Don du sang – « Omar m’a sauver »

Revoilà ce bon vieux Omar ! Mais, cette fois-ci, il n’est pas question d’une affaire judiciaire douteuse… Je n’ai pas pris cette photo sur une scène de crime, mais dans une clinique de don du sang. Cet endroit hospitalier où des vampires en blouse blanche t’offrent le lit et le couvert pour te prélever un ou deux verres de ce précieux liquide…

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale du don du sang. Et il n’est pas question de crimes et de morsures dans le cou, mais de générosité, de vie, de grâce.

 

La journée mondiale des donneurs de sang

Tu as sûrement déjà vu ces grandes banderoles blanches et rouges qui encouragent au don de soi le plus sanglant que tu puisses faire… La prochaine fois si tu passes à côté, tu ferais mieux de t’y arrêter.

Je ne sais pas si tu es au courant de l’importance de ce geste. Les besoins sont énormes : 10 000 dons par jour sont nécessaires. Chaque heure, 114 personnes sont soignées en France grâce aux dons de sang. Rien ne peut remplacer ce liquide précieux qui abreuve tes organes. Le sang récolté par l’EFS est indispensable lors d’accouchements, d’accidents graves, d’interventions chirurgicales ou du traitement de certains cancers.

Peut-être qu’un jour, tu te retrouveras dans un lit d’hôpital suite à une complication médicale, et tu seras bien heureux de voir un demi-litre de sang se déverser dans tes veines et te maintenir en vie… Tu pourras alors remercier cet inconnu héroïque : « Omar m’a sauver ».

Le don de sang est un acte généreux, nécessaire, simple, rapide, gratuit, sans danger, et en plus, tu as même des sucreries et des boissons à volonté à la fin ! Alors si tu es majeur et que tu pèses plus de 50 kg… Rejoins-nous !

 

Célébrons la vie, donnons notre sang !

Voilà le slogan de cette journée. Mais comment célébrer la vie quand celle-ci n’est qu’un souffle[1] ? Tout don de sang, aussi utile soit-il, ne fait que retarder l’inéluctable. Les progrès de la science n’ont pas encore permis de rendre l’homme immortel, même si des spécialistes assurent que certains vivront 1 000 ans

Pourquoi donc s’acharner à lutter contre la mort, puisque finalement, elle viendra te cueillir quelques temps après ? Même si aujourd’hui, tu peux célébrer la vie à ta manière, un jour ou l’autre, la mort te saisira sans crier « gare ». Et rare sont ceux qui sont prêts à quitter ce monde, qui ont un espoir solidement fondé pour le fameux « au-delà » qui nous attend tous.

Tu as donc deux possibilités. Soit tu adoptes le vieil adage « mangeons et buvons, car demain nous mourrons » avec lequel tu « profiteras de la vie », pour un temps. Ou alors, tu adoptes une autre attitude, qui te permet de ne pas craindre la mort… C’est cette seconde voie que je suis, et cela donne tout son sens aux dons de sang que je fais.

 

Ça me rappelle une autre histoire…

Il y a un homme qui a donné son sang pour le monde. Cet homme a marché sur la terre il y a 2 000 ans, et il était celui qui allait régler définitivement le problème de la mort. Cet homme, Jésus-Christ, est venu pour enlever le péché du monde[2], ce que la Bible appelle l’épine de la mort[3]. En perdant son épine, la mort a perdu sa puissance, et elle n’a plus aucune raison de nous inquiéter.

Il y a un Dieu qui voulait régler le problème de la mort. Pour cela, il a réglé le problème du péché. Quand il a envoyé son fils mourir sur la croix, il a pris la condamnation que nous méritions. « Il a été blessé à cause de nos fautes, puni à cause de nos transgressions »[4] de la loi divine. Nous ne craignons donc plus le jugement de Dieu, la dette est payée. Trois jours après sa mort, Jésus est ressuscité, et il montre qu’il est plus fort que la mort, qu’il est… Éternel. Il nous ouvre aussi le chemin à suivre, en nous prouvant, que s’il a survécu à la mort, il est capable de nous faire vivre la même chose…

Il n’y a rien à faire pour être sauvé. Avoir cet espoir en l’au-delà et ne plus craindre la mort, c’est une grâce que Dieu fait. Il te suffit de placer ta confiance en Dieu et dans ce sacrifice qu’a fait Jésus-Christ, il y a 2 000 ans, pour sauver l’humanité. Pour te sauver, toi ?

Et avec tout le respect que j’ai pour Omar, j’espère qu’un jour, tu pourras dire, comme moi :

« Jésus m’a sauver »

 
 

[1] Psaumes 144.4

[2] Jean 1.29

[3] 1 Corinthiens 15.56

[4] Ésaïe 53.5

Avatar
Auteur : Nicolas B

25 ans, rébellutionnaire marié à une chouette jeune femme, travaille en finances d'entreprise, et co-responsable du Cercle d'Affaires pour Christ.

Voir tous ses articles →