Mieux que la Reine des neiges : la Bible, le conte des 3 Fils de Dieu

20 Jan 2017 2 commentaires

Après Les Trois Petits Cochons, Le Petit Chaperon Rouge, Le Chat botté, La Belle au bois dormant et la Reine des Neiges, je te propose aujourd’hui un autre conte, bien meilleur : celui des trois Fils de Dieu. Mais contrairement aux autres contes que tu connais, celui-ci est vrai. Ce n’est pas une histoire pour endormir les enfants, mais une Histoire qui transforme des vies !

1. Il était une fois Adam, le premier Fils de Dieu…

Évidemment dans un sens précis, Jésus seul est Fils de Dieu. Il est la 2e personne de la Trinité, égale au Père et au Saint-Esprit. Il possède tous les attributs divins : il est Dieu. Mais Adam est Fils de Dieu dans un sens que l’on retrouve plus souvent dans la Bible. Quel est le sens de cette expression « Fils de Dieu » ? Dans la Bible, être Fils de Dieu, c’est régner comme un roi en tant que représentant de Dieu grâce à l’autorité donnée par Dieu lui-même.

Adam dans le jardin d’Éden
Après avoir été créé par Dieu (Genèse 1.26-27 ; 2.7), il a été placé dans le jardin d’Éden (Genèse 2.15). Il a reçu la domination sur toute la Création (Genèse 1.28). Avec celle-ci, il devait « cultiver et garder le jardin d’Éden » (Genèse 2.15). Or, on retrouve ailleurs dans l’Ancien Testament les deux verbes en hébreu correspondant à « cultiver et garder » : ils désignent la mission des prêtres dans le temple ou le tabernacle (Nombres 3.7-8 ; 1 Chroniques 23.32 ; Ézéchiel 44.14). Adam était donc le premier « Roi-Prêtre » qui devait étendre son Royaume (Éden) à toute la Terre (Genèse 1.28) en la remplissant par sa descendance et qui devait protéger le lieu saint qu’était Éden de toute profanation.

Mais en plus, il ne devait pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. S’il avait obéi à tous ces commandements, il aurait reçu un corps meilleur que celui qu’il avait. Il aurait obtenu un corps immortel, glorieux, plein de force et habité par l’Esprit de Dieu (1 Corinthiens 15.42-49). Après cette phase de test, il serait entré dans le repos de Dieu, et il n’aurait plus aucune possibilité pour lui de pécher et donc de mourir. Au contraire, en cas de désobéissance, il mourrait.

Adam, notre représentant
Il faut également savoir qu’Adam représentait l’humanité (Romains 5.12-17 ; 1 Corinthiens 15.21) : le sort des tous les hommes dépendait d’Adam. S’il était béni, tous seraient bénis avec lui mais s’il mourrait, tous mourraient avec lui. En effet, Adam était engagé dans une alliance avec Dieu souvent appelée l’alliance des œuvres parce qu’il recevrait la récompense de Dieu seulement en les méritant par son obéissance (pas gratuitement). Ainsi, l’on peut dire qu’Adam était le premier Fils de Dieu (un modèle repris plus tard dans la Bible). Pas parce qu’il existait avant Jésus, mais parce qu’il est le premier personnage de la Bible qui est nommé « Fils de Dieu » (Luc 3.38).

Alors, est-ce que, comme dans tous les autres contes « tout est bien qui finit bien » ? Malheureusement non. Ou du moins, pas encore. Au lieu d’écraser et de chasser le serpent impur (Satan) qui avait pénétré le sanctuaire d’Éden, Adam s’est laissé séduire et a mangé de l’arbre interdit (Genèse 3.6). L’alliance était brisée par le péché du premier homme. Et cette faute a entraîné la mort d’Adam et Eve, ainsi que celle de toute l’Humanité et de toute la Création (Romains 5.12 ; 8.19-22). Au final, Adam (et avec lui toute l’Humanité) se retrouve chassé et en exil loin d’Éden (Genèse 3.23-24), de Dieu et de la gloire qui leur était promise au départ. Est-ce la fin de l’Histoire ?

2. Il était une fois Israël, le Fils de Dieu « typologique »…

Après un récit très bref des premiers moments de l’Histoire suivra celui d’Israël, récit qui s’étend sur plus de la moitié de la Bible… L’Ancien Testament suit le parcours du second Fils de Dieu : Israël. Israël en tant que nation (en tant qu’ensemble) était le Fils de Dieu « typologique »1(Exode 4.22-23). Il sert de point de transition.

Israël, presque comme Adam
Quand on regarde le chemin d’Israël, on ne peut s’empêcher de regarder à la fois en arrière et en avant. En arrière car il ressemble beaucoup à Adam. Ce peuple a été créée par Dieu (Ésaïe 43.15), était engagé dans une alliance avec Dieu où il devait obéir pour être récompensé (Exode 24.8), a reçu son propre « jardin d’Éden » (Joël 2.3) : un pays plein de richesses (Psaumes 136.20-21), devait lui obéir s’il voulait rester dans la pays et être béni mais a fini par pécher contre Dieu (Psaumes 78.10-11). Finalement, il est parti en exil en Assyrie et en Babylone, loin de sa terre prospère, du temple et de la présence de Dieu (2 Rois 17.6 ; 25.21). Et en avant parce qu’il pointe vers Jésus, et que Jésus seul réussit là où Israël a échoué, et est le vrai Israël (Matthieu 2.15).

C’est dans ce sens là qu’Israël est le Fils de Dieu « typologique » : il pointe vers Jésus-Christ et l’annonce d’avance (le « typifie », si on peut dire), lui qui est le Fils de Dieu ultime.

Refaisons un bilan : Israël se retrouve dans la même situation qu’Adam, il est loin de Dieu et se trouve dans une situation désespérée. Malgré cela Israël n’aura pas servi à rien. En effet son histoire montre l’échec de l’Homme à obéir à Dieu après la Chute et sert de modèle pour l’histoire de Jésus qui ne sera en fait qu’une répétition positive et réussie de l’histoire ratée d’Israël. Quelle est la suite de l’Histoire ?

3. Il était une fois Jésus-Christ, le Fils de Dieu ultime…

Bonne nouvelle. Après l’échec des 2 premiers Fils de Dieu, Adam et Israël, Dieu fait venir sur terre son Fils, le Héros de notre conte.

Il va réussir à lui obéir parfaitement, non seulement pour annuler la malédiction qui est tombée sur l’Humanité à cause d’Adam, mais aussi pour gagner pour l’Église la gloire promise à Adam, mais perdue de vue depuis longtemps. Ce Fils de Dieu est l’Ultime, le Meilleur et le Véritable. Comme Israël, il fait écho à Adam.

Jésus réussit là où Adam et Israël ont échoué
Pour prouver cela, nous allons nous servir d’un passage que tout le monde saute, la généalogie de Luc 3.23-38. Celui-ci affirme qu’Adam est Fils de Dieu (Luc 3.38), juste après le baptême de Jésus où comme Adam il reçoit l’Esprit (Luc 3.21 ; Genèse 2.7) et est appelé Fils de Dieu (« Tu es mon Fils bien-aimé », lui dit Dieu le Père dans Luc 3.22). Encore plus fort, après la généalogie, Jésus est tenté par Satan (Luc 4.1-13) comme Adam l’a été. Beaucoup de coïncidences n’est-ce pas ?! Est-ce que Luc a fait cela par hasard ? Non. Il nous montre que c’est en tant que Fils de Dieu (comme Adam) que Christ est tenté par Satan dans le désert, un lieu terrible et sans vie qui reflète l’état du monde après le péché et l’entrée de la mort à cause d’Adam. Et comme si cela ne suffisait pas, Jésus y subit 3 tentations identiques à celles d’Israël ! C’est donc aussi en tant que vrai Israël que Jésus est tenté.

Enfin, nous sommes nombreux à savoir que Jésus va tenir ferme face aux tentations (contrairement à Israël) et va faire subir à Satan une défaite cuisante et le chasser (contrairement à Adam). Il est le Fils de Dieu dont le règne est éternel et s’étend sur toutes choses, et qui a donné la mission aux chrétiens, d’étendre le Royaume de Dieu jusqu’aux extrémités de la terre (Matthieu 28.18-20). C’est celui qui avec son épouse l’Église, accomplit parfaitement la mission qui avait été donnée à Adam et son épouse, Eve.

En quoi tout cela me concerne ?

En quoi cet exploit de Jésus nous concerne ? Est-ce qu’il nous donne des astuces pour résister à la tentation aussi efficacement que Jésus ? Non, mais il montre que Jésus a été tenté à notre place, a résisté à Satan à notre place, l’a vaincu à notre place et a obéi à notre place. C’est grâce à cela, que nous pouvons avoir l’assurance que nous serons sauvés peu importe le nombre de fois où nous chutons dans le péché. C’est aussi lui qui nous donne la chance de pouvoir enfin remplir notre mission (celle d’Adam) : étendre le règne de Dieu sur toute la terre en y propageant l’Évangile, le salut et la nouvelle création. Loué soit-il ! Comme Eve n’était pas seule, Christ ne nous laisse pas seul dans notre mission : il est avec nous jusqu’à la fin des temps !

C’est ce même Fils de Dieu qui a écrasé définitivement la tête du serpent à la croix, qui est y mort à notre place et qui est ressuscité trois jours après pour notre justification. C’est de lui que viennent la résurrection, le corps glorieux que nous recevrons et notre accès au nouveau ciel et à la nouvelle terre. Accès à un univers complètement et définitivement purifié du péché, sans mort, sans tristesse qui sera un temple glorieux pour le Dieu Tout-Puissant avec lequel sa Bien-Aimée, l’Église, sera en communion pour l’éternité.

Cette Histoire est extraordinaire, n’est-ce pas ? Et mieux que la Reine des neiges… elle est vraie !

PS : J’aimerais exprimer mes remerciements à Lane Tipton et reconnaître que je me suis très largement inspiré de son article (« Le Fils de Dieu tenté à notre place ») et d’une conférence qu’il a donnée (« L’histoire alliancielle et le conte des 3 Fils »)

  1. Un type est un élément passé qui pointe vers une réalité future. Souvent dans la Bible, c’est un personnage de l’Ancien Testament qui pointe vers Christ, qui annonce Christ.
Laurent
Auteur : Laurent

20ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →