Une courte réflexion sur le baptême

Il y a quelques semaines, huit personnes de différents âges se sont fait baptiser dans mon Église. L’occasion de se retrouver et de se réjouir entre frères et sœurs en Christ ! Mais au fait, c’est quoi exactement, le baptême ?

Le baptême apparaît pour la première fois dans la Bible en Matthieu 3.5-6 :

« Les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui [Jean-Baptiste]; et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain. » – Matthieu 3.5-6

Ce que dit ce passage est que ces habitants confessaient leurs péchés et ensuite se faisaient immerger, tremper en entier sous l’eau.

Et concrètement, ça sert à quoi ?

Si on suit la logique du passage cité plus haut, on peut dire que ces habitants se sont fait baptiser parce qu’ils ont confessé leurs péchés. C’est, je pense, une manière un peu simpliste mais juste pour décrire cet acte. Car d’un autre coté on peut avoir plusieurs impressions quant à ce qui est écrit dans les différents passages de la Bible qui parlent du baptême et quant à ce qui est enseigné dans les églises que l’on fréquente : Est-ce une tradition ? Est-ce juste le symbole de notre repentance, c’est-à-dire l’affirmation publique du choix de suivre Dieu ? Est-ce un acte qui me permet d’être sauvé ?

Je ne sais pas de quel milieu tu viens ni si tu t’es déjà fait baptiser, et le cas échéant je ne sais pas non plus ce qui t’as poussé à le faire. Mais je crois que si on regroupe les différents passages de la Bible, on peut s’accorder au moins sur deux choses :

  • Se faire baptiser, c’est obéir au commandement de Dieu en tant que disciple (Matthieu 28.19)
  • C’est le fait de croire au nom de Jésus qui nous sauve (Jean 3.36)

L’acte de baptême n’a pas d’utilité proprement dite. C’est un acte d’obéissance qui vient affirmer dans son accomplissement la décision prise par celui qui se fait baptiser ; à savoir reconnaître Christ comme Seigneur et Sauveur avec tout ce que cela implique.

Du coup, quand est-ce qu’on se fait baptiser ?

C’est une question légitime que tu te poses peut-être. Je crois que la seule condition pour se faire baptiser, c’est de croire que Christ est le fils de Dieu, qu’il est venu sur terre pour pardonner tes péchés et te sauver (Actes 8.36-37). La question n’est pas de faire comme ceux qui t’entourent ou de faire plaisir à tes parents, mais il est bien question de faire un choix personnel qui relève de ce en quoi tu crois. Et si tu crois cela, je t’encourage à réfléchir au baptême, à en parler avec tes parents ou avec les anciens de ton Église, avec des personnes qui pourront t’aiguiller, te guider dans cette démarche.

Clément D.

Clément D., 23 ans, est étudiant en microtechnique à la Haute Ecole d'Ingenierie et de Gestion du canton de Vaud (Suisse).

Tu devrais aussi aimer...

6 Commentaires

    Avatar
  • Bonjour,
    Sûr, le baptême est un sujet assez compliqué entre chrétiens. J’ai pas le mot pour expliquer cela mais souvent, c’est une des raisons de consentement à l’unanimité. Et c’est justement par son importance que cela devient une source de différentes refléxion. je vous remercie donc d’aborder le sujet et de nous amener ces explications soutenus par la parôles de Dieu.

    Cordialement

  • Avatar
  • Bonjour,

    Rien ne nous dit que ces baptêmes étaient nécessairement pratiqués par immersion : https://parlafoiblog.wordpress.com/2018/02/09/doit-on-baptiser-par-immersion-1/

      Avatar
    • Merci pour ton commentaire. En effet, j’avais déjà entendu parler de ton article sur ce sujet!

      Je suis assez d’accord. Cependant le but de cet article est de lancer une courte reflexion sur le baptême, et surtout encourager ceux qui n’y ont pas réfléchit à le faire! C’est pourquoi j’ai utilisé le cas de l’Eunuque pour illustrer l’acte du baptême sans entrer dans le détail.
      Je n’ai pas non plus parlé d’anabaptisme ou de pedobaptisme par exemple.

        Avatar
      • Merci pour ton retour :-)

  • Avatar
  • Bonjour à tous et merci à toi, Clément, pour cet édifiant article qui a le mérite de lancer une réflexion sur le baptême.

    Sinon, comme le souligne Maxime, il y a plusieurs manières d’administrer le baptême, sans pour autant que le sens en soit changé : par immersion totale du baptisé, ou par aspersion d’eau. Toutefois, il me paraît important que le baptisé ait le sentiment de vivre une noyade, puisque c’est le sens du baptême en tant que geste : noyé dans la mort avec le Christ, et retiré de la noyade par sa résurrection. (cf Romains 6 v4, qui n’est pas cité dans l’article plus haut).
    A noter que le baptême n’a rien de « magique », comme Clément le souligne : il ne donne rien si Dieu n’intervient pas (ou n’est pas intervenu au préalable) et sans notre confiance en Lui, pour le laisser agir…
    Enfin, Ephésiens 4 rappelle qu’« il y a un seul corps et un seul Esprit, de même que votre vocation vous a appelés à une seule espérance ; un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ; un seul Dieu et Père de tous, qui règne sur tous, agit par tous, et demeure en tous ».

    Fraternellement,
    Pep’s

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *