Le défi d’Etiennette : prier H24, pour une relation guidée par le Seigneur

La rubrique « Le défi de… » continue (chaque mois, un rébellutionnaire te partage un défi qu’il a relevé dans sa vie) ! Ce mois-ci, c’est au tour d’Etiennette de nous partager un défi qu’elle a relevé ! Etiennette, 22 ans, est monitrice éducatrice.

Qu’est ce qui t’a poussée à relever ce défi ?

L’an dernier j’ai fait un camp d’évangélisation, qui se nomme Plage Station par JPC. Nous priions à chaque instant, avant/pendant ; entre et après les pauses. Nous sentions la présence de Dieu qui guidait toutes choses. Même si nous sommes passés par des moments difficiles qui se sont avérés nécessaires, cette connexion divine avec notre Père demeurait solide et fiable.

Non seulement parce que j’y côtoyais des chrétiens mais aussi parce que je parlais continuellement, « H24 avec Dieu ». Du petit bobo à la fatigue, de la difficulté à m’entendre avec un campeur, en passant par une discussion perturbante avec un passant… Malgré tout ça, j’en ressortais en paix, car je remettais à Dieu des choses aussi « insignifiantes » que « préoccupantes ».

À mon retour, je suis cependant retournée dans ma routine. Mes pensées sont petit à petit reparties dans mes occupations terrestres. Et le temps que je prenais à lire la Bible devenait secondaire et donc court. Ma vie dans ce camp me manquait. Alors j’ai voulu y remédier !

C’est quoi ce défi concrètement ?

Le défi consistait à prier à chaque instant de la journée. Au début, je n’y pensais pas alors je me lançais des défis plus restreints. Par exemple, je commençais ma journée en me levant plus tôt, lisant ma Bible. Je m’engageais à lire plusieurs fois par jour, le verset qui me parlait le plus pour l’apprendre et/ou pour prier. Je me suis rendue compte que dans une journée, je faisais et je passais à coté de beaucoup de choses. J’ai pris alors le temps, par exemple, pour : descendre les escaliers avec mon voisin (en remettant à Dieu notre discussion) ; marcher dans la rue en remerciant Dieu pour les oiseaux qui chantent et qui me rappellent que même eux, n’ont pas à s’inquiéter de leur avenir, puisque Dieu pourvoit à leurs besoins (Matthieu 6.26). De fil en aiguille, j’ai pris plus de temps à le louer et à lui remettre les soucis du quotidien, qui passent parfois au second plan.

Qu’est ce qui a été difficile dans ce défi ?

Encore aujourd’hui, ma plus grande difficulté est de le faire sur plusieurs jours. La communion que j’ai avec le Seigneur se forge, et ma nature propre n’est pas d’accord. J’ai l’impression que j’ai plus de choses à affronter. Un verset qui me relève bien souvent se trouve dans Philippiens 4.6-7 : « Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses, faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications dans une attitude de reconnaissance. Et la paix de Dieu dépassera tout ce que l’on peut comprendre, et gardera votre cœur en Jésus-Christ. »

Qu’est ce que tu as appris ?

J’ai appris à ne pas m’inquiéter. Déposer à ses pieds mes soucis me déchargeait et m’apaisait. Maintenant, je prends plus de temps pour louer Dieu et le servir que de me préoccuper de mes soucis !

Auteur : Etiennette L.