avait, en fait, inscrit dans son livre le jour où il allait m’aimer. C’est la souveraineté absolue de Dieu, la fermeté inébranlable de son conseil qui me semble en jeu dans ce chant, et, rassurez-vous, pas son amour comme celui d’un père…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *