Une vie transformée #27 : Mathilde

Suite de notre rubrique « Vie transformée », où nous découvrons chaque moi la manière dont Dieu a sauvé, par sa grâce, un(e) jeune qui nous raconte son témoignage. Ce mois-ci, on laisse la parole à Mathilde, presque 19 ans, en deuxième année de prépa littéraire dans la région parisienne. 

J’ai grandi dans une famille chrétienne, entourée de l’amour de mes parents et de ma famille. J’allais tous les dimanches à l’église et j’ai suivi les enseignements à l’école de dimanche et au catéchisme. Je connaissais donc très tôt le message de la Bible.

J’ai recommencé le scoutisme à la fin de ma 3ème. C’est sûrement à partir là que j’ai commencé à chercher Dieu plus activement. Je voulais passer de la foi de mes parents à ma propre foi. Je lisais ma Bible, priait régulièrement et mes discussions avec différents scouts m’ont encouragée dans ce sens. Des événements organisés par l’église ou les camps chrétiens m’encourageaient beaucoup mais j’étais rattrapée par ma vie de tous les jours.

Mon année de terminale a été très difficile. Je suis passée par une petite dépression. Je voyais tout en gris, sans intérêt, aucune envie au réveil. Je ne voyais aucun but à ma vie, aucun sens. Or, j’avais besoin d’un but sur lequel m’appuyer pour continuer à avancer. Je n’arrivais plus à prier ou chanter à l’église car je me sentais hypocrite. Une phrase qui m’a été dite pendant cette période m’a beaucoup fait réfléchir : « On a tous en nous un vide en forme de Dieu ». Après cette période difficile, je savais mon but : Dieu – vivre avec Dieu et pour Dieu. Sur un conseil j’ai aussi commencé à écrire sur un petit carnet « les petits clins d’œil de Dieu », et ça m’a fait beaucoup de bien parce que ça m’a permis de prendre conscience de l’action concrète de Dieu dans ma vie.

J’ai décidé de commencer la préparation au baptême en septembre 2017 pour approfondir ma relation avec Dieu.  Cela a été très intéressant pour moi au niveau intellectuel. Mais ce que je savais dans mon intellect, je n’arrivais pas à la vivre dans mon cœur. C’est peut-être le revers de la médaille de grandir dans une famille chrétienne : je savais intellectuellement, mais je ne le vivais pas personnellement. D’autre part je suis quelqu’un qui pense et réfléchis beaucoup. C’est pour cela que la notion du lâcher-prise, à différents niveaux, est très complexe et importante pour moi.

En avril 2018, il s’est passé un changement en moi. J’étais en train de penser à pleins de choses et cela me tracassait vraiment. A un moment j’ai décidé de lâcher-prise et de laisser ces questionnements sur ma vie à Dieu. Je me suis dit que je n’étais qu’un être humain, pécheresse, un grain de poussière dans ce monde, et que de mes propres forces, même avec toute la bonne volonté possible, je n’arriverais à rien. J’ai tout remis à Dieu parce que je savais qu’il avait un plan parfait pour moi, son plan. J’ai réalisé que Dieu pouvait me toucher mais que j’avais un choix à faire de mon côté. Avant je priais beaucoup en disant « Dieu touche-moi s’il-te-plait » mais en fait c’était une attitude passive de ma part. Et après ce choix que j’ai fait j’ai ressenti comme un déclic ; à partir de là, tous les messages compris intellectuellement, je les ai compris dans mon cœur. Je me suis repentie de mes péchés et j’ai eu la conviction d’être sauvée. Pour utiliser une métaphore, c’est comme si durant mes dernières années de cheminement j’accumulais des brindilles, du petit bois, du gros bois et des bûches pour préparer un feu, et cette décision a été l’allumette qui a mis le feu, le feu à mon cœur.

Après ma conversion j’ai ressenti des changements progressifs dans ma vie. Par exemple, j’ai tendance à me décourager très facilement. Mais depuis j’essaie davantage de faire face à mes problèmes : je pleure un bon coup, parce que ça fait du bien, mais ensuite j’essaie de me remotiver parce que je sais que Dieu gère pour moi.  De même, j’arrive à me réjouir de pleins de choses du quotidien et cet état d’esprit me fait beaucoup de bien, parce qu’il me permet vraiment de voir Dieu à l’œuvre dans ma vie. Et je ressens une paix et une espérance indescriptibles que seul Dieu peut me donner.

Gloire à Dieu pour son oeuvre dans la vie de Mathilde !

Auteur : Vie transformée

Chaque mois, un jeune chrétien nous raconte courtement comment il a rencontré le Seigneur Jésus, et la manière dont cela a transformé sa vie.