L’importance du regard des autres, ou comment je passe ma vie devant un miroir

Depuis que j’ai installé ce miroir dans ma vie, il ne se passe plus un mouvement sans que j’y vérifie mon reflet. Il trône, fièrement, devant toutes mes occupations, toutes mes discussions, toutes mes sorties. Je me regarde vivre, j’observe à travers lui toutes les images que je renvoie.

Quand je marche vers le parc, je prends soin de vérifier que mon allure rend bien. Si ce n’est pas le cas, je ralentie le pas, j’essaie d’imiter les mannequins jusqu’à ce que ça soit parfait.

Quand je poste une photo de moi, je vérifie toutes les 5 minutes les commentaires. Si il n’y pas de compliments rapidement,  je m’inquiète, déprime et décide de changer ma manière de m’habiller, quitte à dépenser encore beaucoup pour des chaussures qui me font mal aux pieds.

Avant ce miroir, je ne réfléchissais pas, je vivais simplement. Je criais, riais et pleurais sans faire attention à ce que je renvoyais. Ça me fait peur quand j’y repense. On a du tellement me juger, me critiquer…

Au moins, depuis que je contrôle mes moindre faits et gestes, je suis maître de tout et surtout maître de moi. Grâce à ce miroir, je me suis vu comme les autres me voyaient : j’ai découvert mes yeux trop rapprochés, mes lèvres pas assez gonflées et mes épaules trop garçonnes. J’étais cette fille et je ne le voulais pas.

Depuis, je me demande constamment ce que je renvoie. Je m’observe. Je me regarde à travers mon appareil photo, je me regarde à travers les commentaires qui y sont renvoyés.

Je ne vis plus, je me regarde vivre.

Pourtant, parfois, je me sens fatiguée, épuisée de toujours réfléchir à ce que mon miroir va renvoyer. J’aimerais m’accepter tout naturellement, juste simplement.

Mais ce n’est pas possible, la société me l’interdit. Ou plutôt le monde que je me suis créée me l’interdit.

Et la Bible dans tout ça ?

« Cessez de vous confier en l’homme, dans les narines duquel il n’y a qu’un souffle : car de quelle valeur est-il ? » – Ésaïe 2.22

Jésus a dit : « Je suis venu, afin que les brebis aient la vie et qu’elles l’aient en abondance.
Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. » – Jean 10.10-11

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. » – Romains 12.1

Et si finalement c’était Dieu que je prenais comme miroir et qui devenait la personne à qui je cherche à plaire par dessus tout ?

Eva

Tu devrais aussi aimer...

5 Commentaires

    Noemie G
  • Ah la la… Merci beaucoup Eva !! Ton article me parle.

    Que Dieu te bénisse, ma soeur ;)

  • Avatar
  • La vie est de forme sinusoïdale ce qui veux dire ya de haut et de bas mais si du moins nous pouvons nous respecter les uns comme des autres sans doute cela fera la joie de notre père céleste. Car souvenez-vous de la parole qui dit » Dieu est amour et il a donné sa vie pour ces amis »

  • Avatar
  • W.A.O.U.H!!!!!!
    Merci!

  • Avatar
  • Merci pour cet article très actuel! Il parle à beaucoup d’entre nous à l’heure où la société nous impose plus que jamais une culture de l’image de soi.
    Et je crois que ce que tu dis est aussi valable au niveau spirituel. Dieu nous dit dans l’épître aux Hébreux de courir « les yeux fixés sur Jésus », ce qui implique de détourner nos regards de notre propre petite personne. Si on regarde sans arrêt son nombril ou ses pieds pour courir, il y a des chances qu’on ait du mal à courir efficacement, c’est à dire à vivre cette « vie en abondance ». Car oui, on peut aussi « se regarder vivre » dans nos relations avec Dieu, toujours réfléchir à comment mieux le servir, se demander sans arrêt si on est bien spirituellement, se dire « ah, JE vais faire ceci ou cela parce que ça va plaire à Dieu », toutes sortes de pensées centrées sur soi-même. Et ça, à terme, ça nous rend de moins en moins sensibles à l’amour de Dieu, à sa grâce révélée en Jésus Christ, et on finit par servir le Seigneur à notre idée ou à l’idée des autres, au lieu de le faire à Son idée parce qu’on vit chaque seconde en connexion avec Jésus ressuscité…
    Faisons donc comme les Juives qui avaient donné leurs miroirs en bronze à l’Eternel (Exode 38.8) : nous n’avons pas besoin de nos miroirs spirituels…!
    Alors, let’s fix our eyes on Jesus!

  • Avatar
  • Amen!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *