Aspirer à être un « super chrétien »?

Parfois, tu ressens peut-être l’envie de te jeter à l’eau. Devenir un(e) chrétien(ne) qui se démarque. Tu souhaites au plus profond de ton cœur impacter ta génération.

Quand soudain, tu reviens à la réalité et tu constates les faits.

Tu paniques à l’idée de prier en public. Tu te vexes quand on te fait un compliment à cause d’un manque de confiance en toi. Tu doutes même de ton salut… Ou alors, tu es trop sûr(e) de toi. Pourtant, tu n’arrives pas à avancer parce que tu ne supportes pas d’être repris…

Dans les deux cas, tu aspires à : être un « super chrétien ». Pour atteindre ton objectif, tu vas alors te comparer aux autres. Regardons ce que cela peut impliquer.

Quand comparaison rime avec prison

#1 : Cela peut augmenter ton manque de confiance en toi

Tu souhaites faire comme ces chrétiens passionnés de Jésus. Ils sont toujours prêts à prier, chanter, exhorter, prendre position, évangéliser, renoncer à tout pour Christ… Ce sont des « supers chrétiens », quoi.

En les observant, tu les envies. Ils sont beaux, cools, humbles, encourageants etc. Bref, tout ce que tu n’es pas (d’après toi). Même s’ils sont pécheurs, tu as l’impression d’être le/la plus nul(le) du monde. Tes péchés te hantent et ta relation avec Dieu est vacillante (voire inexistante). Alors tu abandonnes l’idée d’agir et demeures dans ta zone de confort.

Tu te trouves trop faible.

Tu ne sais rien faire.

Tu n’agiras donc pas.

#2 : Cela peut augmenter ton orgueil

Le désir reste le même : faire comme les chrétiens zélés. Contrairement à l’autre cas de figure, tu as un trop plein de confiance en toi. Tu ne t’en rends pas nécessairement compte, mais le chrétien timide te rassure et t’irrite parfois. Toi au moins, tu agis.

En observant les « super chrétiens », tu les envies pour des raisons différentes. Ils ont un ministère, une influence manifeste sur les autres, ont ce qu’ils demandent à Dieu. Alors que toi, même si tu fais ce qu’il faut, Dieu ne se décide pas à t’accorder ce que tu veux.

Tu t’entêtes dans ton orgueil.

Dieu réalisera que tu avais raison.

Tu fais déjà ce qu’il faut.

En plus, tu as toujours trouvé injuste la parabole du fils prodigue, vis-à-vis du deuxième frère.

Les exemples précédents peuvent être nuancés. Néanmoins, ils dénoncent une triste réalité. Nous aspirons à être des « super chrétiens » pour nous plaire à nous-même. Nous sommes esclaves de nos aspirations égoïstes. Pourtant, tout bascule quand ces désirs sont tournés vers Christ.

Quand comparaison rime aussi avec libération

« Si tu n’es jamais triste, c’est à se demander si tu prends ton péché au sérieux. Si tu es toujours triste, c’est à se demander si tu prends la croix au sérieux. » Burk Parsons (lu sur http://toutpoursagloire.com/). Cette citation exprime l’importance de se remettre en question. En effet, lorsque Jésus est au centre de tes motivations, ta perspective et ton regard sur l’autre changent.

#1 : Ton admiration et ton amour pour Dieu évoluent

Aspirer à être un « super chrétien » te semble médiocre face à la perfection d’un Dieu si grand et humble.

Philippiens 2.5-8 nous dit : « Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. »

#2 : Les autres chrétiens t’édifient et te poussent à devenir meilleur

« Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez-vous ardemment les uns les autres, de tout votre cœur. » (1 Pierre 1.22). Il n’y a plus ni de compétition ni de dévalorisation. Tu ne te sens ni inférieur, ni supérieur. Tu pries autant pour le frère persécuté en Corée, que pour la sœur timide de ton GDJ (groupe de jeunes). L’un peut t’encourager par sa vie de sacrifice et l’autre par la façon dont Dieu va l’utiliser malgré ses peurs. Tu en es convaincu, Dieu agira puissamment dans chacune de vos vies !

#3 : Tu sors de ta zone de confort

Même si c’est difficile, tu veux, toi aussi, annoncer la Bonne nouvelle de Jésus. Ton manque de confiance en toi ne compte pas, puisque c’est sur Jésus que repose ta foi. Même si tu n’as pas réussi à parler de lui aujourd’hui, tu n’es pas découragé et tu persévères !

Sortir de sa zone de confort signifie aussi faire confiance à Dieu même lorsqu’il ne semble pas vouloir te répondre. Sa volonté est parfaite, humilie-toi et il t’aidera (Jacques 4.6).

#4 : Tu encourages à ne pas te voir comme « un super chrétien »

Finalement, tu comprends que les « super chrétiens » n’existent pas. Ce sont des chrétiens rachetés au même prix ; des hommes et des femmes qui laissent un Dieu extraordinaire agir dans leur vie.

Si certains te voient comme un « super chrétien », ne t’enfle pas d’orgueil. Au contraire, sois honoré qu’ils voient Christ à travers toi. Cherche à être authentique et honnête. Encourage-les ! Souviens-toi « que personne ne méprise ta jeunesse ; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté ».

Que pour chacun de nous, 1 Timothée 4.12 devienne notre façon de vivre.

Noémie G
Auteur : Noémie G

23 ans, disciple de Jésus, étudiante en droit, membre à Agape Campus Paris. Mais aussi : émerveillée par l'action de Dieu dans nos relations humaines !

Voir tous ses articles →