« Je suis plus fort que Jésus »

Article de Kevin, 18 ans, toulousain, étudiant en histoire-géographie, créateur de BTF, et surtout, disciple de Jésus-Christ.

 

Je suis persuadé que mon titre vous a rendu curieux. J’ai fait cela parce que je vais vous parler d’un des sujets les plus négligés dans notre vie de disciple de Jésus : la prière. Je ne veux pas avoir l’air d’un saint homme qui demande à d’autres de suivre ce qu’il vit. Je ne suis pas cet homme là. Bien au contraire, je connais ce fléau de délaisser la prière parce que je suis le premier des fautifs. Je crois que cette affirmation de Lewis doit nous faire réfléchir, si nous souhaitons être de vrais Rébellutionnaires : « Les gens comme moi, dont l’imagination excède largement l’obéissance, seront soumis à une juste sentence ; il nous est si facile d’imaginer des états ou des relations bien plus nobles que ceux que nous avons atteints en réalité. Si nous décrivons ce que nous avons imaginé, nous pouvons porter les autres, et nous-mêmes, à croire que nous y sommes réellement parvenus.»

Cet article est un appel à prier quotidiennement, car Dieu me l’a mis à cœur, et me façonne de jour en jour dans ma vie de prière. Je veux réellement que ce soit pour vous non une manière de vous rabaisser ou de vous culpabiliser, mais une nouvelle espérance, pour ressembler de plus en plus à Christ, et ainsi, rafraîchir votre vie de disciple.

 

Mon affirmation

Peut-être que mon titre, « je suis plus fort que Jésus-Christ » vous a étonné : n’est-ce pas le contraire ? Je veux provoquer en nous une prise de conscience que j’ai moi-même eue, notamment grâce à un message de Paul Washer. Réfléchissez un instant… « En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. » (Luc 6.12) ; « Jésus se retirait dans les déserts, et priait. » (Luc 5.16). Voici deux passages dans Luc où Jésus prends du temps dans la prière. Si vous prenez le temps de chercher, vous verrez que la prière était une vérité que Jésus vivait au quotidien. Dans la Bible, on voit comment Jésus prêchait (Marc 1.22). Tout les prédicateurs animés de l’Esprit-Saint aspirent à lui ressembler. Or, vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ses disciples ne lui ont jamais demandé « Seigneur, apprends-nous à prêcher » mais lui ont clairement supplié : « Seigneur, enseigne-nous à prier » (Luc 11.1) ? Inévitablement, on sait que Jésus était un homme de prière. Il le faisait d’une manière tellement vraie que ses disciples voulaient en savoir plus.

Si la Parole faite chair (Jean 1.14), – qui a créé toutes choses, qui est la vie, la lumière – passe beaucoup de temps pour se retirer dans la prière, comment se fait-il que nous, disciple et serviteur de Jésus, ne laissions au Créateur que quelques mots avant d’aller nous coucher ? C’est une vérité qui me pousse à tomber aux pieds du Maître. Lorsque nous ne prions pas, nous disons très souvent « je suis trop faible », en d’autres termes, nous nous croyons pas assez forts pour prier autant. Sachez au contraire, que c’est parce que nous nous sentons trop forts que nous ne prions pas assez. La prière est certainement une des disciplines de la vie chrétienne les plus difficiles car elle nous humilie, et notre chair n’aime pas cela. Elle balaye la paresse. Contrairement à l’étude de la Parole qui peut nous enorgueillir grâce aux connaissances que nous partagerons à autrui, la prière est une réalité entre nous et Dieu qui nous rends plus humbles. C’est pour cela que lorsque nous ne prions pas, nous proclamons que nous sommes plus forts que Jésus, que nous avons moins besoin que lui de la présence de Dieu. Et c’est ce Dieu qui nous offre son propre Fils à la croix, ce Dieu qui nous offre l’éternité avec Lui, ce Dieu qui nous bénit tant. Et cela n’est qu’une illusion, car nous sommes tellement faibles que nous devrions être dépendants de Dieu par le moyen de la prière. Finalement, lorsque nous sommes trop forts, nous ne souhaitons pas nous abaisser. Lorsque nous nous rendons compte de notre véritable faiblesse, à ce moment, nous capitulons et venons à Dieu, pour être en communion avec Lui.

 

Ne jamais se relâcher

Si Jésus était parmi nous, il nous dirait très probablement ceci : « il faut toujours prier, et ne jamais se relâcher » (Luc 18.1). A la suite de ce passage, voici son encouragement et son questionnement : « Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ? Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? ». Jésus lie la prière et la foi. Je trouve que ce verset est tout à fait approprié pour notre XXIe siècle. Avons-nous foi en Dieu ? Comment savons-nous cela ? Assurément, plus nous auront foi en Lui et plus nous passerons du temps en Lui par la prière. « Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé » (v14). Oh, mes amis, ne gâchez pas votre vie à des plaisirs qui n’en valent pas la peine. Notre siècle sombre dans la méchanceté, la pornographie, la violence, l’injustice, le mensonge, la désobéissance à Dieu… Disons un « non » catégorique à toutes ces choses. Fuyons-les. Et « approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. » (Hébreux 4.16).

 

Comment prier ?

Je suis très heureux du ministère de La Rébellution : vous pouvez trouver des réponses à cette question ici, ou encore dans le récent article de NotreÉglisePointCom. Ces articles sont approfondis et méritent d’être lus. Très globalement et de manière pratique, j’encourage chacun à prendre un temps de prière lorsque vous commencez votre journée. Certains diront « je n’ai pas de moment particulier, car il faut prier sans cesse » ; mais je crois très humblement que la prière est une discipline qui doit posséder un fondement régulier. Pour en arriver à prier sans cesse, il est nécessaire de prendre un temps habituel de prière dans un endroit calme, comme le faisait Jésus. Au début de la journée me semble la manière la plus appropriée, car de ce moment passé avec Dieu découlera le reste de notre attitude quotidienne : ainsi notre corps et notre esprit seront plus aptes à prendre plaisir plus naturellement dans la prière. Mais, bien sur, cela dépend de notre fonctionnement : créez une méthode selon ce que vous voyez dans la Parole, et approchez-vous de Jésus avec amour.

Es-tu prêt(e) à réformer ta vie de prière ?

Auteur : Kevin D.

Kevin, 17 ans, est toulousain, lycéen en terminale littéraire, créateur de BTF, et surtout disciple de Jésus-Christ.