Chrétien et téléchargements illégaux (3/3) – L’essentiel : glorifier Dieu

Suite et fin de la série de Noémie G, 19 ans, étudiante en 2ème année de droit et disciple de Jésus-Christ.
Tu peux retrouver le 1er article ici (Prise de conscience), et le 2ème article ici (Obéir à la loi).

Fais attention aux idoles

« C’est plus simple, plus rapide, plus sûr, et pas vraiment plus cher…Si vous avez essayé le partage de fichiers, vous avez dû avoir quelques déceptions, combien de films de mauvaise qualité ? Combien d’archives vérolées avez-vous réussi à télécharger « gratuitement », en laissant tourner votre PC des nuits entières ? Et même si vous pensez passer à travers tout cela, n’êtes-vous pas en train de devenir simplement accro au gratuit ? »

Et si je te disais que cette citation n’est même pas issue d’un site chrétien ? Même les non-chrétiens voient que ce n’est pas correct et que cela peut vite devenir une addiction.

Encore une fois, je ne cherche pas à susciter la culpabilité. Je l’ai moi-même vécue. Simplement, je souhaite qu’en toute humilité, nous tournions nos regards sur ce que nous dit la Bible. 1 Jean 2.15 nous dit : « N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui. » Je ne crois pas que ce verset nous exhorte à vivre de façon marginale. La question est de savoir si Dieu est la priorité dans nos vies. Si je ne peux pas m’empêcher de regarder des séries illégalement pour connaître la suite de l’épisode, en sachant que je ne devrais pas, n’est-ce pas avoir une idole ?

Tu es un disciple de Christ

Lorsque nous avons rencontré le Seigneur pour la première fois, nous avons fait l’expérience de la repentance. Ce désir de s’éloigner du péché dans lequel nous vivions auparavant pour suivre Christ. La Bible enseigne que c’est une démarche quotidienne. L’apôtre Paul est clair : quand nous sommes en Christ, ce n’est plus nous qui vivons mais c’est lui qui vit en nous. On peut lire aussi dans 1 Corinthiens 10.31 : « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu. »

Du coup, la question n’est pas juste :« Puis-je faire ceci ? » C’est plus précisément : « Est-ce que j’agis dans le but d’honorer Dieu ? » Personnellement, je réalise que télécharger un film illégalement pour ensuite en discuter tranquillement avec une amie fausse quelque peu mon témoignage.

La gloire de Dieu doit passer avant notre propre vie. Pour reprendre les termes d’Olivier Favre, « la question n’est pas de savoir comment je peux utiliser au maximum ma liberté, mais plutôt comment utiliser ma liberté pour rendre gloire à Dieu ».

Réfléchis ! En plus, ça peut te donner des occasions pour évangéliser en expliquant à tes ami(e)s, pourquoi tu ne télécharges plus illégalement. Ainsi, tu auras beaucoup plus de temps pour lire ta Bible, des livres chrétiens et passer du temps en prière. Je suis convaincue qu’avec l’aide de Dieu, tu pourras y arriver !

Rébellutionnaire, prêt à honorer Dieu dans tous les domaines de ta vie ?

Noémie G

Noémie G

24 ans, disciple de Jésus, étudiante en droit, membre à Agape Campus Paris. Mais aussi : émerveillée par l'action de Dieu dans nos relations humaines !

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

16 Commentaires

    Avatar
  • Bonjour
    Je suis heureux d avoir lu ces articles qui je crois vont me donner une autre vision. J utilise pour ma part le streaming sur YouTube . Mais la je vais avec l aide me mettre a l ouvrage pour arrêter ça.
    Merci
    QDVB

      Noémie G
    • Bonsoir delon,
      Je suis contente que la série d’articles t’ait plu ! Merci pour le partage, c’est vraiment encourageant.

      Merci et que Dieu te bénisse également ;)

  • Avatar
  • Bonjour Noémie,

    Trés bon article, qui nous pousse premiérement à la reflexion et a nous recentrer sur Christ!

    Merci-sois bénis.
    Océane ;)

      Noémie G
    • Merci beaucoup Océ !
      De même, que le Seigneur te bénisse ;)

  • Avatar
  • Bonjour,
    Je suis vraiment bousculé par cet série d’article, à l’heure où ici chez nous, les enseignements, les musiques et autres, sont l’apanage d’un grand nombre, vue qu’ils ne peuvent se procurer les œuvres originales qui sont soient quasi inaccessibles à cause des prix, ou alors indisponibles (je suis en Afrique centrale). Que le Seigneur te bénisse

      Noémie G
    • Bonsoir Martin,
      Merci beaucoup pour ton commentaire sincère. Je reconnais que cette situation n’est pas évidente. Je pense que tu devrais lire les deux articles qu’évoque pepescafe ci-dessous, pour élargir ta réflexion :)

      Merci et que le Seigneur te bénisse également !
      Noémie

  • Avatar
  • Bonjour,

    Intéressante série, dont le but est évident : in fine, « se garder des idoles » et « honorer Dieu ».
    Merci.

    D’autre part, votre article soulève la question de ce qu’est « glorifier Dieu », à savoir : « manifester le caractère de Dieu ». Néanmoins, la perspective que vous avez adoptée me paraît plus individuelle que communautaire(le commentaire de Martin ci-dessus est à ce sujet intéressant), et plus centrée sur « le droit » que sur le devoir réciproque. Et c’est dommage.

    Certes, il y a bien entendu « le devoir »(et « l’obligation ») de « respecter la loi », ainsi que la question du « vol ».
    Mais(et encore une fois, c’est dommage-la série n’y répond pas) pour qui est au service la loi ? La loi est-elle juste ? Quels intérêts réels sert-elle ? Ceux de l’artiste ?
    Et pourquoi le vol serait-il à rejeter ? Parce qu’il transgresserait un éventuel droit à la propriété ? Ou parce qu’il s’agit d’une action destinée à se servir soi-même plutôt que de servir la communauté ? Parce qu’il s’agit d’une action qui ne manifeste donc pas le caractère de Dieu (« ne glorifie pas Dieu »), « en ce qu’elle ne témoigne pas de la richesse surabondante du Christ » ?
    Les questions sont nombreuses.
    A quoi sommes-nous invités à vivre, en tant que corps de Christ, au niveau universel, et en tant qu’expression locale de ce même corps ?
    Pour le détail, je fais à nouveau référence à deux articles intéressants pour le point de vue original adopté cf https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2015/10/02/soyez-mes-imitateurs-comme-je-suis-moi-meme-un-imitateur-1-cot-11v1/
    Vos remarques m’intéressent : merci par avance.

    Bien à vous et bien fraternellement,
    Pep’s

      Noémie G
    • Bonsoir pepscafe,

      Merci beaucoup d’avoir lu la série et d’y apporter des remarques et ressources très pertinentes ! C’est vrai, mon approche est individuelle. Je dois aussi avouer que c’est la première fois que j’écris des articles et, sans vraiment le vouloir, je me suis appuyée sur mon expérience personnelle. Les questions que vous soulevez sont intéressantes et je m’excuse de ne pas les avoir abordées. Néanmoins, ce sujet étant délicat, j’ai souhaité aller à l’essentiel.

      Ensuite, dans votre article je lis « Yannick Imbert recommande, « d’un point de vue chrétien », de ne pas se « limiter à des réponses faciles ou à s’appuyer trop simplement sur quelques rares versets bibliques », mais de privilégier une vision biblique plus profonde, allant « jusqu’à regarder à la notion d’imitation dans la Bible ». S’il estime « important de respecter les lois », il est aussi important « d’aller plus loin, en appelant un changement de ces lois si elles ne sont pas justes » ». Je suis entièrement d’accord avec ça. J’ai conscience que dans certaines situations ce n’est pas évident. En effet, le commentaire de Martin en est un exemple. Pourtant, je pense que pour nous, qui vivons dans un pays occidental, obéir à la loi est nécessaire. Je reprends une phrase du commentaire de Jean-Michel Mermet (sous le second article) qui me paraît juste et qui rejoint votre article  » « Respectons la loi, oui, ET faisons également savoir à ceux qui écrivent les lois que le droit d’auteur est parfois abusif et protège des intérêts particuliers au détriment de l’accès à la culture pour tous ».

