A la découverte de Netanel Morhan, entre art et vie éternelle

Il y a environ deux mois, j’ai eu l’opportunité de rencontrer Netanel Morhan, un jeune peintre israélien, lors d’une de ses expositions à Paris. Inspirées de ses rêves, ces œuvres invitent le spectateur à s’interroger sur des questions existentielles.

Deux de ses peintures m’ont particulièrement interpellées.

Aquarium II

20150426171212-111_netanel__aquarium_ii_oil_on_canvas_2015

La première s’intitule « Aquarium II ». On y découvre une jeune fille couchée dans un aquarium. L’univers qui l’entoure est bien mystérieux. Quelques algues, des poissons, des rochers mais aussi une sorte… d’usine ? Elle paraît prisonnière de ce monde auquel son corps semble se greffer petit à petit. En tant qu’être humain, il lui est impossible de survivre sous l’eau, à moins de devenir l’une de ces créatures sous marine. Pourtant, un espoir apparaît ! Un homme, vivant à la surface décide de plonger pour lui donner de l’air à travers un ballon. La couleur rose de ce dernier le rend semblable à un organe, illustrant ainsi son aspect vital.

Cette peinture est parlante. L’aquarium pourrait représenter le monde. Ainsi, l’usine désignerait à la fois le progrès illusoire de la société et son atmosphère polluée par le péché. Comme cette jeune fille, nous pouvons avoir l’impression que le seul moyen de survivre, est de nous conformer aux règles de cet univers. Tenter de s’échapper reviendrait à se noyer.

Néanmoins, l’espoir demeure. Elle n’a peut-être pas la capacité de s’en sortir mais, un homme vient la secourir. C’est une parfaite illustration de ce qu’a fait Jésus. Comme cet homme plongeant dans l’eau sale, Christ est descendu sur la Terre pour que nous ayons la vie. Encore aujourd’hui, il nous donne de son oxygène à travers sa Parole.

Office

20150818223053-112__office_by_netanel_2015_oil_on_canvas

Le titre de la seconde peinture est « Office », ce qui signifie « bureau » en anglais. Netanel y dépeint une salle de réunion, visiblement au sommet d’un gratte-ciel. Le décor a l’air contradictoire. Derrière l’image d’un simple bureau, y figure la vision de deux ciels se faisant face. Tout se passe comme si un monde alternatif se reflétait sur la table de réunion. Au centre de celle-ci se trouve une sorte de toupie. A gauche, un vieil homme flotte à côté d’une benne à ordures.

A première vue, cette peinture n’est pas très éloquente ! C’est normal puisqu’elle est inspirée d’un livre de la Bible bien souvent incompris : l’Apocalypse. La salle de conférence peut alors représenter les « grands de ce monde ». Ceux qui ont du pouvoir. Le vieil homme, lui, ressemble à un fantôme, puisque ses pieds ne touchent pas le sol. Il symboliserait aussi les pauvres, les méprisés. En réunissant tous ces éléments en un même lieu, Netanel rappelle qu’un jour il n’y aura plus d’injustice et que tous seront jugés. La toupie est donc l’illustration de cet équilibre à venir. Face à la mort, nous sommes tous égaux.

Mon but n’est pas de t’effrayer mais de te pousser à la réflexion. La vie éternelle est une réalité. Nous sommes jeunes et vivons dans un monde de tentations. Il est difficile de garder les yeux fixés sur ce qui vaut vraiment le coup. À nous qui sommes en Christ, Dieu déclare que nous sommes des brebis au milieu des loups, vivant dans ce monde mais ne lui appartenant pas. Bien plus, il nous promet de toujours être avec nous. Sa Parole et son Esprit nous guident quotidiennement.

Pour lui plaire, Dieu veut que nous obéissions à ses commandements. L’un d’entre eux est d’apporter « l’oxygène » de l’Évangile à ceux qui sont tenus captifs dans les eaux ténébreuses de ce monde. Même si certains ont du pouvoir au yeux de la société, même s’ils rabaissent les autres pour se sentir fort… Rien ne sert à un homme de gagner le monde s’il perd son âme (Matthieu 16.26). Même si d’autres pensent que leurs bonnes œuvres les sauverons… Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Romains 3.23).

A nous, cher(e) rébellutionnaire, de laisser Dieu nous utiliser pour permettre à toutes les nations, d’entendre parler de Jésus, le seul chemin conduisant à la vie.

Certains accepterons, d’autres refuserons mais, nous aurons fait le travail.

Noémie G
Auteur : Noémie G

23 ans, disciple de Jésus, étudiante en droit, membre à Agape Campus Paris. Mais aussi : émerveillée par l'action de Dieu dans nos relations humaines !

Voir tous ses articles →