Chrétien = homophobe ?

28 Août 2018 3 commentaires Quentin L

La foi chrétienne est connue pour enseigner que l’homosexualité est un péché (on pourrait ajouter à cela toutes les alternatives qui s’ajoutent constamment à l’acronyme LGBTQ+). Or, dans ces temps de réforme des normes morales, notamment en ce qui concerne la question de l’orientation sexuelle, cette affirmation est de moins en moins acceptée et de plus en plus dénoncée comme étant de nature homophobe.

L’homophobie rappelons-le, c’est le rejet d’une personne pour son attirance sexuelle vers des personnes du même sexe. Il est important de noter qu’il s’agit du rejet de la personne, et non seulement de son mode vie.
Alors, tous ces chrétiens qui maintiennent ferme de telles convictions que certains sont prompts à assimiler à de l’homophobie, sont-ils nécessairement homophobes ?

Non.
Pourquoi ?
2 points.

1. Avoir une éthique qui nous est propre ne signifie pas rejeter ceux qui ne sont pas en accord avec

Ce premier point est propre à chaque être humain et ne concerne pas seulement les chrétiens, on peut tous adhérer à une norme morale qui ne correspond pas à celle de notre voisin, et pourtant, rien n’empêchera d’éprouver pour celui-ci de l’empathie et d’entretenir avec lui de bons rapports. Ainsi nous pouvons rejeter le mensonge par exemple, pourtant si notre enfant vient sans cesse à mentir, nous n’allons pas rejeter notre enfant pour autant. Nous allons sans doute lui exprimer notre désaccord, mais en aucun cas cela ne changera notre affection pour lui.
Même chose pour l’homosexualité. En tant que chrétien, si je rencontre un homosexuel, je n’aurais aucun mal à lui exprimer ouvertement le fait que je suis contre l’homosexualité, mais ce désaccord ne sera en aucun cas le facteur déterminant de l’affection que j’ai pour lui.

La vérité c’est que les liens émotionnels, affectifs ou sociaux se fondent indépendamment de nos valeurs. On peut donc rejeter l’homosexualité par conviction personnelle, et aimer l’homosexuel, et ça, ce n’est pas de l’homophobie.

2. Un homosexuel n’est pas considéré différemment des autres dans la Bible

Ce deuxième point quant à lui, est propre à la foi chrétienne. Et là, il faut arrêter, chez les chrétiens, de faire passer l’homosexualité comme « le » péché. Car bien qu’il puisse y avoir différents degrés de gravité, il faut savoir que tout péché a la même conséquence : la séparation totale d’avec Dieu. Or, en cela nous sommes tous dans le même panier, car la Bible nous enseigne que la nature humaine en elle-même est totalement corrompue et que tous les hommes naissent sous l’empire du péché. Cela d’ailleurs, n’importe qui peut le constater dans les faits, il suffit de regarder autour de nous pour s’apercevoir que le monde ne tourne pas rond et que la corruption et le vice règnent en chacun.

Un homosexuel n’est donc pas différent des autres, c’est un pécheur, comme vous et moi. La vérité, c’est que le péché nous domine tous d’une manière ou d’une autre, et que seul Christ peut nous délivrer de cet esclavage et faire régner en nous la justice, par l’adoption qu’il est venu nous obtenir.

Ainsi, lorsque Jésus-Christ est venu dans ce monde pour se donner en rançon pour le péché, c’est pour tous types de péchés, et pour tous types de pécheurs. Pourquoi donc n’aimerais-je pas celui que Christ lui-même a aimé, moi qui ne suis en aucun cas différent ?

Rejeter un homosexuel pour son péché lorsqu’on est soi-même pécheur, non seulement ce serait de l’homophobie, mais en plus de l’hypocrisie, et ça, c’est contre l’éthique chrétienne.

En revanche, aimer l’homosexuel comme on a soi-même été aimé de Christ, c’est-à-dire en lui disant la vérité tout en étant prêt à nous sacrifier pour lui, là par contre, c’est vraiment être son disciple, et il n’y a rien dans un tel amour que l’on pourrait assimiler de près ou de loin à de l’homophobie.

Auteur : Quentin L