Prête à rencontrer l’homme de ta vie ?

Article de Stella.

J’avais 24 ans, diplômée d’un triple cursus et un job de rêve. Seule ma vie amoureuse entachait ce tableau parfait. Si on pouvait encore appeler ça une vie… Pour être honnête, elle s’apparentait à celle d’un caillou, autant dire au néant absolue : pas une seule relation. Les garçons ont toujours été pour moi des camarades ou des collègues immatures et immariables. Et je frôlais dangereusement la Sainte-Catherine. Ça craignait vraiment.

Au fond, je me demandais comment cela allait se passer ce moment où tu rencontres LE garçon qui deviendra ton mari. L’homme de ta vie. Je lisais et relisais Genèse 24 jusqu’à en avoir les larmes aux yeux, espérant recevoir une prophétie précise qui m’était destinée. J’imaginais, je priais, je provoquais Dieu — « Seigneur, si je dois me marier avec tel garçon, confirme le moi par rêve stp. Amen. PS. Merci d’avance. ». Les mois passaient, toujours rien. Peut-être que Dieu me voulait célibataire. Je reste forte, finalement personne ne m’intéresse.

Puis, le moment vint. Forcément, quand je ne m’y attendais plus… C’était il y a deux ans. Et aujourd’hui, me voilà mariée. Alors que je suis passée par cette étape mystère, je réalise que dans les milieux chrétiens, nous ne savons pas trop comment se passe l’avant fréquentation. Il y a pas mal de conseils pour les gars, (« sois responsable », « sois un homme, « fais le premier pas »…) et c’est à croire que nous les filles, devons juste prier et attendre la bouche en cœur. Ce n’est pas le cas ! Je vais peut-être vous décevoir, je n’ai pas eu de révélation sur le mode d’emploi. C’est une période critique qui dépend de la culture, du milieu et de la famille.

De ma petite expérience, je vous partage donc quelques conseils pour cette période délicate, mais ô combien importante, qui précède la rencontre avec l’homme de ta vie.

  1. Sois une femme

Ayez non cette parure extérieur […] mais la parure intérieur et caché dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu.

1 Pierre 3.3-4

Je l’avoue, je faisais partie de ces filles fortes et indépendantes, carriéristes presque qui regardaient de haut les pauvres femmes mariées et bonnes cuisinières par dessus le marché ! Le Seigneur m’a montré a travers sa Parole que le rôle de la femme faisait parti de son essence même et pas de son statut de femme mariée. Dans sa sagesse Dieu a créé l’Homme, il [le] créa mâle et femelle (Genèse 1.27), revêtant des rôles différentes mais de même valeurs. J’entends déjà les cris hystériques de Simone de Beauvoir. Notre société et le mouvement féministe nous martèlent que « nous ne naissons pas femme, nous le devenons ». Et pourtant, il faut faire preuve d’un cruel manque d’observations pour affirmer sincèrement que les hommes et les femmes sont psycho-physio-emotico-pathologico-identiques. Ou être de mauvaise foi. Ne combattons pas le feu par le feu : en tant que chrétiennes, nous devons réaffirmer et témoigner avec douceur les vérités bibliques. Jeune fille, ne cherche pas à prendre la tête (à l’homme). Sois plus ambitieuse et recherche la douceur, la vertu et le respect auxquels Dieu t’appelle. Et tu verras, notre position de femme est bien plus avantageuse qu’on ne le pense.

  1. Sois une sœur

Ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres.

