Analyse théologique du chant « Sola Gratia » d’Impact (Ta grâce seule)

J’ai eu la joie de découvrir ce chant lors du congrès Pâques 2017 « Wake up » à l’Institut Biblique de Genève (ainsi que plein d’autres !). Sola Gratia (« Ta grâce seule »), c’est une musique de l’album du groupe d’Impact, composée par Sébastien Corn et David Morin. C’est parti pour une autre analyse théologique !

Couplet 1

Amour parfait, tu t’es donné
À la croix pour tout effacer
De mes péchés tu t’es chargé
Sur le bois

La chanson commence par parler de l’amour de Dieu envers ceux qu’il a sauvés à la croix (la suite du chant nous le confirme). En quoi a consisté cet amour ? La suite du couplet le dit très clairement : Jésus a donné sa vie en étant condamné à notre place à la croix (1 Jean 4.10). Cette croix n’était pas juste une injustice que Jésus aurait subie comme plein d’autres pauvres types. Il y avait les coups de fouet et les clous, mais pas seulement. C’est là qu’il a porté nos péchés et qu’il a reçu la punition que nous méritions, c’est-à-dire la mort éternelle. Alors que lui était innocent. C’est comme ça que Jésus a effacé « l’acte rédigé contre nous qui nous condamnait par ses prescriptions », en gros notre accusation (Colossiens 2.14). Pour finir, c’est bien sur le bois qu’il a été pendu (Galates 3.13).

Pré-refrain

C’est par ta grâce, Ta grâce seule  x2
Que je suis pardonné
Oh, merci pour la croix, ton amour pour moi
Oh, ta grâce ne faillit pas.

Le refrain explique comment nous, qui sommes coupables devant Dieu, pouvons être pardonnés : seulement par la grâce Dieu, c’est-à-dire gratuitement (Éphésiens  2.8). Je pense que ce refrain est un résumé de l’album. De plus, il montre probablement que ce chant est le plus important de l’album. Sola gratia veut dire (sous-entendu justifié) « par la grâce seule » (ce que dit le refrain). Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est un des 5 principes du salut (aussi appelés les 5 solas) formulés par les premiers Protestants. Ce principe sera expliqué dans le couplet 2.
S’enchaîne ensuite une parole de reconnaissance envers Dieu, et une affirmation de la pleine efficacité de la grâce (la doctrine de la grâce irrésistible, un des cinq points du calvinisme). Quand Dieu veut nous sauver, il ne rate jamais son coup. Même notre endurcissement (notre entêtement, notre refus) ne peut l’arrêter. « Dieu est plus fort que l’homme et brise sa résistance. Il agit de manière à ce que l’homme veuille croire. » (Pascal Denault)

Couplet 2

Rien ne pourrait me justifier
Ton pardon est immérité
Tous mes efforts ne suffiraient
À me sauver

On retrouve le mot « justifié » qui est très associé à Sola Gratia : l’Homme est justifié par la grâce seule, c’est-à-dire déclaré innocent ou juste gratuitement par Dieu. Les 2 autres phrases du couplet 2 définissent davantage Sola Gratia : personne ne peut être justifié en faisant des bonnes actions. L’homme aura beau se fatiguer à mériter le salut mais ça sera toujours inutile et vain. Même si nous étions capable de faire ce qui est bien aux yeux de Dieu, nous serions quand même rejetés. Car il ne faut pas juste faire du bien pour être sauvé, mais ne faire que le bien dans toute notre vie. Bien sûr, ça, personne ne l’a jamais fait. Voilà pourquoi nous avons tant besoin d’un pardon immérité qui dépend de la grâce de Dieu à 100 % et des œuvres à 0 %.

Pont

Ta grâce justifie
Ta grâce m’affranchit
Ta grâce purifie
Ta grâce m’offre la vie
Ta grâce m’as sauvé
Ta grâce a pardonné
Ta grâce m’a comblé
Ta grâce m’a libéré

C’est ma partie préférée. On y retrouve la description de plusieurs aspects de notre salut avec différents mots. La grâce ici désigne le Dieu qui fait grâce par une synecdoque, qui est une figure de style. On y retrouve :

  • La justification : Dieu nous déclare juste (alors que nous sommes en réalité coupables) par sa grâce (Romains 3.24).
  • La délivrance (ou liberté, ou salut) : Dieu nous sauve (ou libère) par sa grâce de nos péchés (le mal en nous, notre nature corrompue), de notre condamnation (la mort éternelle), de notre culpabilité, de Satan et des forces maléfiques qui l’accompagnent (Romains 6.18, Hébreux 2.14-15).
  • La purification (de nos fautes considérées comme des crasses) ou sanctification  : Dieu nous lave de nos péchés et nous consacre à son service par sa grâce (1 Jean 1.9).
  • La régénération ou résurrection : Dieu nous donne la vie éternelle (avant notre mort la vie à notre âme, puis après notre mort ou au retour de Jésus la vie à notre corps mortel) par sa grâce (Tite 3.5, Romains 8.11).
  • Le pardon : Dieu nous pardonne par sa grâce nos erreurs que nous avons commises contre lui (Matthieu 18.21-35).

Quel beau paquet de grâces dont Dieu nous comble et nous comblera encore ! A lui seul soit la gloire !

Digiqole ad
Laurent

Laurent

22ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

7 Commentaires

    Avatar
  • Merci pour cette des description. J’ai connu ce groupe grâce à un autre article sur les chansons du moment de ceux qui écrivent les articles. Je dormirai moins bête ce soir. Je trouve cela formidable l’amour de Dieu. Je ne suis peut être pas d’accord avec toi sur un point. Pourquoi serait on rejeté même si on fait du bien. Je penses que dieu veut qu’on fasse du bien quand il dit d’aimer son prochain, de s’en occuper comme si c’était nos frères et soeurs. Je comprends que tu as dit qu’il faut faire le bien toute notre vie. Par justifié tu veux dire ‘ expliquer, mais être à valable pour quelque chose?

      Laurent Dv
    • Bonjour Sodji. Merci d’avoir lu et commenté cet article. Je n’ai pas compris ta dernière phrase « Par justifié tu veux dire ‘ expliquer, mais être à valable pour quelque chose? ». Pour que je puisse te répondre , peux-tu la reformuler s’il te plaît ?

        Avatar
      • Je me demandais ce que signifiais justifié dans ce contexte. Pour moi je pensais que c’étais donner des arguments ou expliquait ce que l’on fait. Ça doit être sûrement le sens figuré pas le sens en propre ( qui consiste à dire pourquoi on fait telle action comme faire du bien ou autre)

          Laurent Dv
        • Justifié dans ce contexte signifie « déclaré innocent ou juste par Dieu ». C’est l’opposé du mot « condamné ». Il faut voir la situation comme dans un tribunal où les hommes sont soit condamnés (déclarés coupables), soit justifiés (déclarés innocents ou justes).
          Pour des exemples de ce type d’utilisation de « justifié » tu peux lire :
          – Ezéchiel 16.51-52
          – Matthieu 12.37
          – Romains 3.20, 3.28, chapitre 4
          – Galates 2

          Après, ça c’est la compréhension protestante qui a été surtout défendue et réaffirmée par les premiers Protestants quand ils luttaient contre la mauvaise compréhension de la justification des Catholiques. C’est pour ça que tu trouveras d’autres définitions dans les livres ou sites catholiques, ou même chez certains Protestants qui se sont écartés de ce que les premiers croyaient. La définition de la justification par les Protestants me semble être la seule qui est fidèle à la Bible.

          Sinon tu as raison justifier peut avoir cet autre sens mais ce n’est pas celui qu’on lui donne quand on l’utilise dans une discussion du péché et du salut (ici dans mon article sur la grâce de Dieu liée au salut des pécheurs qui méritent normalement condamnés par Dieu).

          Enfin pour réagir à ton premier commentaire, je pense (avec la Bible) que les « bonnes actions » ne peuvent annuler les « mauvaises actions » : c’est ce qu’on voit dans la vie quotidienne. Si je te vole ton ordinateur ou ton portable, le Juge va me punir, et sans prendre en compte les bonnes actions que j’ai faites. Le mal doit être puni, c’est tout. Après honnêtement, je crois qu’avant d’être chrétien, personne ne peut faire du bien, aux yeux de Dieu (mais aux yeux des hommes oui, on peut dire d’un non-chrétien, « c’est un bon gars lui, il est très sympa »). Car le non-chrétien comme il ne croit pas en Dieu, ne va pas chercher à glorifier Dieu dans ses actions. Pour qu’une action soit bonne aux yeux de Dieu, il faut qu’elle soit faite pour lui. Le bien n’est pas quelque chose qui est indépendant à Dieu, une règle séparée ou au-dessus de lui. Le bien est basé sur la volonté et sur Dieu lui-même.

          Donc Dieu ne rejette pas celui qui fait le bien mais ceux qui ne le font pas (c’est-à-dire tous ceux qui ne croient pas en lui et qui sont donc incapable de faire le bien). Mais la grâce de Dieu s’applique aussi aux chrétiens, c’est par pure grâce qu’il accepte nos « bonnes actions » car elle ne sont pas parfaites et même la meilleure d’entre elles est impure. Dieu les accepte parce que nous sommes unis à Jésus qui partage avec nous son obéissance et ses bonnes actions qui plaisent à Dieu.

  • Avatar
  • D’accord je te remercie pour toutes ces références et explications tout simplement.

      Laurent Dv
    • Avec plaisir !

  • Avatar
  • Bonsoir Laurent,

    Je viens de lire avec beaucoup d’intérêt cet article concernant la chanson sola gratia d’Impact.
    Avoir à 19 ans une telle compréhension du salut et en particulier de la puissance de la grâce et de ses effets est tout simplement remarquable. Sur le plan pratique, il faudra quand même bien toute une vie pour l’expérimenter !
    Je te suggère de t’inscrire d’urgence dans un institut (en particulier l’IBG :)) car ta place est dans un ministère à temps plein.
    Michaël

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *