Profite de ta jeunesse pour lutter contre le paraître

Repoussante et hideuse. Effrayante mais divertissante. Son apparence était devenue son gagne-pain. C’était le seul moyen que Joseph Merrick avait trouvé pour survivre : il se faisait exhiber en tant que phénomène de foire sous le nom d’« Elephant man » (l’homme éléphant).

Ce jeune Britannique du 19ème siècle était atteint de neurofibromatose de type II (une maladie neurologique qui produit des déformations). Les gens payaient pour se moquer de lui… Joseph menait une vie terrible. Il était prisonnier de la honte et du rejet dûs à son apparence.

Pourtant, un jour, sa vie va changer. Le chirurgien Frederick Treves lui tend la main. En étudiant sa maladie, il démontre que derrière cet aspect « monstrueux » se cache un homme sensible et intelligent, qui souffre d’une maladie.

A sa manière, ce médecin contribue à lutter contre le paraître. 

Un exemple frappant : Joseph Merrick

J’avais 14 ans lorsque j’ai regardé le film « Elephant man » pour la première fois. C’était pendant un cours de français. L’histoire vraie de ce jeune homme de 21 ans m’a profondément touché, puisqu’elle illustre parfaitement les conséquences désastreuses d’un monde centré sur l’aspect extérieur d’une personne.

L’apparence est ce que l’on voit au premier abord, la surface qui s’oppose à la profondeur. Malheureusement, celle-ci a poussé Joseph Merrick à adopter une identité qui n’était pas la sienne. Pour vivre et se faire « accepter », il devait paraître monstrueux.

S’il avait vécu au 21ème siècle, j’imagine qu’il aurait été défendu par tout un tas d’associations et d’organisations internationales pour la protection de son droit à la dignité humaine.

Cependant, cela ne veut pas dire que ce combat ne représente plus un réel défi pour notre génération. Au contraire, le paraître contre lequel nous devons lutter peut être très sournois.

3 ennemis pour notre génération

3 fléaux ravagent notre génération : la superficialité, le manque d’estime de soi et l’indifférence. Derrière chacun de ces maux se trouve le péché (Romain 3.23) contre lequel nous devons lutter.

1. La superficialité

La superficialité évoque souvent en nous l’image de stars de télé-réalité pas très futées, qui passent leur temps à se regarder dans le miroir. On pense aussi au groupe des populaires du collège/lycée, les « beaux gosses ».

Je caricature mais globalement c’est l’idée que l’on se fait d’une personne superficielle. Pourtant, c’est bien plus que ça. C’est un manque d’authenticité. Par peur d’être jugé, on se crée une image. On puise dans nos atouts et on les amplifie pour se retrouver en position de force. Je suis belle ? Alors je vais en jouer pour plaire aux gars. J’ai des facilités en cours? Je n’aurai pas besoin de réviser et je passerai l’exam’ « au talent » pour paraître cool. Bref, je veux plaire aux autres.

2. Le manque d’estime de soi

Et puis, il y a le manque d’estime de soi. Le fait de paraître nul et inutile. Moche et ennuyeux. A côté des gens cools, on aimerait disparaître.

Untel connaît trop bien sa Bible, tel autre a du succès auprès des filles, etc. C’est totalement lié au premier point. On se dévalorise parce qu’on ne parvient pas à plaire aux autres.

3. L’indifférence

Enfin, il y a l’indifférence. Le fait d’être blasé par cette société individualiste, centrée sur l’apparence. Le mieux à faire est donc de ne rien faire. On s’en fiche de ce que les autres pensent de nous. On ne veut plaire à personne. Notre témoignage n’a pas d’importance.

Finalement, les 3 sont liés. Dans différents domaines de nos vies, nous pouvons être superficiels, manquer d’estime de nous-mêmes et être indifférents.

La victoire de Jésus sur le paraître

En réalité, si notre physique devait représenter notre cœur, nous serions bien plus repoussant que Joseph Merrick, crois-moi. Désirer être meilleur ne sert à rien si nous ne sommes pas réconciliés avec Dieu. Se rebeller contre cette société par nos propres forces est vain si ce n’est pas pour le glorifier.

Heureusement pour nous, Jésus a vaincu le péché. Grâce à lui nous pouvons recevoir un coeur nouveau, pardonné et réconcilié avec Dieu. N’est-ce pas merveilleux ? La Bible nous dit que Christ est mort pour nous, bien plus, il est ressuscité (Marc 16.6) !! Nous n’avons plus besoin de faire semblant : notre identité est en lui.

Nous sommes des créatures de Dieu, faites à son image (Genèse 1.26) ! Contrairement à l’homme qui regarde ce qui frappe aux yeux (1 Samuel 16.7), Dieu regarde au coeur. En Jésus, il voit notre coeur régénéré !

Jésus est notre exemple parfait. Il luttait contre la superficialité des pharisiens en se montrant authentique et vrai. A ceux qui se trouvaient misérables, il les a acceptés comme fils et filles du Royaume des cieux (Matthieu 5.3). Il témoignait de la grandeur de Dieu et ne restait pas indifférent.

Rébellutionnaires, cet appel est pour nous. Luttons contre la superficialité en demeurant authentiques. Rebellons-nous contre le manque d’estime de soi en acceptant que sommes des pécheurs rachetés au prix de la vie de Christ. Et enfin, témoignons de cette Bonne nouvelle aux autres : ne restons pas indifférents !

Alors, prêt à lutter contre le paraître?

Auteur : Noémie G

22 ans, membre d'Agape Campus, étudiante en droit et disciple de Jésus !

Voir tous ses articles →