Romains 12.5

Si l’arithmétique t’ennuie, accroche-toi bien ! En tant que sœur en Christ, tu as un pouvoir sur la relation de 4 personnes. Je m’explique. On part de l’éventualité que Dieu t’a préparé un mari. On l’appellera René (c’est pour l’exemple, ne t’inquiète pas). Tu ne le connais pas encore, mais tu es amie (sœur en Christ dans notre jargon) avec Alphonse, qui lui, se mariera avec Sophie. Si tu te rapproches dangereusement dans ton amitié avec Alphonse, que tu le séduis même « inconsciemment », et que tous les deux, à la découverte de votre pouvoir de séduction, vous vous retrouvez dans des situations ambiguës (je te touche la main, et moi la taille, on se plaît, et on est des best forever…)

  1. Tu ne te seras pas préservée pour ton René, et ça t’affectera un jour ou l’autre.
  2. Ton René sera certainement affecté par ces relations ambiguës que tu as eu avec Alphonse, qui plus est, un frère en Christ.
  3. Tu seras autant responsable qu’Alphonse dans sa pureté pour sa Sophie.
  4. Sa Sophie sera certainement affectée par cette relation ambiguë que son époux a eu avec une sœur en Christ, soit toi.

Tu me suis toujours ? Là où je veux en venir, c’est que en tant que sœurs en Christ nous avons la responsabilité de préserver nos frères pour leurs futures épouses. Nous sommes un seul corps, gardons-nous dans la sainteté. Et encourageons-nous les uns les autres dans cette lutte. Une bonne épouse est avant tout une bonne sœur pour ses frères, qui les aide entre autres, à rester entièrement pur pour leur future femme. Et si ce sera toi, et bien tu en profiteras aussi !

  1. Sois pure

Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, […] se parent de bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu.

1 Timothée 2.9-10

Ah, voilà le conseil que tu as entendu maintes et maintes fois, et qui te fait grincer des dents… Je ne parlerai pas de la longueur de ta jupe ni du modèle de ton maillot de bain, parce que la pureté n’est pas une affaire de règles à respecter. C’est une transformation, une lutte quotidienne pour rechercher la volonté de Dieu. Si tu es encore célibataire, c’est le moment idéal pour réfléchir et te faire une conviction à l’aide de la Bible sur les limites physique et émotionnel à avoir avec tes amis/futur petit copain/futur fiancé. Si tu es en couple, prenez du temps et parlez-en entre vous. Lisez ensemble la Bible (sans s’isoler, hein ?) et priez ensemble (la lumière allumée, hein ?). Mais mettez-vous CLAIREMENT d’accord sur les limites à ne pas franchir, pour éviter tout glissement de terrain. Un exemple ? une des règles que nous nous sommes fixés à l’époque : jamais seuls dans une pièce fermée. Eh ben je t’assure que ça t’évite beaucoup de débordement…

  1. Sois active

Celle qui n’est pas marié s’inquiète des choses du Seigneur, afin d’être sainte de corps et d’esprit ; et celle qui est mariée s’inquiète des choses du monde, des moyens de plaire à son mari.

1 Corinthiens 7.34

Le célibat n’est pas un sous statut. Et le salut de la femme ne réside pas dans son mariage, répétons-le ! C’est facile d’affirmer ceci en tant que femme mariée mais honnêtement, réalise tes rêves les plus fous pour Christ, maintenant. Parce qu’après, ce sera plus compliqué ! Un garçon à plutôt tendance à monter des projets seul et être actif. Il souffre moins du regard des autres sur son célibat. C’est une autre affaire pour nous. Nous nous comportons souvent comme des princesses, croyant naïvement que Dieu nous enverra un prince braver tous les dangers pour trouver son identité en nous et construire ensuite son objectif de vie. À moins de se marier avec soi-même (!), la vie de couple est un éternel compromis. Un heureux compromis bien sûr, mais un compromis quand même. Ton mari ne voudra peut-être pas ouvrir un orphelinat à Madagascar comme tu le souhaitais. Toi, tu ne voudras peut-être pas devenir missionnaire chez les chasseurs de têtes dans la jungle comme il le rêve. Bref, il faudra accorder vos violons. Et il sera plus facile pour vous d’anticiper ces différents, si toi, tu as déjà précisément des projets de vie. Profite de ces instants où tu es seule à t’engager pour réaliser tes projets les plus ambitieux…

  1. Sois prête !

Le temps est court ; que désormais ceux qui ont une femme soient comme n’en ayant pas, ceux qui pleurent comme ne pleurant pas, ceux qui se réjouissent comme ne se réjouissant pas, ceux qui achètent comme ne possédant pas, et ceux qui usent de ce monde comme n’en usant pas, car la figure de ce monde passe.

1 Corinthiens 7.29-31

Je te garantis que Dieu te préparera la plus belle des noces… celle de Christ et l’Église ! Que tu sois célibataire ou en couple, c’est ce à quoi nous devons toutes aspirer. Vivre les noces de l’Agneau, l’expression de l’amour, de l’union de Dieu avec son peuple dans toute sa majesté. Peu importe la beauté d’un mariage terrestre, ce ne sera qu’un moyen comme un autre pour te sanctifier et te préparer à être une épouse sans tâches ni rides. D’une certaine manière, Jésus est l’Homme de ta vie par excellence ! Et garde bien ceci à l’esprit : le Seigneur te gardera dans la situation où tu seras le plus proche de lui, mariée ou célibataire. Voilà une incroyable promesse !

Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole, pour faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tâche, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable.

Éphésiens 5.25-27

Retrouve dès maintenant le deuxième article de Stella : Princesse, réveille-toi !

Tu devrais aussi aimer...

24 Commentaires

    Avatar
  • Tout au long de l’article j’ai rigolé et le pire dans l’histoire c’est que quand tu as parlé orphelinat à Madagascar je rigolais encore plus..en tout cas merci beaucoup pour l’article ❤

  • Avatar
  • Waouh !!! Je me reconnais entièrement dans la description qu’à fait la jeune femme d’elle même ! Mêmes pensées, même prière et tout et tout !
    Merci beaucoup pour cet article et ces conseils, ils permettent de remettre vraiment Dieu au centre de notre vie

  • Avatar
  • L’article est génial, vraiment merci..Mais dans l’exemple avec René, comment savoir si ce n’est pas avec Alphonse que l’on se mariera, sachant qu’on ne connaît ni René ni son futur mariage avec Sophie ? Merci d’avance :)

      Avatar
    • Bonjour Talia !
      En fait, je crois que l’auteur veut surtout dire : peu importe ton mari, sois une soeur et préserve les hommes autour de toi. Qu’il finisse en devenant ton mari…ou pas !
      Tu vois le truc ?

        Avatar
      • Marci beaucoup . Franchement je me reconnais dans ce message que Tu fait passer. Et jattendrai toujours le bon moment pour recevoir ce que Dieu me reserve

    • Avatar
    • Nicolas, cela part du présupposé dangereux que René est le seul mari possible pour cette demoiselle et à moins d’avoir le don de prophétie, impossible de savoir qu’Alphonse se mariera avec Sophie ou qu’Alphonse n’est PAS René.

      Du coup, en étant une sœur, celle-ci peut légitimement tomber amoureuse d’Alphonse (il faut bien à moment donné franchir le cap si tu envisage de te marier avec quelqu’un) et si je comprend la recommandation de l’auteure, je ne pense pas que l’exemple soit bon.

      SAUF si celle-ci parle des amitiés très fortes et sans amour que certains garçons et filles peuvent entretenir. Comme le mentionne un article anglophone lu récemment, il est rare que ces relations soient totalement dépourvues d’ambigüité à moment donné pour l’un ou l’autre. Je suis donc d’accord.

      En revanche, le point 4 relève le caractère assez égoïste de Sophie qui revendique une exclusivité absolue d’Alphonse allant entraîner une jalousie excessive et qui à mon sens n’est pas compatible avec un amour vrai pour son conjoint même si cette aspiration d’une certaine forme de virginité peut être légitime. Mais attention à ne pas la sacraliser !

