Réflexions sur Death Note (ATTENTION SPOILER !)

20 Août 2016 15 commentaires

MAJ du 17/05/17 : j’ai modifié cet article pour critiquer le point de vue de Near car avant je n’avais réagi qu’à celui de Light

Death Note est un manga et un anime japonais assez court comparé à d’autres, il comporte seulement une trentaine d’épisodes. Pour résumer en très peu de mots, il présente la confrontation entre Light Yagami (un étudiant, fils d’un directeur de la police japonaise) et L (le meilleur enquêteur au monde). Light veut tuer tous les criminels avec le Death Note (« Cahier de la mort ») pour purifier la Terre du mal et être le Dieu de ce nouveau monde. L lui veut retrouver Light et l’envoyer à l’échafaud à cause de son génocide illégal de criminels.

Avant de procéder à l’analyse, il est important pour moi de préciser que cet article ne saurait être exhaustif, il sera forcément limité aux quelques remarques sur des sujets sur lesquels j’ai réfléchi en particulier.

La problématique clé de Death Note

Comme beaucoup de blogueurs, de youtubers et de philosophes l’ont dit, Death Note parle essentiellement du bien et du mal, d’une des trois branches principales de la philosophie : l’éthique. Par défaut, l’histoire nous présente plus ou moins 2 conceptions différentes de la justice, de ce qui doit être et de ce qui ne doit pas être, de ce qui est bien et de ce qui est L est on ne peut plus dire spéciale, contrairement aux autres, il est près à se passer des droits de l’homme pour résoudre ses enquêtes). Pour comprendre ces 2 différentes conceptions de la justice je vous propose le dialogue ci-dessous.
Voici la retranscription d’extraits du dialogue dans le dernier tome entre Near et Light quand ce dernier est piégé par Near :

Light : Alors qu’est-ce que vous allez faire ? Me tuer ici ? Ecoutez… Je suis Kira et le Dieu du monde nouveau. C’est un fait. Dans le monde actuel, je suis la loi et je fais respecter l’ordre. Désormais la justice, c’est moi. Je suis l’espoir des hommes de ce monde. […] Il y a six ans que Kira est apparu. La guerre a disparu, presque tous les plus dangereux criminels sont morts et la criminalité a baissé de 70 % dans le monde. Le monde est perverti, il y a trop de gens pervertis, nous devons nous débarrasser d’eux. […] L’être humain recherche le bonheur et il a le droit de l’obtenir. Mais à cause de quelques gens pervertis, ce droit disparaît avec une facilité déconcertante. […] En fin de compte, il faut distinguer ceux qui empêchent les autres d’accéder au bonheur et ceux qui méritent de vivre. Le mal ne peut engendrer que le mal. Les gens mauvais commettent des actes malfaisants et sévissent dans le monde. C’est ainsi que les faibles prennent exemple sur eux et qu’ils deviennent pervertis à leur tour. Finalement ils se justifient en prétendant avoir raison. Le mal et les gens pervertis doivent être éliminés, c’est la seule solution. Mais je ne dis pas que les êtres pervertis doivent systématiquement mourir. Pour les mauvais qui n’ont pas d’espoir de salut, il n’y a que la mort. Les êtres mauvais doivent être jugés tout comme ceux qui font du mal aux autres. C’est pourquoi je dois enfoncer mon couteau jusqu’aux racines du mal qui a fait du monde ce qu’il est. Cela suffira à faire changer les mentalités. […] Si le monde change, l’individu changera aussi. Il deviendra bon. […] Dans le monde de la politique, de la justice, de l’éducation y avait-il quelqu’un pour corriger ce monde perverti ? […] J‘étais le seul à pouvoir le faire ! Je sais que tuer est un crime, mais c’était le seul moyen de corriger le monde […] Souhaites-tu sincèrement écraser Kira maintenant ? Est-ce vraiment pour le bien du monde ? Tu m’as attrapé. Et alors ? Tu t’en réjouis. Mais c’est tout. Si tu prétends pouvoir venger L, ton acte est le plus idiot qui soit. Celui que tu as en face de toi, c’est Kira ! Le Dieu du monde nouveau !
Near : Non. Vous n’êtes qu’un assassin. Et ce cahier est l’arme la plus abominable de tous les temps. Si vous étiez vraiment quelqu’un d’honnête, même si vous vous étiez servis du cahier la première fois par curiosité, vous auriez été abasourdis et horrifiés par les conséquences de votre acte, vous l’auriez regretté et vous ne vous seriez plus jamais servis du cahier. […] Je peux encore comprendre quelqu’un qui se sert du cahier et qui tue plusieurs personnes pour satisfaire ses intérêts personnels. Il me semble plus honnête. Mais les dieux de la mort et la force du cahier ont eu raison de vous, vous vous êtes pris pour un Dieu. Vous n’êtes qu’un boucher dément ! Rien de plus ! C’est tout ce que vous êtes !
Light : Near, celui qui se trompe, c’est toi. Je suis la justice.
Near : C’est possible. Personne ne sait ce qui est juste ou injuste et personne ne sait où est le bien et le mal. Si Dieu existait et s’il nous faisait entendre sa parole, moi, je réfléchirai un peu et je déciderai moi-même si cette parole est juste ou non. Je suis comme vous. Je crois en ce qui me semble juste et je considère que c’est le bien. Vous n’êtes pas Dieu, et je pense que si vous montrez la voie à suivre à l’humanité, les hommes ne vivront pas en paix, pas plus qu’ils ne connaîtraient la justice. De plus, pour moi, quelqu’un qui s’autoproclame Dieu et qui tue les gens les uns après les autres est le mal, c’est indéniable ! Et pour les autres personnes ici présentes (les membres de la police japonaise et les collaborateurs de Near), qu’est-ce qui est bien ? Qu’est ce qui est juste ?

La conclusion de Death Note sur l’éthique

Le manga est intéressant dans la mesure où il ne tranche pas la question. Il présente par le déroulement de l’histoire ces deux conceptions de la justice, mais à aucun moment ne valide l’une ou l’autre hypothèse (malgré la mort de Light à la fin). Plusieurs éléments nous informent de la vision du monde contenue dans Death Note. A un moment Ryuk dit à Light : « Il n’y a ni paradis ni enfer. Quoi qu’ils aient fait de leur vivant, tous les morts vont au même endroit. La mort est la même pour tous. » Sur la page suivant la mort de Light il est écrit : « Le néant est l’endroit où ils vont après leur mort. » Donc d’après ces phrases et celle de Near « Si Dieu existait … », on se trouve dans une perspective selon laquelle l’au-delà n’existe pas et n’est qu’une pure invention des hommes. Il est même possible que Dieu n’existe pas dans le monde du manga d’après les propos de Near (bien qu’ils conviendraient aussi à un agnostique). De plus, les seuls êtres supérieurs aux hommes présents sont les dieux de la mort vivant dans un monde séparé de celui des hommes qui peuvent les tuer pour rallonger leur durée de vie. Néanmoins ils peuvent mourir et n’ont aucune incidence sur la moralité des hommes, et il n’y pas de Dieu dans un sens monothéiste. La vie n’a aucun sens : il n’y a aucun but à la vie.

Ma conclusion

La conclusion de Near est en fait très logique dans son monde où Dieu n’existe pas : sans Dieu il est impossible de dire ce qui est bien et ce qui est mal.
Enfin il est possible de le dire dans un sens mais nos paroles n’auront aucune valeur absolue, elles ne seront que subjectives (propres à nous), variables et contingentes (non nécessaires). Or notre expérience ne repose pas sur des valeurs morales subjectives mais bien sur des valeurs morales objectives universelles : pourquoi l’holocauste d’Hitler est mal ? Non pas parce qu’il est mort et qu’aujourd’hui le plus grand nombre dit que c’est mal mais parce que même si les Nazis avaient conquis le monde entier, l’holocauste serait quand même intrinsèquement moralement mauvais. Tout le monde sur Terre sait intimement que tuer est mal, que voler est mal, que mentir est mal. Or l’existence de valeurs morales objectives nécessite l’existence d’un législateur intemporel afin qu’elles soient toujours vraies : c’est la meilleure explication pour l’existence de valeurs morales objectives, si ce n’est la seule. Ce législateur, c’est Dieu (eh non ! ce n’est pas un vieux barbu habillé en blanc assis sur un trône !). On a en fait utilisé ici l’argument moral de l’existence de Dieu très connu et défendu par de nombreux philosophes de renommée comme William Lane Craig, C. S. Lewis, Peter Kreeft …
Donc on pourrait répondre à Near (s’il se trouvait dans notre monde sans dieu de la mort) : « Oui Near, Dieu existe et il a parlé en disant ce qui est bien et ce qui est mal dans la Bible dans les 10 commandements, norme éternelle de justice pour les hommes de toute époque, norme toujours valable car elle est basée sur le caractère même de Dieu qui ne change pas ! »
C’est pourquoi nous pouvons affirmer que ce que fait Light est mauvais, non seulement parce qu’il assassine des gens mais parce qu’il finit par s’adorer lui-même et par être corrompu par le pouvoir. Seul Dieu peut juger, et cela sur Terre par les autorités ou gouvernements qu’il a institués. Plus tard dans le ciel il jugera lui même les morts et les vivants.

D’un autre côté la solution de Near ne nous satisfait pas : il tombe dans le rationalisme. Le raisonnement de Near est circulaire. Son but est de savoir ce qui est bien ou mal. Pour accomplir son objectif, il décide d’écouter Dieu (s’il existe) puis de réfléchir si ce qu’il dit est bien ou mal (« si cette parole est juste ou non »). Mais pour juger si ce que Dieu est bien ou mal, Near doit déjà connaître le bien et le mal ! Or c’est justement ce qu’il cherche à prouver ! Near revient à la case départ et se contredit lui-même.

Le vrai problème et la vraie solution

Death Note (Light) est très réaliste sur la nature de l’homme qui est pervertie et entièrement corrompue. Mais la Bible nous apprend que ce ne sont pas seulement les pires criminels que Light tue qui méritent la mort, mais que nous la méritons tous : c’est cela le vrai problème. Nous avons tous fait le mal et nous avons tous transgressé la loi de Dieu en mentant, en volant, en adorant quelque chose à la place de Dieu, en convoitant une femme ou un homme… Nous l’avons tous déshonoré et nous l’avons rejeté. En voilà une très grosse mauvaise nouvelle. Une question se pose alors : Dieu va t-il exterminer tous les hommes comme Kira extermine tous les criminels ?

Le problème est que Dieu est saint et juste. Il ne fait rien qui est contraire à son caractère. Un juge peut-il déclarer innocent un coupable ? Même si le coupable est repentant et a fait plein de bonnes actions avant d’être condamné ? Certainement pas. A bien plus forte raison, Dieu ne peut pas déclarer juste le coupable. Plus précisément, Dieu ne peut pas déclarer juste le coupable « gratuitement », sans que quelqu’un d’autre paye le prix à sa place. Ce qui est extraordinaire, c’est que seule la Bible répond à cette question : comment Dieu peut-il en même temps pardonner les pécheurs et rester un juste juge ? Nous avons vu que la solution ne pouvait venir de nous, nous sommes corrompus et nous sommes condamnés, le bien que nous faisons ou que nous avons fait ne peut pas nous sauver de la sainte colère de Dieu. La solution doit venir de Dieu. Et c’est exactement ce que dit la Bible : Dieu nous sauve par grâce, c’est-à-dire gratuitement sans que nous ne méritions ! Dieu est devenu homme tout en restant Dieu : Jésus-Christ. Jésus a vécu comme aucun autre homme. Il a vécu une vie parfaite et irréprochable, il est le seul juste car il est Dieu. Il est mort à la croix, et bien plus que de souffrir physiquement il a reçu la condamnation éternelle, la mort : la colère de Dieu. Puis 3 jours plus tard il est ressuscité. C’est lui qui est le chemin, la vie et la vérité, notre seul espoir et la seule solution. Mais tu me diras : « Comment un acte d’il y a 2000 ans peut me concerner ? » Par la foi. Crois en Jésus-Christ et tu seras uni à lui, tu recevras tout ce qui est à lui. Tu recevras sa vie, sa victoire sur le péché, sa justice, l’adoption par Dieu etc. Et tu pourras ainsi être considéré comme juste devant Dieu grâce à la mort de Christ à ta place et grâce à la justice de Christ que tu as reçue par la foi. C’est à partir de ce moment là que tu changeras, que tu ne vivras plus en étant esclave du péché mais tu pourras vivre une nouvelle vie en accord avec la volonté de ton Créateur, la vie pour laquelle tu a été crée ! C’est cela la vraie solution !

Réfléchis, et ne remets pas ce choix à plus tard. Comme nous le rappelle Death Note avec des morts toutes les 40 secondes, la mort peut nous arriver à tout moment même sans Light pour nous tuer. Place ta foi en ce que Jésus a fait et change radicalement d’attitude, et tu entreras dans cette nouvelle humanité parfaite que Light en vain voulait créer mais que Dieu lui, a réussi à créer en Jésus !

Et toi, qu’as-tu retenu et compris de Death Note ? As-tu une autre solution à proposer ? Que penses-tu de celle que nous propose la Bible ?

Laurent
Auteur : Laurent

20ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →