Le livre du mois « La Bible Louis Segond 1910 » – TBS

30 Déc 2015 28 commentaires

La période de Noël étant spéciale et étant honnêtement à cours d’idée pour le livre du mois (je n’ai pas lu de livres en français depuis un mois…), je te propose une recension particulièrement spéciale : celle de la Bible que j’utilise tous les jours. J’expliquerai pourquoi j’ai choisi celle-ci pour toujours (à moins que peut-être je la perde prochainement) sachant que j’en ai eu au moins 2 auparavant, ses avantages et ses points faibles.

Quand j’ai grandi à l’Église, j’avais tendance à lire la version « Français courant » qui a le mérite de rendre le message biblique « ultra compréhensible » car dans cette version seul un nombre limité de mots simples sont utilisés. Ensuite est venu le jour de mon baptême où mon Église m’a offert ma première Bible d’étude : la Bible d’étude MacArthur (en anglais MacArthur Study Bible) reprenant l’édition de Genève de 1979 de la version Louis Segond (à la fois proche des textes originaux donc plutôt littérale et compréhensible). Je ne vous cache pas que j’étais en extase le jour où je l’ai eue entre mes mains, c’était la première fois que je voyais un commentaire de la Bible entière assez costaud et pertinent sur de nombreux points (bien que personnellement je ne suis pas d’accord sur la position de la fin des temps dispensationnaliste présentée par l’auteur). J’ai du passer des heures à lire cette Bible et les notes comprises avec.
Mais finalement, j’ai remarqué que je passais plus de temps à lire les notes de la Bible d’étude plutôt que la Bible elle-même (si tu as une bonne Bible d’étude je parie que ça t’est déjà arrivé), ce qui m’a poussé non pas à la jeter à la poubelle mais plutôt à trouver une Bible « normale », c’est-à-dire sans commentaire à côté susceptible de me tenter. C’est alors que je suis tombé sur une Bible plutôt sobre et simple ; la Bible version Louis Segond 1910 aux éditions Trinitarian Bible Society qui est devenue ma Bible de lecture.

Plusieurs raisons pour lesquelles j’ai retenu cette version et cette édition :
– La version avec des mots anciens me permet d’apprendre des mots de vocabulaire que je ne trouve pas dans d’autres versions plus récentes (ex : longaminité, tribulation, aspic, incorruptibilité etc) mais utilise à côté d’autres versions plus modernes comme la Semeur ou la Segond 21.
– La version 1910 retient plus le sens original que la version Segond 2007 (j’avoue que je n’ai trouvé qu’un exemple pour l’instant mais assez significatif, dans Ro 3.25 ; 1 Jean 4.10 ; 1 Jean 2.2 : propitiation (l’action d’apaiser la colère de Dieu ce qui a pour conséquence de le rendre propice envers les pécheurs) est remplacé par l’expiation (l’action d’ôter le péché).
– L’édition possède beaucoup de pages blanches au début et à la fin (en tout 6 pages recto-verso), donc beaucoup d’espace pour écrire et prendre des notes (j’en ai vu moins, voir pas du tout dans les Bibles Segond 21 blanches et Bible Semeur aux éditions Excelsis).
– La Bible de cette édition est légère.
– Tourner les pages est facile et arriver à un passage devient très rapide (surtout avec l’habitude) avec cette édition : elles sont très mobiles, ne collent pas et sont facilement saisissables avec les doigts.
– Dans cette édition, il n’y a pas de découpage prédéfini sur le texte biblique : je veux dire que les paragraphes ne sont pas définis par défaut, donc on est beaucoup moins influencé lors de notre lecture et étude de la Bible à adopter un découpage déjà préconçu par les éditeurs (en revanche il y a des titres sur les coins en haut à gauche et en haut à droite des chaque page qui indiquent le sujet des passages).
– La page de couverture est sobre comparée à d’autres trop surchargées à mon goût.

Passons désormais aux inconvénients :
– Cette Bible est fragile, il faut en prendre soin (surtout des passages que vous consultez le plus !) car les pages peuvent se détacher facilement au fil du temps. Par exemple j’ai dû consulter plus d’une centaine de fois Romains 9 à 11 et les pauvres pages contenant ces chapitres se sont détachées. J’ai donc dû les recoller avec du scotch. De plus la couverture, les faces avant, arrière et sur le côté se délient et se séparent facilement. Il ne faut pas la jeter (en tout cas trop souvent) par terre, sur le lit ou ailleurs.
– Les mots qu’elle contient font partie du vocabulaire de 1910, ils sont donc parfois périmés et dépassés (archaïques) ; tu auras sûrement besoin de consulter un dictionnaire ou d’autres versions plus récentes et compréhensibles comme la Semeur et la Segond 21. Mais que cela ne te décourage pas ! Transforme comme moi cet inconvénient en avantage, en lisant cette Bible tu apprendras quelques mots.
– La version 1910 ne tient pas compte des dernières découvertes et avancées archéologiques et bibliques concernant les manuscrits. C’est pour cela qu’il convient de consulter des versions plus récentes qui tiennent compte des nouvelles trouvailles.

Tu peux te procurer cette Bible ici ! Pour la nouvelle édition (même contenu à l’intérieur mais nouvelle couverture que je trouve trop surchargée, « moderne »), clique ici.

Laurent
Auteur : Laurent

20ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →