L’alcool ne peut pas nous satisfaire, mais l’Évangile le peut

C’est tentant de croire qu’être bourré en soirée peut nous apporter le bonheur éternel que nous cherchons. Mais ce n’est pas vrai.

L’auteur de l’Ecclésiaste, probablement le roi Salomon, en a fait l’expérience. Dans Ecclésiaste 2.1-11 on voit qu’il a fait une sorte de plan. Un plan pour essayer de voir quel est le but de la vie sur terre, ce qui est le plus important, ce dans quoi on doit s’investir à fond.

La course de Salomon « à la recherche du bonheur  »

Il va donc se lancer dans une course « à la recherche du bonheur ». Il dit à ce sujet : « Je n’ai rien refusé à mes yeux de tout ce qu’ils réclamaient, je n’ai privé mon cœur d’aucune joie. » (Ecclésiaste 2.10). En gros, tous les désirs qu’il avait, il se donnait les moyens de les réaliser (il le pouvait parce qu’il était roi, il avait le pouvoir et la richesse !). Cela l’a amené à avoir un nombre impressionnant de vignes (et donc de profiter du vin), de palaces, de femmes, de troupeaux de bœufs et de brebis (ça nous fait pas rêver maintenant mais à l’époque ça avait de la valeur !). Bref, il avait tout. Il ne lui manquait rien d’un point de vue humain. Il était au top de la richesse, de la gloire, du plaisir.

Et pourtant, il conclut son expérience avec ces paroles :

« Puis j’ai réfléchi à tout ce que mes mains avaient entrepris, à la peine que j’avais eue pour le faire, et j’ai constaté que tout n’est que fumée et revient à poursuivre le vent. » – Ecclésiaste 2.11

Il a réfléchi, et il a réalisé que toutes ces choses n’avaient aucune valeur. Il a pris un peu de recul, et il a réalisé qu’il était en train d’investir sa vie dans quelque chose qui n’allait pas durer. Tout allait partir en fumée.

Salomon s’est fait avoir par le mythe du plaisir immédiat. Ces choses n’ont pas pu le satisfaire. L’alcool n’a pas pu le satisfaire.

L’expérience de Salomon est frappante, parce qu’on apprend qu’être bourré en soirée c’est tellement éphémère. Ne crois pas que c’est ça qui va te rendre heureux. Vivre dans le plaisir de l’alcool est simplement un moyen de ne pas regarder la réalité en face. C’est un moyen de « maquiller » la vérité.

La réalité de notre cœur et la solution de l’Évangile

La réalité est que nous sommes tous pécheurs, coupables et condamnés. Pécheurs parce que nous n’avons pas vécu comme il le fallait – en faisant toujours le bien et jamais ce qui est mal. Coupables parce que nous avons offensé Dieu qui est Saint – c’est-à-dire entièrement parfait. Et condamnés parce que Dieu est juste et qu’il ne peut pas laisser le mal impuni. Voilà notre plus grand problème : notre cœur qui est mauvais. Et l’alcool ne fait rien pour régler ce problème. On reste toujours aussi insatisfaits et perdus après avoir bu « le verre de trop ». L’alcool ne change pas l’état de notre cœur et notre situation devant Dieu.

Ce dont Salomon avait besoin pour être pleinement satisfait, et ce dont nous avons besoin aussi, c’est d’un cœur changé. Nous avons besoin de pardon. Nous avons besoin d’un Sauveur.

La réponse à ce besoin se trouve dans la Bible, dans l’Évangile. C’est la bonne nouvelle de Jésus – Dieu fait homme – qui vient vivre une vie parfaite et mourir à notre place pour nous réconcilier avec Dieu. C’est la mort de Jésus sur la croix et son sang qui a coulé qui peuvent nous rendre justes devant Dieu. Le salut, qu’on trouve en plaçant notre confiance en Jésus, règle notre besoin le plus grand. Et nous pouvons alors trouver la paix de notre âme. On peut trouver la joie que Salomon cherchait. On peut être réconciliés avec Dieu, en paix avec lui. On peut vivre une nouvelle jeunesse.

On peut tout avoir et manquer de l’essentiel

On peut tout avoir, comme Salomon, et manquer de l’essentiel. L’essentiel, c’est Jésus. C’est la seule chose qui ne « part pas en fumée » (pour reprendre l’expression de Salomon).

Alors ce dont tu as besoin, c’est pas d’une nouvelle cuite. Mais c’est de te détourner de tes fautes pour te tourner vers Jésus, afin de trouver en lui un pardon généreux, un cœur changé, une vie nouvelle.

Jésus peut-être ton Sauveur et régler ton plus grand problème. Est-ce que tu crois en lui ?

Benjamin E
Auteur : Benjamin E

22 ans, parisien vivant à Bruxelles, étudiant à l'Institut Biblique Belge. Amateur de bons livres, apprenti blogueur et Webdesigner freelance. Mais surtout : passionné par l'Évangile, sauvé par grâce, disciple de Jésus.

Voir tous ses articles →