Accro à la musique ?

16 Déc 2014 2 commentaires Nathan

 

Si le titre de cet article t’interpelle, je pense que tu pourras y retirer quelques éléments importants pour ta vie et ta relation avec Dieu. Et si cet article semble ne pas se rapporter à un domaine que tu affectionnes particulièrement (la musique), peut-être pourras-tu appliquer le sujet en question à une autre substance de ta vie.

Pourquoi accro à la musique ? Mon raisonnement est né après avoir réalisé la valeur de certaines vérités bibliques concernant ce que j’appellerai nos passions.

Un verset dans Matthieu 6.21 nous dit : « Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur ». Il s’agit là d’un verset délicat, car il est question de ton cœur et de ses goûts. Pour avoir moi-même été bousculé, je pense désormais comprendre réellement l’un des aspects de ces paroles de Jésus, et pourquoi nous a-t-il mis en garde.

Je m’attarde ici sur la musique, car je n’ai pas l’impression d’avoir lu tant d’articles que ça à ce propos.

Il est utile de comprendre que la musique occupe une place considérable dans notre société (il y en a partout !) ; à force de devenir transparente et d’être perçue comme inoffensive, elle ne figure pas d’emblée parmi les sujets qui pourrait déroger notre vie spirituelle. Cependant, elle peut représenter un piège potentiel sur le plan de l’amour que l’on y porte. Ton rapport avec la musique est-il occasionnel, ou cela prend-il une place prépondérante dans ta vie ? J’ai échangé avec plusieurs personnes à ce propos, et j’ai déjà entendu des paroles du style « En ce moment, j’écoute trop de musiques, c’est abusé… », ou d’autres propos soulignant une consommation abusive, et reconnue.

Pour établir une sorte d’examen vis-à-vis de la musique, les questions suivantes peuvent t’aider à établir un constat : t’arrives t’il de passer une journée sans écouter de la musique et de ne pas en ressentir de manque ? Conçois-tu d’effectuer un trajet (bus, métro, voiture…) sans être accompagné de musique ? Peux-tu te passer d’écouter de la musique pendant une semaine ?

Si ta réponse est non à une ou plusieurs de ces questions, une inspection sérieuse peut t’être nécessaire, car cela concerne notamment ta foi et ta relation avec Dieu.

La Bible nous met en garde à propos des idoles (rappel : une idole représente n’importe quoi ou n’importe qui, qui prend une place plus grande que Dieu dans ta vie). Si ta vie est construite ou tourne autour d’un même élément (passion, art, jeux vidéos, fréquentations, Smartphone ou autre écrans, divertissement, etc.) ou d’une même personne (copain/copine, membre de ta famille, etc.), il y a danger. Une idole est vite arrivée dans notre vie. Je dirais même, vite adoptée.

J’aimerais aussi souligner un autre aspect important : la musique a la faculté naturelle d’occuper nos pensées, et peut par conséquent, étouffer la voix de Dieu. Il peut nous parler à tout moment, et dès lors que notre attention est concentrée ailleurs, il est possible que nous passions à côté de certaines de ses pensées. Il n’est évidemment pas question de supprimer toute musique de ton paysage, mais reconsidérer sa place, et lui en assigner une qui n’enfreindra en aucun cas cette attention sur Christ que nous devons préserver. Par exemple, privilégier la lecture de la Bible traduit un sérieux désir de se préoccuper d’abord de son Royaume.

Je t’invite à reconsidérer la valeur que tu portes à la musique. Ce hobby ne doit pas être ton maître, au point de t’être indispensable, ni te donner la perception de manque.

Interpellé par ce constat, un événement risque de se produire en toi-même : celui de te laisser séduire par toutes sortes d’arguments (qui finalement ne sont que mensonges) pour te tranquilliser. Depuis toujours, notre ennemi a procédé de la même manière : déguiser l’idole (ou le péché) en suggérant des raisonnements pour nous piéger (par exemple : « Il ne faut pas exagérer, je ne suis pas accro ! », ou « C’est moins grave qu’autre chose. », ou « à se compte là, on n’écoute plus rien ! », etc.). Prendre position et déclarer de notre bouche que nous refusons ces pensées nous permettront de saisir la victoire !

Pour te proposer plusieurs étapes à entreprendre dans ce processus, je te suggère un jeûne, c’est-à-dire une privation volontaire de toute musique, pendant une semaine. Ça peut faire peur, mais je témoigne que c’est une expérience suffisamment efficace. Cette période te permettra d’asseoir ta décision de ne plus être lié par cette consommation obsessionnelle, dont beaucoup de personnes n’ont pas conscience. Tu es libre en Jésus !

Ensuite, un retour en douceur est de mise. Je pense que se limiter à de la musique chrétienne peut être favorable, car il n’y aura pas de doute sur le bien fondé de ce que tu écouteras. Sans entrer dans le sujet, bien que je sois persuadé que des musiques dites « séculières » soient en phase avec l’Évangile – qu’elles puissent avoir une inspiration spirituelle et qu’elles peuvent faire du bien à notre âme – force est de constater que la musique chrétienne préservera de toute ambiguïté. Après cette diète musicale, tu constateras à quel point ça fait du bien de l’entendre de nouveau !

Cette démarche s’inclut dans ce renouvellement permanent que nous sommes appelés à vivre tout au long de notre vie. Cette phase est continue, et rejoint l’appel que Dieu nous a laissé. Elle nous permet de vivre sur Terre selon le cœur de Dieu (« sur Terre », car une autre vie nous attend après… C’est un petit rappel pour des chrétiens amnésiques =) !

Auteur : Nathan

Nathan fait partie de l'équipe musique de la Rébellution.