Nouvel année 2016 : À ceux qui désirent un réveil

Aux personnes qui désirent un réveil est un article tiré des méditations de Charles H. Spurgeon.

 

« Que la foi, la paix et la charité soient avec tous les frères, de la part de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ. Amen ! »

Chers frères et chères sœurs en Jésus-Christ,

Permettez à une faible voix amie de s’introduire jusque dans vos maisons, pour vous apporter, tout d’abord, un vœu de bénédiction sur vous et sur les vôtres.

  • Puisse cette année [2016], qui s’ouvre à tous d’une manière si sérieuse, vous être, à vous et à votre famille, un an de grâce toute nouvelle ! Un an qui marque dans l’histoire de votre âme comme un grand pas fait dans la foi, dans l’amour, dans le détachement du visible pour l’invisible ! ­
  • Puisse-t-elle vous être un an qui marque dans l’histoire de votre famille par ces conversions si ardemment désirées de vos cœurs, par ces réveils qui transforment des Saul en Paul, par ces réformes qui changent des maisons de trouble en Béthels !
  • Puisse-t-elle surtout être réellement, pour notre bien-aimé pays, « l’an favorable, l’an de la bienveillance et du salut ! »

Pour cela, chers amis, nous sentons tous, n’est-ce pas ? le besoin d’en faire une année de prières. Oui, nous sentons le besoin de nous réveiller dans ce « travail à genoux », le plus puissant de tous. Nous sentons le besoin que notre bon Dieu daigne « vivifier nos os desséchés », daigne réveiller nos familles, nos Églises, notre patrie. Nous sentons, en un mot, qu’il nous faut une Pentecôte au milieu de nous comme celle qui (gloire à Dieu !) commence à poindre déjà, comme un nouveau jour, sur plusieurs lieux de notre globe.

Bénissons Dieu ! Car ce besoin, ce désir, « cette faim et cette soif » de l’Esprit, cette recherche plus sérieuse, plus vivante de la prière, soit de la prière individuelle, soit de la prière collective, ne sont-elles pas déjà un commencement de réveil ? Ne sont-elles pas déjà un premier exaucement ?

Cependant, disons-le, qu’est-ce qui a été obtenu, en comparaison de ce qu’il faut obtenir ?

Les « vierges sages » s’aperçoivent qu’elles sont appesanties et s’en affligent : bien ! Mais ce n’est pas tout ! Il faut qu’elles rallument leurs lampes et reprennent leur course au devant de l’Époux. Il faut que, luttant plus énergiquement que jamais contre l’ennemi qui veut anéantir leur œuvre et leurs forces, et qui se sert pour cela de tous les moyens : alanguissements de la foi, inquiétudes de cette vie, adversité et prospérité, maladies morales et physiques, impuissance à la prière, conscience faussée sur l’importance des devoirs terrestres, les mille liens enfin qui clouent à la terre l’âme qui voudrait s’élever au-dessus ; il faut, que dis-je, que, prenant toutes les armes de Dieu (Éphésiens 6), elles se réveillent dans le combat ; ils faut qu’elles redeviennent des Jacob « luttant avec Dieu, pleurant et demandant grâce » (Osée 12), jusqu’à ce que la bénédiction descende.

Ah ! Qui d’entre nous n’aspirerait à ce beau nom d’ « Israël, vainqueur de Dieu » ? Qui de nous voudrait, au dernier jour, entendre ce reproche de la bouche de nos enfants, de celle de nos parents, de nos amis, du moindre de nos compatriotes même : « Tu pouvais m’obtenir le salut, et tu ne l’as pas fait ! »

Quelle sérieuse pensée !

Frères et sœurs, commençons l’année avec elle, et puisse cet appel que nous aurons reçu à son aurore ne pas retomber, comme un poids douloureux, sur notre conscience au 31 décembre prochain, s’il nous fallait encore une fois nous dire comme à celui de [2015] peut-être :

« Mon âme, as-tu prié comme tu le devais ? Humilie-toi ! Sinon, c’est une année de perdue !… »

Avatar
Auteur : Nicolas B

25 ans, rébellutionnaire marié à une chouette jeune femme, travaille en finances d'entreprise, et co-responsable du Cercle d'Affaires pour Christ.

Voir tous ses articles →