      En Christ,
      Noémie :)

  • Avatar
  • Bonsoir Noémie,

    je vous remercie pour votre lecture attentive et pour votre réponse, ainsi que vos encouragements, de nature à approfondir ce sujet.
    Vous écrivez pour la première fois ? Je n’aurai pas cru(sincèrement). Merci d’avoir partagé votre expérience.
    A noter que l’article d’Olivier Keshavjee est pas mal non plus !
    Sinon, puisque vous relevez les limites du droit d’auteur, il serait peut-être plus pertinent, à l’instar de Y. Imbert, de parler de paternité intellectuelle, plus que de droit d’auteur. Affaire à suivre !
    Fraternellement, et au plaisir de vous lire !
    Pep’s

  • Avatar
  • Slt ! C’est vraiment un bon article qui plus est pertinent à notre époque. Quoique, résidant également ds un pays d’Afrique centrale comm Martin, je peux dire que cett question ne se pose pas ici. En effet, sans le telechargement, ns serions coupés du monde vu ke ces oeuvres originales ne parviennent pas jusqu’à nous. Sommes ns de bad chrétiens ? mm s’il nia pas de loi, notre comportement est il juste ? Ss prétexte ke d homm ne l’ont pas décrété ?
    Je suis d’accord avk l partie où vous faites allusion à la liberté chrétienne. Et je pense à ce passage où Paul demande ke notre liberté ne sois pas une occasion de chute pour l prochain. En effet, si copier en Europe peut heurté l prochain, autant arrêter À partir de ce postulat, un chrétien en occident peut décider de ne plus telecharge pour servir de modèle tandis que celui en Af Centrale peut l faire sans ke l’autre ne soit heurté.
    S’agissant d lois, c’est pas vrai ke l piratage ds un but privé est permis m p ds un but commercial m prénons l cas où un habitant d’une zone dépourvue d’accès Internet veuille avoir une série, serait il juste kil n’y ait pas accès ss prétexte k l vente de ces oeuvres est interdite ?

  • Avatar
  • Waouhhh!!! Je suis bouche bée! Ces choses qu’on simplifient, qu’on croit insignifiantes et qui pourtant peuvent nous gâcher toute notre éternité. Merci pour cet article Noémie, ma pensée vient d’être sacrément renouvelée!!! Que Dieu nous donne grâce d’agir non pas parce qu’on en a l’envie ou même le droit, mais d’abord et surtout pour l’honorer et pour que Son nom soit à jamais glorifié!!!

  • Avatar
  • Bonsoir !

    Je me réjouis, Noémie, que vous ayez intégré l’équipe de « La Rébellution » ! Au plaisir de vous lire prochainement !
    Sinon, j’en profite pour redonner de l’actualité à votre article, en vous signalant une nouvelle série en cours de Yannick Imbert sur la paternité intellectuelle, publiée sur le blogue « Le Bon Combat » :

    http://leboncombat.fr/paternite-intellectuelle-intro/
    http://leboncombat.fr/paternite-intellectuelle-2-histoire-philosophique-droit-dauteur/
    Et surtout : http://leboncombat.fr/theologie-biblique-droit-auteur/ (sur la notion de propriété)

    Bonnes lectures !
    Fraternellement,
    Pep’s

      Noémie G
    • Bonjour pepscafe !

      Merci pour votre accueil ! C’est vraiment une joie de servir avec cette équipe :-)
      Merci pour toutes ces ressources que je lirai attentivement ! Je reviens vers vous rapidement.

      A bientôt,
      Noémie

  • Avatar
  • Bonjour Noémie,

    je vous en prie, c’est avec joie !
    Je serai aussi très heureux de connaître votre réflexion à ce sujet.
    A noter le dernier article en date de la série amorcée, dans lequel l’auteur nous invite à « distinguer clairement si le concept de propriété s’accorde bien avec celui du droit d’auteur » : http://leboncombat.fr/propriete-ou-paternite-intellectuelle/

    Bien à vous et le meilleur pour vous sur « La Rebellution » !
    Fraternellement,
    Pep’s

      Noémie G
    • Bonjour pepscafe,

      Je vous prie de m’excuser pour ma réponse tardive. J’ai pris énormément de plaisir à lire ces articles, merci beaucoup ! J’ai hâte de lire le dernier.

      Si je devais faire un résumé de ces 5 articles (pour ceux qui ne liront pas la série), je retiendrais que :

      1. Le débat entre les défenseurs du copyright et les défenseurs du « droit de diffusion » existe depuis plus de 15 siècles. En cela, nous nous trompons si nous pensons pouvoir résoudre le problème facilement. C’est pourquoi, « il serait aussi erroné de penser que, quelque soit sa propre position, les « autres » n’ont pas une position chrétienne acceptable ».

