Pourquoi je n’ai plus peur des athées

10 Fév 2018 26 commentaires

Un jour, en cours, mon prof de spé SVT1 en Terminale2 a attaqué les religions pendant 15 min environ en disant des phrases de ce genre « L’esprit c’est des conneries, il n’y a que la matière. On meurt et puis c’est tout. »

Je propose dans cet article 7 arguments qui m’amènent à ne plus du tout avoir peur de l’athéisme et à trouver cette vision du monde très faible.

Comme la grande majorité des athées sont matérialistes (« Tout est matière »), je critiquerai donc seulement leur position. Une chose encore, comme l’athéisme et l’agnosticisme sont très proches (les deux envisagent la possibilité que Dieu n’existe pas), je pense que mes arguments concernent les deux.

#1 – Si l’athéisme est vrai, la vie n’a aucun sens

« S’il n’y a pas de Dieu et si tout ce que contient le monde est le produit d’un « assemblage fortuit d’atomes » (selon la formule célèbre de Bertrand Russell), alors notre existence n’a aucun but : nous sommes des accidents. » – Timothy Keller, La raison est pour Dieu, p.162.

« C’est là une des constatations des plus simples : supposons que je donne une certaine signification à l’univers, et que vous lui en donniez une autre. Laquelle sera vraie ? Aucune des deux assurément. Car l’univers sans Dieu demeure privé de sens objectif, et cela quel que soit notre angle de vue. » William Lane Craig, Foi raisonnable, p.111.

« Une telle conception des choses ne permet pas de vivre une vie cohérente, ce qui prouve le caractère destructeur de l’athéisme dont l’aboutissement logique est le suicide. » -William Lane Craig,, Foi raisonnable, p.97-98.

#2 – Si l’athéisme est vrai, le bien et le mal n’existent pas

Si Dieu n’existe pas, qui peut dire ce qu’est le bien et le mal ? Il n’y a plus rien qui nous permette de dire qui a raison. On n’a aucune raison de dire qu’Adolf Hitler était moins bien que Martin Luther King ou Nelson Mandela.

Les avis des hommes sur la morale ne sont plus que des goûts personnels. C’est comme quelqu’un qui préfère la glace au chocolat et l’autre la glace à la vanille. Chacun a sa préférence, et c’est tout. Toutes les opinions se valent et personne n’a raison.

Si c’est la société qui définit le bien et le mal, ça ne résout pas le problème. Si la majorité décide de tuer une minorité, est-ce que ça sera bien juste parce que c’est la majorité qui l’a décidé ? Quand les nazis ont exterminé les Juifs, est-ce que c’était bien ? Non. Mais comment le savoir si Dieu n’existe pas ? On revient à la case départ.

#3 – Si l’athéisme est vrai, les droits de l’homme n’existent pas

Ceci n’est qu’une conséquence de l’argument #2. Si Dieu n’existe pas et que les hommes ne sont rien d’autre que des animaux évolués, ils n’ont rien de différent des autres animaux. Les animaux les plus forts ne violent aucun droit des plus faibles en les mangeant, c’est « juste comme ça ».

#4 – Si l’athéisme est vrai, la beauté est une illusion

« Si nous sommes le produit de forces naturelles accidentelles, ce que nous appelons « beauté » n’est rien qu’une réaction neurologique inscrite dans nos gênes qui se manifeste face à ces données particulières. Vous trouvez que ce paysage est beau uniquement parce que vous avez des ancêtres qui savaient que vous trouveriez de la nourriture à cet endroit. Ils ont survécu grâce à cette caractéristique neurologique et c’est votre tout à présent.

De la même manière, l’importance que semble avoir la musique n’est qu’une illusion. L’amour doit, lui aussi, être vu sous cet éclairage.

Si nous sommes le résultat de forces naturelles aveugles, ce que nous appelons « amour » n’est qu’une réaction biochimique héritée de nos ancêtres qui ont survécu grâce à cette caractéristique. » -Timothy Keller, La raison est pour Dieu, p.162.

Pour que ça parle un peu plus à certains, cela signifie aussi que l’athée n’a aucun fondement solide pour vraiment aimer la qualité visuelle des films, des animes, des mangas, des jeux vidéo ou juste d’un bon kebab…

 #5 – Si l’athéisme est vrai, impossible de faire de la science

Les sciences expérimentales (physique, chimie, biologie et médecine) présupposent qu’un événement se produit toujours de la même façon que dans le passé. Ex : L’eau bouillira demain dans des conditions identiques à celles d’aujourd’hui et la loi de la gravitation découverte par Newton. Sans cette hypothèse, impossible de généraliser à l’ensemble de cas à partir de cas observés ou de nous appuyer sur nos souvenirs. En particulier, impossible de faire de la science. C’est pour ça que tout le monde suppose ce principe de « régularité de la nature ».

Supposons que l’athée a raison. Dieu n’existe pas et il n’y a que le hasard. Mais sans Dieu pour « stabiliser » ces lois scientifiques, qui nous dit quelles ne changeront pas demain ? Si l’athéisme est vrai, il n’y a aucune raison pour les lois de rester toujours les mêmes. La régularité des lois n’est donc qu’une illusion.

La seule chose qu’on peut voir, c’est des événements qui se succèdent. On ne voit pas les connexions entre eux. Les mots « cause » et « effet » ne sont que des étiquettes qu’on colle aux événements sans bonne raison.

Si sa vision des choses est vraie, l’athée ne peut même pas être sûr que le soleil se couche tous les soirs et se lèvera tous les matins.

#6 – Si l’athéisme est vrai, impossible de croire à la logique

Les lois logiques (ex : principe d’identité, principe de non-contradiction, principe du tiers-exclu) sont des principes vrais partout (dans tous les pays) et tout le temps (à chaque époque de l’humanité). De plus, elles sont immatérielles, c’est-à-dire qu’ont ne peut pas les toucher comme on caresse un chien ou un chat : elles ne sont pas composées de matière. Ces lois sont le fondement nécessaire pour que nos phrases aient un sens et pour argumenter rationnellement.

Or comme l’athée croit qu’il n’y a que la matière, il ne peut pas croire que ces lois existent car elles sont immatérielles. Par conséquent, si l’athéisme est vrai, personne n’a le droit d’utiliser les lois de la logique. L’athée ne peut donc pas justifier l’existence des lois de la logique qu’il utilise pourtant pour attaquer le christianisme. En gros, l’athée vole en douce (inconsciemment) un élément qui appartient au christianisme (ici les lois de la logique) pour ensuite l’attaquer. C’est comme si j’agressais mon ami Maxime avec le parapluie que je lui ai volé (n’ayant aucune arme !) .

#7 – Si l’athéisme est vrai, on ne peut rien savoir du tout

Cet argument passionnant est mon préféré. Il a été formulé pour la première fois par C. S. Lewis (l’auteur de Narnia) et a été énormément développé par Alvin Plantinga, le philosophe chrétien le plus influent de notre époque.

« Plantinga affirme que si Dieu n’existe pas, et que l’évolution est vraie, alors nos facultés cognitives sont le résultat de mutations génétiques aléatoires et de la sélection naturelle, dans le but non pas de découvrir la vérité, mais de survivre et de se reproduire. Si c’est le cas, Plantinga affirme alors que nos facultés cognitives ne sont pas fiables pour accéder à la vérité, puisque ce n’est pas leur fonction. Mais alors si on ne peut pas faire confiance à nos facultés cognitives, on ne peut pas faire confiance à toutes les croyances qu’elles nous procurent: cela inclut le naturalisme et l’évolution. Un argument fascinant. » – Guillaume Bignon, Alvin Plantinga : par où commencer ?

  1. Sciences de la vie et de la terre
  2. La dernière année de secondaire (lycée) en France
Laurent
Auteur : Laurent

20ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →