A genoux dès l’aube

20 Mar 2015 1 commentaire

Dans ma lecture du livre « Splendeur dans le secret » touchant le sujet de la prière, 1ère mission du chrétien, j’ai été particulièrement interpellé par un des chapitres qui se nomme : « A genoux dès l’aube » (9e chapitre de la 2e partie). Il parle de l’importance de se lever tôt pour chercher la face de Dieu dans la prière et dans la méditation des Écritures. Je pense que ce sujet nous concerne spécialement, nous qui faisons partie d’une génération qui a de plus en plus de mal à se lever tôt et qui apprécie grandement les grasses matinées. Le chapitre traite de ce sujet comme tel :

«  Les plus grands serviteurs de Dieu de ce monde se sont mis à genoux dès l’aube. Celui qui gaspille les premières heures du jour, avec leurs promesses et leur fraîcheur, à autre chose qu’à chercher le Tout-Puissant n’y pensera guère le reste du temps. Si le Seigneur n’a pas la première place dans nos pensées matinales, il viendra en dernier pendant le reste de la journée.

En nous levant de bon matin pour prier, nous prouvons que nous avons vraiment soif de Dieu. La nonchalance matinale est le signe d’un cœur attiédi. Celui qui ne voit pas l’intérêt à rechercher son Seigneur dès son réveil a perdu son élan pour lui. David aimait ardemment l’Eternel. Il avait faim et soif de lui et il le cherchait avant le lever du soleil. Il ne laissait pas son sommeil l’emporter sur sa communion avec le Seigneur. Christ aspirait ardemment à parler avec son Père. Pour cela, il se levait en pleine nuit pour aller prier sur la montagne. Lorsque les disciples se réveillaient, honteux de leur mollesse, ils savaient où trouver Jésus. Si nous étudions la vie des hommes qui ont fait une grande œuvre pour Dieu dans ce monde, nous constaterons que tous se levaient de bon matin pour être en contact avec lui.

Le chrétien qui se prélasse dans son lit au lieu de chercher le Seigneur n’a guère soif de lui et fera bien peu pour lui, car il fait passer son confort avant tout. Comme il se laisse tenter, dès le départ par le diable et par le monde, il n’accomplit pas grand chose par la suite.

Les hommes qui se lèvent tôt pour chercher Dieu deviennent ensuite de courageux capitaines de l’armée céleste, car ils ont soif de lui au point de vaincre leur paresse. Le fait même de se lever accroît leur désir d’être en communion avec leur Maître, alors que s’ils avaient cédé à leur tendance naturelle, ce désir se serait émoussé. Leur zèle les a poussés à sortir de leur lit et à se placer devant Dieu. Comme ils ont agi, leur foi a triomphé de leur paresse et leur cœur a reçu une révélation divine pleine et entière. Cette foi solide et cette grande révélation ont fait d’eux des saints éminents. Encore aujourd’hui, nous bénéficions des fruits de leurs victoires. Hélas, nous ne marchons pas sur leurs traces. Nous leur avons construit des tombes, nous leur avons dédié des épitaphes, mais nous ne suivons pas leur exemple !

Nous avons besoin d’une génération de prédicateurs qui cherchent Dieu dès l’aube et qui consacrent au Seigneur leurs premiers efforts et leurs premières pensées. S’ils le font, ils recevront quotidiennement une nouvelle onction divine, comme une rosée matinale, et toutes leurs activités seront pleines de joie et de force. Notre plus grand péché est la paresse qui nous empêche de chercher Dieu. Nous ne cherchons pas le Seigneur avec ardeur et persévérance. Personne ne peut trouver Dieu sans y mettre tout son cœur, et cela dès les premières lueurs du jour.  »

Et toi, es-tu prêt à te lever plus tôt que d’habitude et à passer du temps avec Dieu dès ton réveil ?

Laurent
Auteur : Laurent

20ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →