Comment les maths m’ont appris à persévérer

Article de Hannah Leake, disponible sur le site de Therebelution en anglais.

Je ne peux pas dire que les défis que j’ai relevés aient été très spectaculaires. D’ailleurs, la plupart d’entre vous me considéreraient probablement comme la moins expérimentée pour écrire sur ce sujet.

Je n’ai mené aucune campagne politique. Je n’ai jamais récolté de grosses sommes d’argent pour une organisation ou un ministère, quel qu’il soit. Je n’ai jamais lancé d’entreprise. Je suis juste Hannah, une fille plutôt simple et ordinaire. Toutefois, ma vie est quand même remplie de défis.

L’épouvantable monstre des maths… Sérieusement !

Les mathématiques sont sans aucun doute l’obstacle le plus frustrant, douloureux et décourageant que j’ai rencontré au cours de ma vie et ce depuis l’âge de 5 ou 6 ans, celui qui m’a valu des litres de larmes.
Je réalise qu’énormément de gens ont dû se battre ou se battent encore avec les maths et je suis sûre que beaucoup d’entre mes lecteurs peuvent totalement s’identifier à mon histoire : une histoire de combats et d’échecs, d’abandon et de persévérance, et parfois de victoire et de liberté.

Je me souviens très bien de cette époque. Chaque jour qui passait était un combat. Les années s’écoulaient et les maths continuaient de me hanter. Je suis passée par l’algèbre 3 ou 4 fois et je n’y comprenais rien. J’ai fini par avoir mon baccalauréat simplement parce qu’il fallait que j’aille de l’avant et je ne pouvais pas rester au lycée éternellement à cause des maths.

Je n’ai pourtant pas été épargnée par ce monstre terrifiant à l’université. Il a continué de me hanter, de me traquer, de se jeter sur moi ! J’avais besoin de 4 crédits en maths pour avoir mon diplôme universitaire sinon j’avais un diplôme équivalent à deux années d’études après le bac.

J’ai étudié pour un test de maths pendant deux étés de suite – la pire manière de passer son été, soit dit en passant – et ensuite j’ai continué à réviser durant les vacances de Noël. À chaque fois je paniquais et je ne passais pas le test parce que je pensais qu’il me détruirait et que j’en étais incapable.

Au cours de mon 3e semestre d’université, lorsque les vacances de Pâques sont arrivées, je savais que je devais vaincre les maths. Je me suis inscrite pour passer mon examen, j’ai révisé une dernière fois et j’ai passé le test avec crainte et en tremblant, mais portée par les prières de mon entourage.
Je suis presque sûre d’avoir vécu les 90 minutes les plus longues de ma vie, mais par la grâce et miséricorde de Dieu, et grâce aux prières de beaucoup de gens, j’ai réussi le test et obtenu exactement le nombre de points qu’il me fallait.

 En essayant d’apprendre les maths, j’ai appris la persévérance

 J’admets tout à fait que j’ai échoué et abandonné à de multiples reprises, mais Dieu ne m’a jamais abandonnée et il m’a donné le courage de toujours m’y remettre et de réessayer encore et encore. Et oui ! Je m’y suis remise pour échouer encore, mais Dieu était toujours là pour moi.
Ce que je veux dire, c’est que relever des défis implique souvent que nous échouions et peut-être même plus d’une fois. Ce n’est peut-être pas quelque chose d’extraordinaire et de très glamour, mais c’est tout simplement un signe de foi, peu importe le contexte.
Relever des défis ne signifie pas nécessairement que tu changeras le monde, mais ça montre simplement que tu es fidèle et persévères dans les petites choses qui ne semblent pas faire de différence.
J’ai souvent été découragée en voyant des rébellutionnaires qui semblaient faire de grandes choses incroyables, alors que moi j’étais assise à la maison à lutter avec une autre leçon de maths sans jamais voir mes efforts porter leurs fruits, toujours en échec.

 Par contre, maintenant je peux regarder en arrière et voir que c’était une chose de plus dans ma vie pour laquelle j’avais persévéré et pour laquelle je suis reconnaissante. Relever le défi d’en finir avec les maths ne changera peut-être pas le monde, mais persévérer le peut – d’ailleurs, tu peux lire sur ce sujet l’histoire de William Wilberforce – .

Et toi rébellutionnaire, quels sont les défis qui t’enseignent la persévérance ?

 

Auteur : Hannah Leake

Hannah a 8 frères et sœurs, et passe son temps libre à faire du babysitting, à cuisiner et à apprendre le Grec.