      2. Les philosophes des Lumières ont posé les fondements de l’individualisme juridique en matière de diffusion d’idées. La propriété publique était considérée comme la règle et le droit d’auteur comme l’exception. Dès lors, le but d’origine de ce dernier revenait à favoriser l’accès à l’apprentissage.
      Par ailleurs, Locke estime que le fondement de la propriété est dans le travail. L’idée et l’exécution de l’idée (la production) sont protégées de la même façon. On suppose que l’idée protégée a un caractère unique et celle qui ne l’est pas est insignifiante.
      Kant, lui, modernise la notion d’auteur en fondant la « propriété intellectuelle ». Ainsi, le plagiat revient à s’approprier une idée qui n’est pas la sienne.

      3. La source de tout bien matérielle est Dieu lui-même. L’homme fait à son image, a été créé pour posséder. De ce point de vue-là, la possession est quelque chose de positif au service de notre prochain.
      Pour Calvin, la « propriété individuelle » est le fruit de la providence divine et nécessaire à l’ordre publique.
      La question à se poser est donc : quel est le fondement moral de cette propriété personnelle ?
      – Le Psaumes 24 :1. Dieu fait de nous des gérants de sa propriété.
      – Le 8e commandement, ne pas voler.
      Ainsi, la propriété n’est pas qu’un droit personnel, c’est un devoir envers son prochain. « Les droits que nous avons sur notre « propriété » doivent être considérés à la lumière de notre utilisation de ces derniers pour le bénéfice de notre prochain ».

      4. La notion de « propriété » devient un problème lorsqu’elle est associée à un ensemble de droit et d’obligations liées à la créativité humaine.
      La notion de paternité n’implique pas celle de possession. La paternité intellectuelle implique que nous reconnaissons et sommes reconnus comme l’origine de l’idée, mais non leur propriétaire.

      5. « Selon Poythress, les lois actuelles – auxquelles nous devons nous soumettre – devraient être changées car elles ne remplissent pas leur objectif. Il considère que le problème principal est le rejet de toute légitimité au droit de copie. (…) En effet, ce droit met en valeur :
      • Le fait que nous ne sommes que des êtres créés par Dieu pour imiter ;
      • Que tout lui appartient ; et que
      • La copie (ou l’imitation) peut être au bénéfice de tous, en particulier des plus défavorisés. En cela, le « droit à la copie » est aussi une manifestation de notre amour du prochain ».

      Ces articles ont ouvert mes perspectives sur la question. La distinction entre la propriété et la paternité est intéressante. Certes, la notion de propriété dans notre législation est critiquable sur certains points. Je suis d’accord pour dire que le droit à la copie peut aider les plus défavorisés (cf. commentaire de Martin). Mais, je n’arrive pas à y voir la portée pratique pour l’ensemble des individus. Notre prochain n’est-il pas également celui qui a durement travaillé ? Je suis d’accord, le charpentier et l’écrivain méritent d’avoir les mêmes droits. En cela, la législation est effectivement a changer.

      Notons également les propos de Yannik Imbert à la fin de son introduction « Quelle que soit notre position sur la question du droit d’auteur, nous ne pouvons pas attendre que nos contemporains puissent vivre une éthique chrétienne.
      Ainsi, toute proposition faite pour modifier la loi actuelle doit prendre en compte le fait que cette loi doive pouvoir s’appliquer à tous. Une proposition qui supposerait une pratique chrétienne ne pourrait pas être une proposition réaliste. En conséquence, même ceux qui souhaitent proposer une pratique plus en accord avec leur foi doive prendre en compte la spécificité de l’éthique chrétienne.
      Cela signifie aussi, et peut-être de manière plus importante, que notre attitude concernant la « propriété intellectuelle » est aussi une démonstration de notre foi et peut être qualifiée de spécifiquement chrétienne ».

      Avant de totalement me prononcer, je vais attendre de lire le dernier article.

      Merci de nous pousser à la réflexion sur un sujet si important,

      En Christ,

      Noémie

  • Avatar
  • Bonjour Noémie,

    tout le plaisir est pour moi !
    J’en profite pour saluer votre remarquable synthèse et réflexion, qui a le mérite de bien poser les enjeux de ce sujet important !
    A noter ce lien, pour disposer d’une vue d’ensemble de la série de Y. Imbert : http://leboncombat.fr/tag/paternite-intellectuelle/

    Au plaisir de vous lire.
    Fraternellement et bon WE,
    Pep’s

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *