Une vie transformée #6 : Rebekah

On continue notre rubrique « Vie transformée » avec le témoignage de Rebekah, d’Angleterre, qui nous raconte comment elle a rencontré le Seigneur. Elle a fait l’effort d’écrire en français alors qu’elle est d’origine anglaise, merci à elle !

 « Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit faire tout homme. Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal. » – Ecclésiaste 12.13-14

J’ai passé toute ma vie, jusqu’à l’âge de 17 ans, à lutter contre la vérité qui se trouve dans ces versets de la Bible dans l’Ecclésiaste. J’ai grandi dans une famille chrétienne, et mes parents m’ont fidèlement enseigné les choses de Dieu par sa Parole, la Bible.  Je n’avais jamais eu de doutes quant à Dieu en tant que Créateur, et pendant mon enfance, j’aimais entendre des histoires bibliques sur la vie de Jésus, sa mort et sa résurrection. J’y croyais même. Et pourtant, ces croyances n’avaient pas un vrai impact sur moi : ce n’était que de la connaissance intellectuelle.

J’avais une crainte de Dieu apparente (je suis allée à l’église chaque dimanche avec mes parents), mais elle masquait un vide intérieur. Je savais que je ne pouvais pas dire que j’avais une relation personnelle avec Dieu. Je savais aussi que pour cela, je devais faire confiance entièrement à Dieu, en lui confessant mes péchés et en voulant qu’il soit Seigneur de ma vie. Mais je n’étais pas prête à faire cela.

Penser à Dieu ? Plus tard !

Je repense à mes années scolaires et je remercie Dieu d’avoir été si miséricordieux à mon égard. Même si je savais très bien ce que disait sa Parole, je me plaisais à rester sur un chemin qui m’éloignait de lui. Je me disais : « Un jour, je penserai à ces choses, mais pour l’instant je vais profiter de la vie. » Je me suis lancée dans mes études, le sport, ma vie sociale.

Et Dieu ? Je pensais à lui le dimanche.

J’étais en train de jouer un jeu dangereux mais la Bible nous avertit : « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs » – Hébreux 3.15.

Mais Dieu continuait de m’appeler, et je n’étais pas contente de ce que j’étais. Souvent, je me suis posée la question : « Si je mourais aujourd’hui, où irais-je ? » La Bible dit : « Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu. » (Amos 4.12). Mais moi, je n’étais pas du tout préparée.

Perdue, mais trouvée !

C’était à l’âge de 17 que je me suis vraiment mise à la recherche de Dieu. Dieu m’a montré clairement que « tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3.23), et je devenais très consciente de tous mes péchés contre lui et les autres. Je me suis rendue compte qu’il connaissait toutes mes œuvres, y compris tout ce qui est caché (mensonges, mots méchants, pensées haineuses envers les autres). Je voulais connaître le pardon de Dieu et j’ai cherché les versets qui parlaient de son pardon et sa grâce. J’ai trouvé des versets comme ceux-ci :

  • « Le Seigneur…use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. » – 2 Pierre 3.9
  • « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » – Jean 3.16
  • « Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. » – Ésaïe 53.5

Ces versets m’ont offert de l’espérance. J’ai reconnu que j’étais pécheresse devant un Dieu saint, MAIS « Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5.8).

Qu’avais-je à faire alors devant l’offre d’un tel don ? J’ai su qu’il n’y avait rien que je pouvais faire moi-même, sauf lui demander sincèrement pardon en croyant en ce que Jésus a fait pour moi.

Avant, je n’étais pas préparée « à la rencontre de mon Dieu ». Mais après cela, par la grâce de Dieu, par le moyen de la foi, je pouvais dire avec certitude que j’étais pardonnée.

Depuis…

Depuis ce jour-là, j’ai remarqué que, petit à petit, je change. Je sais que je n’aurai pas pu changer moi-même. Après avoir accepté que Jésus a pris la punition pour mes propres péchés, je veux suivre ses chemins et non pas les miens, le remercier et le connaître plus à travers sa Parole. Même si je ne suis pas toujours fidèle à lui, il est toujours fidèle.

La vie chrétienne n’est pas toujours simple, mais nous avons la promesse de Dieu qui nous soutient toujours : « Ne crains rien, car je suis avec toi » (Ésaïe 41.10). Je peux affirmer qu’il a toujours été avec moi dans toutes les épreuves de la vie. J’ai la paix avec Dieu par mon Seigneur, Jésus.

« Seigneur, à qui d’autres irions-nous qu’à toi ? Tu as les paroles de la vie éternelle. » – Jean 6.68

Et toi, es-tu prêt à la rencontre de ton Dieu ?

Auteur : Vie transformée

Chaque mois, un jeune chrétien nous raconte courtement comment il a rencontré le Seigneur Jésus, et la manière dont cela a transformé sa vie.