5 raisons de lire des livres de théologie

L’expression « livres de théologie » effraie certaines personnes. C’était mon cas il y a quelques années. Je pensais aux centaines de livres qui s’alignaient dans les étagères de la bibliothèque de mon père, et à tous les gros volumes de théologie (ce n’était même pas de la fiction !) qu’il lisait, et je savais que je ne pouvais pas les lire.

Ils étaient pour l’élite spirituelle, les pasteurs et les enseignants. Ils étaient trop au-dessus de mon niveau : je n’étais pas assez vielle ou mûre pour les lire. Je pensais que je préférais largement la fiction. Et, pour être tout à fait honnête, je pensais qu’ils étaient absolument ennuyeux. 

Mais ces dernières années, mon opinion a radicalement changé. Maintenant, j’aime les livres de théologie, pas toujours parce qu’ils sont faciles à lire ou parce qu’ils satisfont ma soif de divertissement, mais pour des raisons bien plus importantes.

Alors, comment ce changement s’est-il opéré en moi ? Eh bien, ça n’a pas été très rapide. C’est venu au fil du temps, au fur et à mesure que mes pensées changeaient, évoluaient, et, je crois, mûrissaient. Je me suis finalement mise à lire des livres de théologie pour cinq raisons, qui me poussent à croire que chaque chrétien devrait lire des livres de théologie.

1. Les livres de théologie font passer du divertissement à l’éducation

Le premier but d’un livre de théologie n’est pas de te divertir mais de t’en apprendre plus sur l’identité de Dieu. « Connaître Dieu » de J.I. Packer n’est pas censé être une lecture qui procure un sentiment de bien-être et réchauffe le cœur, mais plutôt une amorce intellectuelle qui consolide ton esprit et t’invite à passer d’une lecture de pur plaisir à une lecture qui fait gagner en connaissances.

Tu n’apprendras pas, et ne pourras pas apprendre les mêmes choses à propos de Dieu dans un roman ou une série, même s’ils sont très bons.

2. Les livres de théologie donnent à ton cerveau de la viande au lieu du sucre

Nos cerveaux ne peuvent ingurgiter tellement de fiction superficielle, tellement de Disney Channel, tellement de chansons futiles sans finir par mourir d’envie d’avoir quelque chose de meilleur que du sucre : ils veulent de la viande.

Et les livres de théologie dispensent ce dont manquent les autres moyens de divertissement.

Par exemple, « True Spirituality » de Francis Schaeffer n’est pas facile à lire, mais il va incontestablement stimuler ton esprit et le faire réfléchir au concept même de la théologie.

Il fait partie de ces livres qui te donnent mal à la tête à force de trop lire, mais c’est un bon mal, comme lorsque tu fais du sport et que tes muscles tirent parce que tu les as utilisés. C’est à cela qu’on reconnaît un bon livre.

3. Les livres de théologie te font mûrir spirituellement

Plus tu lis des livres de théologie, plus tu mûriras dans la foi, et plus tu augmenteras tes connaissances spirituelles.

Commencer avec des livres qui introduisent à l’Évangile, comme « Qu’est-ce que l’Évangile ? » de Greg Gilbert, t’oblige à compter avec ce que tu crois et ce qui modèle ta foi, au fur et à mesure qu’elle augmente. Tu vas grandir, et c’est la marque d’un vrai chrétien.

4. Les livres de théologie t’instruisent à propos du péché

Les livres qui t’en apprennent plus à propos de Dieu vont nécessairement t’en apprendre plus à propos du péché.

« The Holiness of God » de R.C. Sproul ne parle que de Dieu et de sa droiture, mais au fur et à mesure que tu verras la sainteté de Dieu révélée, tu verras avec douleur que tu es sans aucun doute un pécheur. Ce qui te conduira à la repentance.

5. Les livres de théologie t’encouragent

En plus de tout cela, bien que les livres de théologie puissent t’accuser et t’amener à pleurer sur tes péchés, ils peuvent aussi t’encourager.

Des livres comme « Desiring God » [Prendre plaisir en Dieu] de John Piper te remplissent de joie en regardant la gloire de Dieu et sa personne, et t’encouragent dans ta marche vers Dieu !

Je me souviens de la joie qui montait dans mon cœur quand j’ai lu que la mission du chrétien est « de réjouir Dieu en le glorifiant pour toujours », comme l’écrit Piper, et de m’être alors dit : « Je veux plus de cela. Je veux connaître Dieu. » C’est ce que les livres de théologie devraient te faire dire.

À la fois un devoir et une joie, les livres de théologie ne devraient pas nous effrayer. Ils devraient nous faire avancer, parce que leurs vérités nous attirent, nous réchauffent et nous lavent dans l’éclat d’un grand, très grand Dieu. C’est le but de la lecture.

Article traduit de l’anglais, avec autorisation. Tu peux retrouver l’original ici.

Auteur : Jaquelle Crowe

Jaquelle, 19 ans, est éditrice en chef du mouvement The Rebelution (version anglaise de la Réb'). Elle contribue également au blog desiringGod et The Gospel Coalition.