    • Avatar
    • Salut Inbo, merci pour ton message.
      C’est marrant, en écrivant cette histoire à 4 personnages, je m’attendais à cette remarque…
      J’ai imaginé volontairement une histoire avec des célibataires qui non seulement ne veillaient pas sur leur pureté mais ne se sentaient pas non plus redevable vis-à-vis de leur frère/soeur. Il est question de personnes qui prennent les relations un peu à la légère…
      Je vais essayer de faire simple pour expliquer le choix de cet exemple.
      1/ En aucun cas il n’est question de sentiments mais de relation pure. Je peux tomber amoureuse de René ET rester pure vis-à-vis de lui, ce n’est pas incompatible. Tomber amoureuse n’est pas une impureté…
      2/ Je peux tomber amoureuse ET entreprendre d’aller plus loin avec René, tout en restant pure (en mettant les choses au clair par exemple). Ce n’est toujours pas incompatible…
      3/ Il n’est pas question ici de jalousie. En revanche, une relation ambiguë avec un frère a de très fortes chances de m’affecter et d’affecter aussi mon époux. Et ce n’est pas parce qu’il est touché qu’il est jaloux…
      4/ Enfin, il n’est pas non plus question du concept de l’âme soeur, bien au contraire. Parce que je ne sais pas qui sera mon mari, je me dois de rester pure dans mes relations avec eux, et de les préserver purs aussi pour leur futur femme. Peu importe donc si mon mari sera René ou Alphonse dans l’exemple (potentiellement ce peut-être l’un ou l’autre), ça ne doit pas changer mon attitude/ma sainteté/ma pureté parce que je ne suis pas leur femme à l’heure actuelle.
      Enfin, n’oublions pas que la pureté n’est pas réservée aux célibataires, mais aussi aux couples, aux fiancés… et aux mariés !

      Est-ce que tu comprends mieux le choix de l’exemple ?

    • Avatar
    • Pas vraiment, d’autant que ce n’est pas du tout précisé dans l’article.
      Sauf à considérer que toucher la main et la taille sont des impuretés menaçant la sacro-sainte chasteté.

      Et encore une fois, je ne comprend pas (sans cautionner pour autant) en quoi une relation ambigüe antérieure peut nous affecter et affecter notre future moitié. C’est presque comme une interdiction d’être en couple avant d’avoir rencontrer « Ze One » qui de toute façon n’existe pas (âme sœur).

      Je comprend la volonté simple de mettre un cadre mais je trouve qu’il se heurte à la pratique.

    • Avatar
    • @Inbo : la majorité de la Bible se heurte à nos pratiques habituelles… ^^

  • Avatar
  • Merci beaucoup pour l’article, il est super! J’ai juste encore une question, c’est qu’on parle beaucoup de fixer des limites physiques et ça je comprends tout à fait, mais concrètement j’ai de la peine à savoir quoi faire avec les « limites émotionnelles ». Comment tracer ces limites, surtout si on part du principe qu’avant de s’engager on aimerait quand même connaître l’autre aussi bien que possible? Merci d’avance :)

      Avatar
    • Bonjour Mary, merci beaucoup pour tes encouragements ! :)
      Est-ce que tu pourrais reformuler ta question s’il te plaît (ou la préciser) ? Je ne suis pas tout à fait sûre de comprendre pour pouvoir te répondre…
      Merci beaucoup !

    • Avatar
    • Oui, désolée, après relecture ce n’est effectivement pas aussi clair que dans ma tête ^^
      Alors je me demande jusqu’à où on peut aller dans une amitié forte avec un garçon au niveau des sujets qu’on aborde et de la manière dont on se connait sans s’être engagé. Je visualise tout à fait par exemple que se tenir la main ne serait pas vraiment le propre d’une amitié, mais au niveau de la relation non physique je ne sais pas trop jusqu’à où on peut aller dans l’intimité de l’autre… Tu vois un peu mieux ce que je veux dire maintenant? ;)

    • Avatar
    • Du coup au final comment préserver l’autre, appliquer les points 2 et 3 « moralement »(je veux dire ce qui n’est pas physique) tout en souhaitant mieux le connaître?
      Dis moi seulement si ce n’est pas encore très clair ;)

    • Avatar
    • Re salut Mary ! Je pense avoir saisi la question maintenant :) merci !

      Je te réponds juste en tant que femme mariée, avec ma propre expérience.
      Tout d’abord, contrairement à ce que dit le monde, on ne connaîtra jamais suffisamment une personne, que ce soit avant de s’engager, ou même avant de se marier ! Et même après, on continue de découvrir certaines facettes de notre époux/épouse.

      Ceci étant, je pense qu’il est sage de se comporter avec les personnes du sexe opposé comme des frères et soeurs en Christ.
      Personnellement, j’avais un moyen qui me permettait de me fixer les limites : j’imaginais mon futur époux avec d’autres filles. Si l’imaginer embrasser une de ses copines me dérange et bien je ne permettrai pas d’embrasser un copain. Si l’imaginer câliner ses copines me dérange et bien je ne permettrai pas de câliner les garçons. Si je l’imagine discuter la nuit régulièrement par téléphone avec une de ses copines… tu vois un peu ? Cela est valable que ce soit physiquement ou émotionnellement comme tu le dis.
      C’est un moyen uniquement pour se fixer des limites ! Non pas pour le juger, ou pour croire qu’on mérite un garçon qui a été aussi « saint » que nous ! On ne mérite rien du tout, on est tous empêtré dans le péché. Et aussi, n’oublie pas que la sainteté n’est pas uniquement pour notre futur époux, mais avant tout pour Dieu ! (1 Thes. 4.3)
      Enfin, ce principe n’est pas à prendre au pied de la lettre, sinon ce serai trop simple. Il y a un contexte culturel, et des frères et soeurs en Christ qu’il ne faut pas choquer. Donc, ma liberté en Christ, même dans mes relations avec mes amis chrétiens, ne doit pas choquer ou être une pierre d’achoppement pour les autres.
      Voilà un peu pour les principes que je me suis appliqués. En tout cas, garde bien en tête que toute relation ambiguë (pour l’un ou pour l’autre) est à mettre au clair au plus vite ! Pour se préserver dans la pureté, encore et toujours…

    • Avatar
    • Salut Stella,
      Merci beaucoup pour ta réponse et pour tes conseils, c’est précieux! C’est vrai qu’il est important d’être honnête vis à vis de soi-même et de l’autre dans ce genre de situation un peu ambigüe, je suis très contente que tu me l’aies rappelé :)

    • Avatar
    • Bonjour Mary ! cela faisait un moment que je me posais la même question que toi :) eh bien figure-toi qu’un livre entier s’est consacré à y répondre ! :D c’est « Jeune homme rencontre jeune fille » de Joshua Harris ; l’auteur, à partir de nombreux témoignages et de la Parole, nous donne des pistes pour vivre le mieux possible et selon Dieu l’étape entre « tu me plais » et « je vous déclare mari et femme ». Je te le recommande vivement !! Je l’ai commencé hier et ça a l’air déjà super ;)

  • Avatar
  • Excellent; je me suis reconnu dans mes ambitions, d’aller évangéliser les coupeurs de tètes!!

  • Avatar
  • Bonjour Syella N je pense avoir la meme question que Mary en effet elle dit de bien avoir compris qu(il faut se fixer certaines limites physiques mais comment faire pour fixer les limites émotionnelles? est-il possible de limiter les émotions? (sentiments,attirance pas physique mais relationnelle….)

      Avatar
    • Bonjour Sephora !
      J’espère t’avoir répondu avec la réponse donnée à Mary ;)
      PS : une attirance n’est pas un péché, mais plutôt ce que tu en fais…

  • Avatar
  • Cool le msg! Je pense que toutes les soeurs devraient le lire (même les hommes d’ailleurs). Très simple et pourtant si édifiant. Gloire à Dieu! Merci sister. Dieu te bénisse grave! Kisou.

  • Avatar
  • Alors tout d’abord je suis contente pour notre Stella.
    Cependant quand je lis les 1ères lignes de l’article, par rapport à son âge, son diplôme, du fait qu’elle a cherché à savoir avec qui elle se mariera (question que nous nous sommes presque toutes posées je pense) je me dis mais ne nous laissons pas mettre la pression. Je ne vous parle même pas de certaine culture où quand tu dépasse 30 ans ta situation devient une urgence nationale :) Ce que je veux souligner c’est que lorsqu’on est tellement entêtée pour se marier on va avoir moins de patience pour chercher la voix du Seigneur pour que seule sa volonté parfaite s’accomplisse. Beaucoup se sont mariés par précipitation, par pression, etc… c’est triste car les mariages ne durent pas dans ces situations. Bien entendu, je ne généralise pas.
    Quand je regarde à ma propre expérience, je retiens surtout que j’ai arrêté de chercher qui sera mon mari ! je n’ai pas cherché à tenté Dieu ! je n’ai pas soumis mes conditions à Dieu, j’ai plutôt chercher à connaitre ce qu’Il veut. J’ai choisi de vivre le Seigneur ! Tout ce qui comptais pour moi et c’est toujours le cas, c’est de vivre le rêve de Dieu pour moi. Car je ne voulais pas me marier pour me marier, avoir des enfants etc… et après quoi ? c’est beau tout ça mais je crois profondément que Dieu nous a créé pour une raison, pour Sa gloire. Ce que je veux dire c’est qu’il a beaucoup plus que ça pour nous.
    Les principales questions qu’on doit se poser, selon moi : est ce que je connais réellement mon Seigneur ? est-ce que j’ai une vraie relation avec lui ? est ce que je connais Son plan pour ma vie ? est ce que je vis pour accomplir Son plan ? est ce que je fais de lui ma priorité ?
    Parce que si je vis dans Sa parfaite volonté, je ne manquerais de rien !!!!
    Les filles, chères sœurs en Christ, cherchez d’abord à rencontrer réellement votre Dieu, à avoir une relation avec Lui et je vous garantis que Dieu vous bénira bien au delà de ce que vous demanderez.
    Je suis mariée depuis 18 mois et ce n’était pas dans mes plans à la base :) car je voulais seulement servir mon Seigneur mais Lui a décidé autrement et m’a permis d’être une aide dans Son service au côté de mon mari.
    Pour finir, le mariage ne doit pas servir nos besoins nos intérêts mais le Seigneur.
    Je suis heureuse de savoir que mon mari et moi nous sommes tous les 2 ensemble dans Son service pour Sa gloire.
    La moisson est grande, vivons pour servir et non pour notre plaisir ! le mariage est une bénédiction de Dieu laissez Le vous conduire et vous préparer à SA façon.
    Soyez bénies !!!

    « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus »
    Matthieu 6:33

    « Confie-toi en l’Eternel, et pratique le bien; Aie le pays pour demeure et la fidélité pour pâture. Fais de l’Eternel tes délices, Et il te donnera ce que ton coeur désire. Recommande ton sort à l’Eternel, Mets en lui ta confiance, et il agira »
    Psaumes 37:3

      Avatar
    • à mabellzico merci pour votre commentaire qui m’édifie. C’est vrai que c’est là l’essentiel: rechercher la volonté de Dieu, vivre pour servir. Oui le mariage c’est beau mais ce n’est pas une fin en soi. J’avais besoin de ce rappel! (car ça vaut aussi pour les hommes! :-)

  • Avatar
  • Merci Mabellzico, merci infiniment pour ton commentaire ,

    Merci pour ce rappel , c’est vrai que passer 30 ans dans certaines cultures ( comme la mienne) ne pas être mariée devient une tare ou une malédiction. Te lire me permets de reconnaitre la priorité . Sois bénis

  • Avatar
  • j’apprecie ces paroles de sage! si et seulement si nos soeurs chretiennes pouvaient s’en servir pour faire de leur foyer un havre de paix pour glorifier le Seigneur.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *