Si on te demande si tu es sauvé(e), qu’est-ce que tu réponds ?

Récemment, lors d’une soirée de partage entre chrétiens, j’ai posé la question : « Si Jésus revient maintenant ou que vous mourez dans la seconde qui suit, êtes-vous sauvés ? » J’étais effaré d’entendre que la totalité des réponses étaient : « non ». Ce qui m’a le plus effrayé, c’est que j’ai réitéré l’expérience plusieurs fois avec différents groupes, et dans la grande majorité des cas les réponses demeuraient négatives.

Connaître sans croire

Je pense que l’un des fléaux de la foi chrétienne telle que nous la vivons dans notre société occidentale aujourd’hui, c’est la connaissance sans la foi. Nous connaissons des choses sur Dieu mais nous ne connaissons pas réellement Dieu. Nous disons croire que la Bible est la vérité mais nous ne vivons pas comme si ce qu’elle révèle était vraiment la vérité. Lorsque la Bible nous dit: « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. » (Éphésiens 2.8), nous disons « AMEN » et nous prêchons aux autres l’assurance du salut s’ils mettent leur foi en Christ. Mais lorsqu’on nous demande si nous sommes sauvés, nous n’avons pas cette assurance. Nous disons aux autres de croire des choses auxquelles nous-mêmes ne croyons pas vraiment finalement…

Connaître sans comprendre

L’autre fléau dans l’Église, c’est que nous ne croyons pas vraiment parce que nous ne comprenons pas vraiment. Nous ne comprenons pas vraiment la vérité de l’Évangile.

« Par grâce » signifie que nous ne sommes ni méritants, ni dignes d’être sauvés, mais que dans son amour, Dieu l’a décidé tout de même. Donc, enlevez de vos pensées les « je suis trop indigne », car nous le sommes tous. Mais dans sa grâce, Dieu a tout de même décidé de nous aimer.

« Par la foi » signifie que nous ne sommes pas appelés à réaliser une quantité d’œuvres suffisantes pour être sauvés comme c’est le cas dans la conception séculière ou d’autres religions. Mais que croire en Jésus-Christ, Fils de Dieu mort pour nos péchés et ressuscité, suffit. Et si notre foi est réelle, alors elle produira du fruit : l’obéissance.

« C’est un don de Dieu » signifie que si nous disons croire en l’Évangile, c’est que Dieu a décidé de faire naître la foi en nous. Dieu crée en nous le bon vouloir et le faire (Philippiens 2.13) et achèvera l’œuvre qu’il a commencée afin de la rendre parfaite (Philippiens 1.6). Dieu nous a prédestinés, appelés, justifiés, et glorifiés (Romains 8.30). Cela ne vient pas de nous mais de Dieu.

Frères et sœurs, peut-être doutez-vous de votre salut pour maintes raisons. Soyez rassurés, car la parole de Dieu nous déclare justes devant Dieu grâce au sacrifice de son Fils Jésus-Christ, mort pour nos péchés d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Malgré nos chutes incessantes, si notre foi est réelle et porte du fruit jour après jour, il n’y a aucune raison d’avoir peur. Jésus a été le substitut parfait, ni nos chutes ni nos doutes ne suffisent à nous séparer de l’amour de Dieu. Dans ce sens, vous pouvez lire Romains 8.35-39.

À ceux qui se disent disciples de Christ mais qui n’ont pas l’assurance du salut, je prie que Dieu vous aide à revenir à la base de l’Évangile. Qu’il vous donne la foi et la bonne compréhension de la Bonne Nouvelle. Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ (Romains 5.1).

Auteur : Anthony R.

Âgé de 24 ans et résidant en Île-de-France, Anthony est un jeune chrétien récemment diplômé de l'ESC Montpellier. Il est actuellement entrepreneur et amateur de théologie.