Jaascaï – Lettre de feu

Article de Nathan, de la Reb’Team musique

Jaascaï est un groupe de rap lyonnais. Sur leur site web, leurs aspirations sont très claires et loin d’être masquées, l’un des buts primordiaux étant d’être témoins de Jésus-Christ partout (Actes 1.8). Leurs propres mots suffisent à résumer leur finalité : « Notre message est un message d’encouragement dans les épreuves, d’amour face à la haine, de compassion face à la crainte, de consolation face à la tristesse, de guérison face aux blessures, et bien sûr, de Vie face à la mort ». 

Sous l’impulsion du leader et principal acteur du collectif, Ludwig, le groupe sort un premier album en septembre 2011, intitulé « Lettre de feu », excellent opus poussé par une équipe talentueuse et éclectique.

Là où l’on pourrait s’attendre à un premier morceau introductif explosif, pour d’emblée dégager un mur du son solide et prometteur, le premier morceau éponyme émerge de manière confidentielle, avec subtilité. Il s’agit d’une lettre sincère, forte, s’adressant à chacun, afin de redonner courage et espoir lorsque les épreuves accablent. On y discernera un flow précis et calculé, qui n’est pas sans rappeler le style MC Solaar. L’aspect imposant que l’on prévoyait en intro débarque ensuite : le morceau « Un temps pour toute chose » fait allusion au texte de l’Ecclésiaste. Ce titre est superbement produit, avec un son propre, robuste, et qui claque, tout comme le titre suivant « Boxing » dans lequel on retrouve la première apparition du leader de Karisma, Thomas Blanc, aux vibes reconnaissables. 

Le morceau « El Amor » est sans doute le titre le plus abouti de l’album : le refrain est fort, marquant. Derrière ce titre se trouve une vraie démarche artistique. Là où l’on pourrait croire en une certaine facilité (un titre espagnol avec les quelques notes de guitare classique qui vont avec) se trouve un texte poignant et ajusté. Sans nommer Dieu (ni aucun autre terme explicitement biblique), Jaascaï nous parle de son attribut premier, plus précisément essentiel : l’amour. Ca fonctionne, et nous prouve tout le talent méthodique de l’artiste.

Sur cet album, Jaascaï s’essaye à un style plus électro/dance, avec les morceaux « Awesome God » et « À la recherche du bonheur » (dont le refrain chanté est porté par Thomas Blanc encore une fois), qui nous parle de témoignages puissants auxquels nous pouvons encore une fois nous identifier. Et loin de laisser un goût d’inachevé à ces compos, Jaascaï nous encourage et nous propose des solutions, comme dans d’autres titres tels que « Ouvre Ton Coeur », véritable confession du combat intérieur propre à chacun, porté notamment par la voix de Sandra Kouamé, membre du groupe Impact.

Soulignons également la participation remarquée et épatante de l’arrangeur Grégory Tanielian, donnant notamment à ces titres à tendance hip-hop une teinte accessible au plus grand nombre.

L’album est amené à son terme par un slam de Ludwig, un message clair est puissant, pour conclure d’une très belle manière en proclamant que Jésus est le chemin, la vérité, la vie. L’album s’achève sur « L’entrée Du Roi » une louange qui permet de ponctuer cet album définitivement emprunt d’une volonté de parler de l’essentiel. La priorité est réellement donnée au message à transmettre, au détriment peut-être parfois des rimes, prouvant ainsi que nous n’avons pas affaire à un flow qui divertit seulement, mais à un flow vertueux, réfléchi, et convaincu.

Nathan

Nathan fait partie de l'équipe musique de la Rébellution.

Tu devrais aussi aimer...

1 Commentaire

    Avatar
  • Merci pour cette article, cela nous va droit au cœur. Nous sommes vraiment heureux de l’impact de ce premier album « lettre de feu ». Que la Grâce de Dieu et ses consolations continuent de couler en abondance sur chacun, ainsi que sur chaque auditeur de ce premier opus

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *