Dieu a-t-il un plan merveilleux pour ma vie ?

Il est courant d’entendre des affirmations telles que « Dieu a un plan merveilleux pour ta vie ». Il est même tentant pour nous, lorsque nous parlons de Jésus à ceux qui ne le connaissent pas, de véhiculer cette pensée…

Pourtant, l’exemple de Billy, 20 ans, nous fait réfléchir. Il souffre depuis sa naissance d’une maladie dégénérative, il a perdu sa mère lorsqu’il était adolescent, et il subit une pression terrible de la part de sa famille depuis qu’il est devenu chrétien.

Il faut avouer que de notre point de vue humain, il semble y avoir plus merveilleux comme vie !

Et encore, Billy a la chance de vivre dans un pays où les chrétiens ne subissent pas la persécution physique à cause de leur foi.

Que penser de cette affirmation de ce plan de « vie merveilleuse », au regard de la vie de Billy, ou encore de celle des millions de chrétiens persécutés ? Comment résoudre ce paradoxe ? Cette affirmation se révèle-t-elle vraie si on l’analyse à la lumière de la Parole ?

Oui, Dieu transforme nos vies et a un plan pour nous

Croire en l’Évangile : ça change tout.

En effet, lorsque l’on passe par le processus de la nouvelle naissance, après avoir demandé pardon pour ses péchés et cru en Christ comme son sauveur personnel, on a une joie et une espérance nouvelle (Romains 12.12), de nouveaux buts (1 Corinthiens 9:24), et chaque domaine de notre vie en est impacté !

Dieu a choisi ses enfants de toute éternité (Éphésiens 1.4), et il a un projet de vie pour chacun de ceux qu’il a voulu ramener de la mort à la vie (1 Pierre 2.9, Éphésiens 2.10). Il exerce un contrôle souverain sur notre vie (Proverbes 19.21, Job 42.2, Éphésiens 1.11) et il est certain qu’il ne nous abandonnera jamais (Romains 8.38-39).

Ainsi, croire en Jésus change notre rapport au monde, notre manière d’être, nos objectifs de vie… ce qui est un vrai témoignage du miracle de la régénération – c’est-à-dire la nouvelle naissance. Il est donc évident que Christ nous offre une vie nouvelle, complètement différente de celles que nous aurions pu mener s’il n’était pas venu nous chercher, et dans laquelle il nous offre de nombreuses bénédictions spirituelles.

Le plan magnifique de Dieu s’exprime au travers de l’épreuve

Cependant, la souffrance fait partie de la vie de tout chrétien, et la Bible nous indique dans de nombreux passages que nous aurons à souffrir (Actes 14.22, Jean 16.33, etc.).

Il est d’ailleurs particulièrement saisissant que la plupart des apôtres soient, selon la tradition, morts en martyr.

Pourtant, la Bible affirme aussi que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8.28).

Son plan est parfait car il est selon son dessein, mais il ne faut pas comprendre cette vie « merveilleuse » selon la logique humaine. En effet, dans le « toutes choses » dont parle Romains 8.28 font parties à la fois les joies et les peines, la santé et la maladie ou encore la vie et le deuil… qui sont des choses comprises dans le plan de Dieu, et sur lesquelles il exerce un contrôle souverain.

Oui, la souffrance fait partie du plan de Dieu, et il l’utilise pour différentes raisons : pour éprouver la foi du croyant, pour rapprocher le croyant de lui, pour que le croyant réalise qu’il est dépendant de Dieu, pour que le croyant apprenne à mieux connaître Dieu…

Une vie chrétienne merveilleuse ?

Il faut donc être clair quand on affirme que la vie chrétienne est merveilleuse. Elle est merveilleuse car dirigée par le créateur de la vie, et chaque épreuve de la vie fait partie de son plan. Et surtout, notre espérance ne s’arrête pas à notre vie terrestre mais est éternelle. En effet, la venue de Christ a changé beaucoup de choses, Christ étant venu mourir à la croix pour porter nos péchés, ceux-là même qui nous séparaient du Dieu juste et saint. On peut donc obtenir la réconciliation et tous les privilèges qui en découlent. Le Seigneur nous a d’ailleurs laissé de nombreuses promesses accessibles dès aujourd’hui pour le croyant… mais il n’a JAMAIS promis une vie prospère, sans souffrance ni opposition durant notre temps sur cette Terre.

Cela ne doit pas nous décourager, mais nous inciter plutôt à fixer nos regards sur Christ et à regarder vers l’avenir. La solution est de regarder plus loin que notre vie terrestre, où nos souffrances ne sont que passagères (1 Pierre 5.10, Matthieu 5.4), et de regarder à ce temps où nous aurons notre consolation éternelle (2 Corinthiens 1.7). Lors du renouvellement de toutes choses, dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, nous pourrons enfin goûter à cette vie parfaite, sans souffrance. Ne sous-estimons pas les effets extraordinaires de la première venue de Christ, mais souvenons-nous que tout n’est « pas terminé », car tout sera amené à la perfection lors de sa seconde venue de Christ – mais pas avant.

« Bien plus : nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps. » – Romains 8.23

Chrétien, durant notre attente, gardons les yeux fixés sur notre espérance éternelle, et combattons le bon combat de la foi, peu importe les difficultés que nous traversons. Les souffrances se termineront un jour, lorsque nous serons introduits éternellement dans la présence de notre sauveur, et la vie pas toujours « merveilleuse » que l’on a pu vivre ici-bas ne sera rien comparé à la gloire à venir (Romains 8.18) !

Auteur : Colin C.

Colin, 19 ans, Étudiant à Sciences-Po Lyon et à la faculté de théologie Jean Calvin. Amateur de sport, de musique... et de tout ce qui se rapporte de près ou de loin à la question de Dieu !