Comment réagir aux moqueries de mes amis ?

Je suis sûr que tu as déjà fait face à ce genre de situation plusieurs fois. C’est la pause, tu es en groupe avec tes amis non-chrétiens. Vous échangez sur différents sujets, vous rigolez ensemble, vous parlez de tout et de rien. Le niveau de discussion baisse petit à petit. Tu sens que les choses tournent mal. Quelques remarques grossières, puis on en vient à aborder des sujets qui ne font pas partie de ce que devrait rechercher un chrétien. Tes oreilles sont salies, et tu sens comme un gros nuage autour de toi. Tu rougis. Tu ne sais pas quoi faire. Tu voudrais prendre position. Mais tu n’y arrives pas. Que faire dans cette situation ?

Nous savons que nous sommes chrétiens, nés de nouveau, rachetés à un grand prix, appelés à la sainteté. Mais, nous devons cependant vivre dans le monde, sans pour autant y appartenir (cf Jean 17.14-15). Cela fait que nous sommes appelés à côtoyer, de manière quotidienne, des gens qui ont un autre but et d’autres manières de vivre que nous. Des gens qui sont encore aveuglés par le dieu de ce siècle (cf 2 Corinthiens 4.4), comme nous l’étions avant. L’appel à la sainteté que nous avons reçu ne veut pas dire que nous devons éviter toute relation avec les gens du monde, sinon, comme dit Paul, « il vous faudrait sortir du monde » (1 Corinthiens 5.10). Comment alors réagir face à l’impiété et aux moqueries de certains de nos amis, voir de certains membres de notre famille ? Je pense qu’il y a deux attitudes que nous pouvons avoir dans ces cas là.

1. Parfois, il faut simplement fuir

Des fois, la seule solution est de fuir. Nous ne devons pas nous laisser salir, tenter, ou gagner par le mal. Nous devons au contraire rester purs et garder nos pensées saines. Il y a des lieux, conversations ou personnes que l’on doit éviter, ou qu’on ne doit pas fréquenter. Et on le sait.

Bien sûr, nous devons être des lumières dans un monde de ténèbres (Éphésiens 5.8). Bien sûr, nous devons partager aux autres l’amour de Christ. Mais nous devons aussi être conscients que nous sommes faibles, et que certaines situations peuvent nous amener à chuter, et à nous éloigner de Dieu. Oui, nous devons être des témoins, mais pas au prix de notre sainteté.

Voilà l’appel que Paul adresse à Timothée :

« Fuis les passions de la jeunesse et recherche la justice, la foi, l’amour, la paix avec ceux qui font appel au Seigneur d’un cœur pur. » – 2 Timothée 2.22

Parfois, il ne nous est demandé rien d’autre que de fuir.

À un autre endroit, Paul exhorte les colossiens de la manière suivante : « Faites donc mourir en vous ce qui est terrestre : l’immoralité sexuelle, l’impureté, les passions, les mauvais désirs et la soif de posséder, qui est une idolâtrie. » – Colossiens 3.5

« Faites mourrir » – ce sont des termes forts ! Nous ne sommes pas appelés à jouer avec le péché, ou à le tolérer. Si nous ne sommes pas suffisamment mûrs pour résister (et c’est souvent le cas), alors fuyons.

Mais, on ne peut pas fuir tout le temps. Sinon, comme le dit le verset cité plus haut, il nous faudrait sortir du monde (cf 1 Corinthiens 5.10) !

2. Parfois, il faut faire face et témoigner

Des fois, lorsque nous sommes face à la moquerie ou aux paroles obscènes, nous devons prendre position. Nous devons faire face. Nous ne devons pas rire. Nous ne devons pas cautionner certains actes, mais plutôt apporter une parole sage et censée. Et nous devons être prêts à subir à cause de cela de mauvaises réactions.

Voici ce que Paul dit à propos de la moquerie :

« Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le récoltera aussi. » – Galates 6.7

On ne se moque pas de Dieu. Et on ne peut pas laisser les gens parler à la légère de notre Créateur, du Seigneur Tout-Puissant, du Roi de Gloire, de qui viennent toutes choses ! Nous devons prendre position et affirmer clairement notre appartenance au Seigneur.

Bien sûr, cela sera souvent mal vu. Cela amènera d’autres moqueries, voir même le rejet de certains, et ces choses sont difficiles à vivre. Cependant, nous ne devons pas chercher à être le moins moqué possible, mais plutôt à glorifier Dieu le plus possible.

Voilà quelques réflexions, pour t’encourager dans ces situations que l’on peut vivre quotidiennement au collège, au lycée ou à la fac. Que le Seigneur vienne à notre secours, pour nous aider à être des témoins fidèles au quotidien ! Mais soyez encouragés, « car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse » (2 Timothée 1.7).

Benjamin E
Auteur : Benjamin E

24 ans, français vivant à Bruxelles, étudiant à l'Institut Biblique Belge. Coordinateur de la Réb', blogueur sur christestmavie.fr, amateur de bons livres, et co-auteur du livre Une vie de défis. Mais par-dessus tout : passionné par l'Évangile, sauvé par grâce, disciple de Jésus.

Voir tous ses articles →