Un héros, qu’est-ce que c’est ?

Il y a quelque temps j’avais visité une exposition intitulée : « Les héros, d’Achille à Zidane ». Elle montrait notamment les points communs entre tous ces héros, depuis ceux de la tradition mésopotamienne jusqu’à nos jours. En voici quelques uns :

  • Le héros est un homme appartenant à une communauté de personnes, semblable à eux, mais avec une particularité qui le distingue du lot. Exemple : Dans l’Iliade, Achille est le héros des Achéens, avec la particularité d’être invincible (sauf au niveau de son fameux talon).
  • Le héros œuvre pour le bien de l’ensemble de la dite communauté. Exemple : Batman utilise ses capacités exceptionnelles pour protéger Gotham City.
  • Enfin, le héros subit forcément une épreuve plus importante que jamais, lors de laquelle il risque sa vie. Exemple : Hercule descend aux enfers pour capturer Cerbère.

Eh, mais tout cela, ça rappelle quelque chose, non ? Oui, vous l’avez deviné, dans l’exposition figurait aussi… Jésus. Jésus, homme avec la particularité d’avoir eu une vie parfaite ; Jésus, venu pour sauver l’humanité ; Jésus, mort pour les autres. Alors… Jésus, un héros de plus parmi les autres ? Non ! Mille fois non !

L’homme éloigné de Dieu s’est forgé, sous l’inspiration de Satan, des héros imaginaires calqués sur la Personne de notre Seigneur Jésus ; de telle sorte qu’en entendant l’Évangile, on ait une impression de « déjà vu ». Tous ces héros du monde ne sont que des caricatures du Messie promis, du Christ de Dieu, du Sauveur ! Ils sont inventés par Satan pour affaiblir la puissance du message du salut, ce qui, même chez des croyants, peut insinuer tout à coup le doute. C’est le monde qui a copié Dieu. Pas l’inverse. Et derrière le monde, il y a Satan qui cherche à détourner les hommes de la voie du salut.

D’autre part, ces héros volent nos affections à Jésus Christ. Imaginés par l’homme, idéalisés, ils ont un véritable pouvoir d’attraction sur les cœurs des gens. On peut penser à l’histoire d’Absalom, un fils du roi David (2 Samuel 13 à 18). Cet homme était très beau, depuis la tête jusqu’aux pieds il n’y avait pas de défaut en lui (14.25). Mais désireux de se venger de son père qui l’avait banni pendant plusieurs années à cause du meurtre de son frère, il s’est installé à la porte de la ville, et a fait campagne en dérobant les cœurs des hommes d’Israël (15.6). Si bien que lorsqu’il s’est autoproclamé roi, le peuple qui s’était rallié à lui était si grand, que David – le vrai roi – a pris peur et s’est enfui devant son propre fils. Eh oui, ces héros (Absalom en était un pour tous ceux qu’il avait séduits à la porte de la ville) dérobent nos cœurs. Les affections qui reviennent à notre Seigneur disparaissent pour laisser place à la vénération des héros du monde. Serions-nous devenus ainsi des idolâtres ?

Ne nous laissons pas prendre dans ces pièges. Aujourd’hui encore, la littérature, le cinéma, et même l’actualité, nous présentent des héros modernes. Ils ont toujours les mêmes caractères, et sans faire de bruit, tout doucement, petit à petit, ils instillent le doute dans nos esprits et détournent nos cœurs. Oui, l’exhortation de l’apôtre Jean est plus que jamais d’actualité : « Enfants, gardez-vous des idoles. » (1 Jean 5.21) Levez-vous, et, comme Moïse, tournez le dos aux richesses du monde, dont les délices sont toujours liées au péché (Hébreux 11.26). Regardons par la foi celui que nous aimons bien que ne l’ayant pas vu (1 Pierre 1.3), et que nos cœurs à tous brûlent pour lui !

Auteur : Jean-Matthieu

Jean-Matthieu, 23 ans, enfant de Dieu par la foi en Jésus-Christ.